Socialisme

De Wikirouge
Aller à la navigation Aller à la recherche
DrapeauRouge.jpg

Le socialisme désigne un ensemble de mouvements politiques opposés au capitalisme (les révolutionnaires ou le réformisme classique) ou à certaines de ses conséquences (pour les mouvements réformistes d'aujourd'hui, qui ne parlent plus d'un horizon au-delà du capitalisme).

Les mots « communisme » et « socialisme » signifient étymologiquement la même chose, « socius » signifiant en latin « commun ». Ces sont les utilisations de ces termes par des courants menant des politiques différentes, en particulier à partir du 20e siècle, qu'ils en sont venus à avoir des connotations si différentes.

Pour les marxistes, le socialisme désigne aussi le mode de production socialiste qui vient après la révolution socialiste. On peut distinguer le socialisme (phase inférieure) du communisme (phase supérieure).

1 Mouvements socialistes[modifier | modifier le wikicode]

1.1 Origines[modifier | modifier le wikicode]

Arbre du mouvement socialiste élaboré en 1896

Dans les sociétés de classe du passé, au cours des révoltes qui ponctuaient l'histoire, il arrivait que certains imaginent des sociétés plus égalitaires, voire complètement égalitaires. Cela prenait alors toujours des formes idéalistes : mythes de retour à un âge d'or ancestral, millénarismes religieux, rêves de philosophes... Pour la simple raison qu'il n'existait pas vraiment de bases matérielles permettant de concrétiser une société sans classe. Il arrivait que suite à de grandes révoltes (ou colonisation), de grands partages des terres aient lieu, mais l'inégalité tendait toujours à réapparaître.

A l'époque moderne eu Europe, les écrits d'utopie se sont multipliés, dont beaucoup ont des aspects socialisants. Comme le modèle antique de La République de Platon, ces écrits ont la caractéristique de décrire avec beaucoup de minutie l'organisation idéale selon leur auteur, ce qui reflète leur aspect profondément subjectif. Mais au travers de ces écrits restait vivante l'idée que la société pourrait être bien meilleure, que si les hommes et femmes n'avaient pas à se battre pour survivre, ils·elles seraient bien plus heureux et vertueux. Le siècle des Lumières a développé les réflexions sur la différence entre l'homme à l'état de nature et dans la civilisation, donc sur la nature humaine et l'impact de l'organisation sociale. Agir sur le levier politique pour transformer radicalement la société devenait concevable.

A l'époque même d'une grande révolution bourgeoise comme la Révolution de 1789, certains commencent à se battre contre la bourgeoisie elle-même, anticipant le socialisme. La plupart ont cependant une perspective qui ne dépasse pas celle d'une société de petits producteurs indépendants, même des radicaux comme Jacques Roux. Un des précurseurs du communisme est Gracchus Babeuf, qui envisage concrètement la mise en commun du travail et des produits du travail.

1.2 19e siècle[modifier | modifier le wikicode]

En France, le terme « socialisme » est attesté en 1831 dans le sens d'opposé de l'individualisme,[1] puis dans Le Globe saint-simonien et en 1833 dans un journal fouriériste, Le Phalanstère de Victor Considerant. Pierre Leroux affirmait être le premier à avoir employé le terme de socialisme. Le terme commence à être utilisé dans son sens actuel vers 1835. Le mot est d’un usage assez courant pour que, dans La Revue des Deux mondes, Louis Reybaud puisse, le Ier août 1836, commencer une série d’articles intitulés : « Socialistes modernes ». Dans les années 1830-1830 les théories socialistes foisonnent en France : les grandes utopies de Saint-Simon, Fourier, Cabet... Le mutuellisme de Proudhon, les socialismes républicains de Leroux ou Louis Blanc, les communistes néo-babouvistes... Malgré leurs différences, ces courants s'influencent mutuellement et contribuent à faire du mouvement socialiste quelque chose d'identifié, même s'il n'est pas encore très délimité de la gauche républicaine. En augmentant ses liens avec le mouvement ouvrier naissant, et suite au massacre de nombreux ouvriers en Juin 1848 par des républicains bourgeois, l'antagonisme commence à devenir plus net.

En Angleterre, le terme « socialism » aurait en premier été utilisé en 1832 pour désigner l'owenisme.[2][3] Le terme « socialist » aurait été utilisé oralement dès les années 1820. Certains affirment que le mot « communism » serait apparu avant le mot « socialism ».[4] C'est vraiment Owen qui fut le premier socialiste moderne en Angleterre. Il fut d'abord un « patron de gauche » qui tenta de créer des communautés idéales, mais il tenta aussi d'aider le mouvement ouvrier naissant à se structurer, et à obtenir des réformes sociales. Cependant, malgré l'owenisme et les franges de gauche du chartisme, le socialisme réussit assez peu à s'implanter dans la classe ouvrière anglaise, qui se concentra sur un syndicalisme assez peu idéologique.

En Allemagne le développement du socialisme fut plus tardif par rapport à la France et à l'Angleterre, en lien avec l'industrialisation plus tardive. En revanche, la pensée philosophique s'y développa abondamment, et chercha activement à aboutir à des systèmes décrivant l'évolution du monde contemporain. C'est cet esprit de système, en particulier celui de Hegel, qui inspira les premiers intellectuels socialistes allemands, dont Marx et Engels.

Marx et Engels ont eu un rôle décisif dans le socialisme moderne.

En 1864 fut fondée l'Association internationale des travailleurs (Première internationale), qui était surtout une alliance des différents mouvements ouvriers, mais qui de fait était idéologiquement acquis à divers mouvements socialistes : le proudhonisme, le bakouninisme, le marxisme... Elle proclamait l'abolition du salariat comme son but.

Vers la fin du 19e siècle, des partis ouvriers de masse commencent à se former, et à vouloir s'investir dans la politique. Le marxisme, qui encourage cette dynamique, tend à devenir la doctrine dominante de ces partis. C'est en particulier le cas en Allemagne avec la social-démocratie, puissant mouvement syndical, coopératif, électoral, médiatique, associatif, contre-société qui semble connaître une croissance inexorable, donnant confiance dans l'avènement d'une société socialiste. Marx et Engels n'aimaient pas les termes de socialisme et de social-démocratie, et se désignaient eux-mêmes comme communistes, mais c'était une question secondaire pour eux.

En 1889, sous l'impulsion du parti allemand, est créée l'Internationale ouvrière, appelée aussi Internationale socialiste. La social-démocratie est alors vue comme la forme la plus réussie des différents mouvements socialistes. Officiellement, elle vise la transformation révolutionnaire de la société, et comprend des courants réellement socialistes révolutionnaires, mais est en réalité dominée de plus en plus par des pratiques opportunistes et réformistes.

1.3 20e siècle[modifier | modifier le wikicode]

Lorsque la Guerre de 1914 éclate, la plupart des dirigeants socialistes se joignent aux partis bourgeois dans un même élan nationaliste. Abandonnant les principes internationalistes qu'ils avaient proclamés, ils appellent les ouvriers à se battre contre leurs frères des autres pays. L'Internationale cesse d'exister dans la pratique. Puis la révolution éclate en Russie en 1917, et le parti social-démocrate russe (bolchéviks) parvient à prendre la tête d'un mouvement sans précédant d'auto-organisation ouvrière, instaurant un nouveau pouvoir, qui se heurte à une violente contre-révolution aidée par les impérialismes étrangers, plongeant le pays dans une guerre civile dévastatrice. Malgré tout, les bolchéviks tentent de se diriger vers le socialisme.

Un tract de la SFIO en 1936

Les dirigeants des principaux partis socialistes condamnent la révolution bolchévique, se joignant au concert des attaques de la bourgeoisie. Pourtant, la révolution russe soulève aussi un immense espoir dans les masses populaires. Ce clivage s'ajoutant à la question de la guerre, achève de marquer une rupture dans le mouvement socialiste au niveau international. Une Troisième internationale est créée en 1919, appelée Internationale communiste pour marquer la rupture avec le socialisme discrédité.

L'ancienne Internationale se reforme, le socialisme devenant encore davantage synonyme de mouvement « modéré » par rapport au communisme. Néanmoins, la plupart des partis socialistes continuent encore en parole à se dire pour le remplacement du capitalisme par le socialisme, même s'ils rejettent de plus en plus ouvertement l'idée de révolution.

Avec la dégénérescence stalinienne de l'URSS et du mouvement communiste international, le communisme a fini par être associé par l'opinion dominante à un régime bureaucratique et dictatorial, et les dirigeants socialistes en ont profité pour se définir, par contraste, comme partisans du « socialisme démocratique ». Cela leur permet de façon commode de masquer leur total abandon d'une vraie démocratie réelle au delà de la démocratie bourgeoise, en lien avec leur acceptation du capitalisme. Vers la fin du 20e siècle, l'évolution toujours plus poussée des partis socialistes vers le social-libéralisme a contribué a vider de son sens le terme de socialisme aux yeux de larges masses de la population.

2 Mode de production socialiste[modifier | modifier le wikicode]

La production socialiste désigne un mode de production où les travailleur-se-s possèdent collectivement les grands moyens de production (les usines, les entreprises, les supermarchés...) et le pouvoir politique (dans les communes, les régions, les assemblées nationales et internationales...). Cette possession sociale permet d'instaurer une démocratie réelle et de décider de ce qui est produit et comment cela est produit (planification). Ainsi, les moyens de production sont utilisés directement pour produire de la valeur d'usage (pour satisfaire directement les besoins humains). La plus-value revient aux travailleurs et à la société dans son ensemble.

A l'inverse, le capitalisme repose sur les forces du marché qui pousse les capitalistes en concurrence à produire pour le profit, et la valeur d'usage n'est qu'un sous-produit de cette concurrence. Cette concurrence engendre aussi les cycles de l'économie de marché capitaliste (cycles de crise et de croissance), qui n'existeront pas dans une économie socialiste. Au lieu des capitaux privés en concurrence, il y aurait un seul capital social alloué aux investissements démocratiquement décidés. La planification rationnelle remplace les forces économiques qui dépassent les hommes sous le capitalisme.

Le socialisme ferait usage de systèmes incitatifs librement décidés. La méthode de compensation et de récompense dans une société socialiste serait fondée sur une méritocratie authentique, selon le principe de chacun selon ses capacités, à chacun selon sa contribution.

Par conséquent, des inégalités sociales héritées du capitalisme existeraient toujours dans cette première phase, mais dans une mesure décroissante puisque tous les travailleurs serait propriétaires des moyens de production.

2.1 Transition vers le communisme[modifier | modifier le wikicode]

Le stade avancé du socialisme, dénommé le stade supérieur du communisme ou communisme tout court dans la Critique du programme de Gotha, est basé sur le mode de production socialiste, mais se différencie du socialisme en quelques manières fondamentales. Le communisme serait fondé sur la propriété commune des moyens de production (et non plus sur la propriété sociale). Les distinctions de classes fondées sur la propriété du capital disparaitront, ainsi que la nécessité d'un Etat. Une surabondance de biens et de services sont rendus possibles par la production automatisée qui permettront que les marchandises soient distribuées en fonction des besoins plutôt que sur le mérite.

2.2 Les relations sociales[modifier | modifier le wikicode]

L'objectif fondamental du socialisme à la vue de Marx et d'Engels a été la réalisation de la liberté humaine et de l'autonomie individuelle. Plus précisément, cela fait référence à la liberté de l'aliénation imposée aux individus sous la forme de relations sociales coercitives ainsi que la rareté matérielle, par laquelle l'individu est obligé de se livrer à des activités simplement pour survivre. Le but du socialisme est de fournir un environnement dans lequel les individus sont libres d'exprimer leurs véritables intérêts, la liberté de création, et les désirs sans entrave par des formes de contrôle social.

Comme un ensemble de relations sociales, le socialisme est défini par le degré auquel l'activité économique dans la société est prévue par les producteurs associés, de sorte que le produit excédentaire produite par les actifs socialisés est contrôlé par une majorité de la population à travers des processus démocratiques. La vente de la force de travail serait supprimé afin que chaque individu participe à la gestion de leur institution en tant que parties prenantes ou des membres sans un ayant un pouvoir coercitif sur quelqu'un d'autre dans une division sociale verticale du travail.

2.3 Matérialisme historique[modifier | modifier le wikicode]

Ce schéma général de l'évolution sociale découle de la méthode d'analyse de Marx et Engels, le matérialisme historique. Il ne s'agit pas d'une prophétie ou d'un schéma programmé à l'avance, mais d'une analyse (économique, historique, sociologique...) du capitalisme, de son origine et de ses contradictions, qui permet de penser que le combat socialiste peut déboucher sur une meilleure société. Marx et Engels parlaient de « socialisme scientifique ».

3 Notes et sources[modifier | modifier le wikicode]

  1. Le Semeur, n o12, 23 nov. 1831, p. 94, 2e col.
  2. Socialisme sur le CNRTL
  3. Socialism, Online etymology dictionary
  4. Emerson Kent, Communism