Lénine

De Wikirouge
Aller à : navigation, rechercher
Le fameux portrait de Lénine.
Lénine
est l'une des figures phares du marxisme au 20ème siècle. Il est à la fois l'un des plus grands théoriciens marxistes de l'histoire et l'un des principaux dirigeants de la Révolution russe, première révolution prolétarienne victorieuse de l'histoire. Cela lui vaut d'être aujourd'hui haï par les intellectuels bourgeois, qui, le plus souvent, voient en lui un vulgaire dictateur préfigurant le stalinisme. Mais cela lui vaut aussi d'avoir été récupéré par les staliniens, qui ont souvent tenté de justifier leur politique anti-marxiste en s'appuyant sur son autorité. Il convient donc de revenir sur ce que furent réellement sa vie et ses idées.

Lénine avant la Révolution russe[modifier]

Formation[modifier]

Vladimir Ilitch Oulianov, plus tard connu sous le nom de Lénine, voit le jour en Russie en 1870. L'Empire russe, à l'époque, est un Etat autocratique, majoritairement peuplé de paysans illettrés, condamnés à des travaux pénibles et à des famines périodiques. Le frère de Lénine, militant "populiste", fut pendu en 1887. Cela détermina la vocation révolutionnaire du jeune Vladimir Oulianov. A la recherche d'une stratégie pour changer le monde, il découvre les écrits de Karl Marx et prend conscience à la fois du fonctionnement du capitalisme et de la centralité stratégique de la classe ouvrière dans le processus révolutionnaire. Au début des années 1890, Lénine fait valoir que les révolutionnaires doivent être là où se trouve la classe ouvrière (dans les usines) et s'engager dans des luttes, aussi modestes soient-elles, pour les salaires et les conditions de travail. Il publie, en 1899, Le développement du capitalisme en Russie. Il y explique que la Russie est encore majoritairement paysanne, mais que la classe ouvrière s'y développe rapidement, et que le futur de la Russie était dans le prolétariat urbain. L'accroissement du prolétariat urbain favorisait la création des conditions objectives pour une révolte sociale. Dans les usines, argumentait Lénine, les travailleurs commençaient à développer une conscience socialiste, notamment par l'expérience de la grève.

Lénine bolchévik[modifier]

En 1898, neuf délégués réunis à Minsk fondent le Parti ouvrier social-démocrate de Russie. Lénine, en exil, ne participe pas au congrès de fondation. En 1902, il écrit Que faire ?, consacré aux questions d'organisation. Il y développe, sous une forme caricaturale, l'idée que le syndicalisme ne peut pas servir pour se débarrasser du système. Les idées révolutionnaires ne se développent pas automatiquement : il écrit que "la conscience politique de classe ne peut être apportée que de l'extérieur, c'est-à-dire seulement en dehors de la lutte économique, en dehors de la sphère des relations entre travailleurs et employeurs". La tâche des révolutionnaires est de contrecarrer l'influence des idées bourgeoises : il faut pour cela éditer un journal socialiste dans toute la Russie, et il faut se doter d'un parti, qui ne doit pas seulement organiser les sympathisants à son programme, mais bien être une organisation de révolutionnaires professionnels disciplinée, centralisée et militante. C'est dans ce texte que Lénine jette les bases de ce qui deviendra connu sous le nom de centralisme démocratique. En 1903, le POSDR scissionne sur une question organisationnelle importante : faut-il un parti de militants travaillant sous la direction de l'organisation, ou simplement exprimant un accord avec lui ? Les partisans de la première solution sont majoritaires : ils forment la fraction bolchévik, et Lénine en est. La minorité forme la fraction menchévik.[1]

Révolution de 1905[modifier]

Une manifestation contre le régime est réprimée par la police en janvier 1905 : des centaines de personnes meurent. C'est le début d'une nouvelle période. Cette fois, pense Lénine, il faut massifier le parti, qui ne doit plus seulement organiser une minorité de révolutionnaires professionnels, mais tous les militants les plus activistes de la classe ouvrière. A partir de septembre 1905, les grèves à Saint-Petersbourg voient surgir des formes nouvelles d'auto-organisation, les soviets. Lénine se rend à Saint-Petersbourg et se bat pour que le parti s'enracine parmi tous les travailleurs désireux de se battre. De fait, les effectifs du Parti bolchévik vont atteindre 40 000 militants en 1907. Une autre spécificité des bolchéviks, par rapport aux autres courants politiques, est qu'ils réclament l'armement du prolétariat.

Maintenir la cohésion du parti[modifier]

Le tsar regagne la maîtrise de la situation : Lénine doit s'exiler en Finlande, puis en Suisse. Les travailleurs sont gagnés par la démoralisation : de 1907 à 1910, les effectifs du Parti bolchévik chutent de 40 000 à quelques centaines. Lénine pense que le travail du parti est de maintenir sa cohésion, pour se préparer à la prochaine vague de lutte. Dans un tel contexte, le parti doit être très clair sur les bases du marxisme : Lénine polémique férocement avec ceux de ses camarades qui se mettent à adopter des idées mystiques. D'un point de vue tactique, Lénine défend la participation des bolchéviks aux élections à la Douma (Parlement de l'Empire russe), pour faire de la propagande et de l'agitation.

1912 : réveil du mouvement ouvrier russe et lancement d'un journal[modifier]

Le mouvement ouvrier russe relève la tête à l'occasion d'une série de grèves qui ont lieu en 1912, suite à la répression sanglante d'une grève de mineurs. Désormais, les bolchéviks doivent de nouveau nager avec le courant, et non contre lui. Les bolchéviks lancent un journal qui s'adresse aux travailleurs, pour leur parler des problèmes quotidiens de leur vie : La Pravda. Le journal, grâce aux efforts de Lénine, se construit une série de correspondants parmi les travailleurs, qui rendent compte des problèmes et des luttes sur leurs lieux de travail.

La Première Guerre mondiale[modifier]

La Première Guerre mondiale éclate en 1914. Les partis socialistes des différents pays, membres de la Deuxième Internationale, trahissent leur classe et refusent de s'opposer à la guerre, sauf en Russie et dans les Balkans. Lénine s'attache dès lors à rassembler les faibles forces des socialistes opposés à la guerre. En 1915 se tient une conférence anti-guerre à Zimmerwald, en Suisse. Lénine y défend l'idée qu'il faut rompre avec la Deuxième Internationale et que les travailleurs de chaque pays doivent lutter en premier lieu pour la défaite de leur propre impérialisme. Mais il ne parvient pas à convaincre les militants du Parti bolchévik de cette position radicale.

Sur le plan théorique, Lénine a justifié sa politique tout au long des années de guerre (1914-1916) en affirmant que lui restait fidèle en tout point au Manifeste de Bâle (1912) et au scénario de Kautsky (qui anticipait des guerres impérialistes pouvant déboucher sur des révolutions).

Analyses de l'impérialisme[modifier]

Lénine tente de clarifier son analyse de la guerre. En 1916 il écrit un court livre intitulé L'impérialisme, dans lequel il montre qu'en devenant de plus en plus grosses, les entreprises ont besoin de plus en plus de matières premières et de marchés de plus en plus vastes. Incapables de se cantonner aux frontières nationales, elles tendent donc à se lancer à l'assaut du monde. C'est cela qui explique, depuis la fin du XIXe siècle, la colonisation. La Première Guerre mondiale est une guerre impérialiste, qui s'explique par la concurrence entre les Etats pour se répartir les marchés et les matières premières.

Les événements de 1917[modifier]

Le poids que la guerre fait peser aux masses russes suscite chez ces dernières mécontentement et révolte. Des ouvrières des usines textiles de Petrograd se mettent en Grève en février 1917.Les grèves se répandent, des soviets se créent : : une semaine plus tard, le tsar s'enfuit. Un gouvernement provisoire arrive au pouvoir, qui instaure les libertés démocratiques. Lénine, alors en exil, rentre en Russie. Il fait face à une situation inattendue. Jusqu'alors, il pensait, comme la plupart des marxistes, qu'une révolution démocratique bourgeoise devrait précéder la révolution socialiste. Mais Trotsky défendait l'idée que la Russie pouvait passer directement à la phase de révolution socialiste sous la direction de la classe ouvrière : c'est la théorie de la "Révolution permanente". Lénine se range alors aux idées de Trotsky. Son premier travail est de convaincre sur cette base les membres de son parti, qui considèrent souvent que les vues de Trotsky sont une hérésie. Pour favoriser une jonction entre les luttes des ouvriers et celles des paysans, Lénine pousse aussi les bolchéviks à soutenir les demandes des paysans qui réclament une division équitable de la terre entre ceux qui la travaillent.

Double pouvoir[modifier]

Lénine a dès lors une double tâche : encourager le parti à développer son influence, et diriger son influence vers la masse des travailleurs non membres du parti. Comme en 1905, le parti doit pouvoir accueillir tous les meilleurs militants. Pendant l'année 1917, le Parti bolchévik passe de 4000 à 250 000 membres. Dans le même temps, le parti se cherche des alliés. Alors que les menchéviks et la droite des Socialistes-révolutionnaires (SR) soutiennent le gouvernement provisoire bourgeois, les SR de gauche se rapprochent des bolchéviks. Pour Lénine, le parti bolchévik doit se battre pour ses idées au sein des organisations de la classe ouvrière, c'est-à-dire des soviets, qui assument un rôle politique et économique réel, concurrençant l'action du gouvernement provisoire (c'est une situation de "double pouvoir"). Les bolchéviks gagnent ainsi une majorité au soviet de Petrograd à la fin du mois d'août.

L'Etat et la révolution[modifier]

En juillet, Lénine passe dans la clandestinité. Il en profite pour écrire son ouvrage le plus important, L'Etat et la révolution. Il définit l'Etat comme étant, dans une société de classes, l'instrument de l'oppression d'une classe sur l'autre. Lénine en conclut que les révolutionnaires ne peuvent conquérir l'Etat en utilisant les institutions existantes : il faut au contraire "écraser" l'Etat par une révolution violente. Mais contrairement aux anarchistes, Lénine ne pense pas qu'une société sans classe et sans Etat puisse suivre immédiatement la destruction de l'Etat bourgeois. La classe ouvrière doit s'organiser de façon à réprimer les tentatives des capitalistes pour reprendre le pouvoir, et a donc besoin de son propre Etat : c'est ce que Lénine appelle la dictature du prolétariat. Puis, les classes disparaissant, l'Etat deviendrait inutile et s'effacerait.

Organiser l'insurrection[modifier]

En août, Lénine s'était opposé à ceux qui voulaient imposer le pouvoir des soviets, jugeant que la situation n'était pas mûre pour cela. En octobre, la situation a changé, et Lénine pousse le comité central du Parti bolchévik à agir. A Petrograd, un comité militaire se met en place, dirigé par Trotsky et dominé par les bolchéviks. C'est Trotsky qui a convaincu Lénine que l'appel à l'insurrection devait venir des soviets, et non du seul parti. Les révolutionnaires, déterminés, enregistrent très peu de perte au cours de l'insurrection proprement dite. Le gouvernement provisoire s'effondre en une journée. Il s'agit désormais de construire un Etat socialiste prolétarien.

Lénine dirigeant de l'Etat ouvrier[modifier]

Naissance de l'Etat ouvrier[modifier]

Bien qu'il ait tenté de convaincre Trotsky d'accepter le poste à sa place, Lénine accepte finalement de prendre la tête du nouveau gouvernement. Le nouveau régime introduit des réformes radicales : instauration du contrôle ouvrier dans les usines, abolition de la propriété privée de la terre, traité de paix avec l'Allemagne, indépendance des nations opprimées par la Russie tsariste. Le système judiciaire est complètement réformé et des tribunaux élus sont instaurés. Des mesures sont prises pour lutter contre les discriminations envers les femmes, les homosexuels et les enfants illégitimes. Une vaste politique scolaire et culturelle est mise en place. La Russie révolutionnaire connaît un bouillonnement d'innovations et d'expérimentations dans tous les domaines.

Mais le jeune Etat ouvrier doit faire face à de nombreux problèmes. La classe ouvrière russe est très minoritaire et toute nouvelle, et la Russie tsariste a légué à la Russie révolutionnaire une économie chaotique. Lénine insiste sur l'importance d'une implication active de la masse des travailleurs, grâce à la démocratie ouvrière, pour construire une économie planifiée. Mais les travailleurs sur lesquels Lénine compte ont grandi dans une société capitaliste, qui a retardé leur développement. La Russie est moins développée que les pays de l'Europe occidentale, et son économie a été dévastée par la guerre. Le Parti bolchévik doit donc, jusqu'à un certain point, se substituer à la masse des travailleurs. Pour combattre les anciens privilégiés qui tentent de saboter l'économie du nouveau régime, Lénine met sur pied la Tchéka ("commission extraordinaire panrusse pour combattre la contre-révolution et le sabotage"), dont les employés commettent d'énormes abus. En 1922 la Tchéka est remplacée par un organe aux pouvoirs plus limités. En outre, la Russie soviétique est jusqu'en 1920 engagée dans une guerre civile contre les anciens dirigeants russes évincés par la révolution, appuyés par les armées d'une vingtaine de pays capitalistes. Certaines citations de Lénine, citées par des auteurs réactionnaires comme la preuve que Lénine serait un monstre sanguinaire, ne peuvent se comprendre qu'en fonction de ce contexte. Ainsi, Le livre noir du communisme (1997) dirigé Stéphane Courtois rapporte la citation suivante, tirée d'un télégramme envoyé par Lénine en août 1918 :

"Le soulèvement des koulaks dans vos cinq districts doit être écrasé sans pitié. L'intérêt de la révolution dans son ensemble requiert de telles actions, car la bataille finale avec les koulaks vient de commencer. Vous devez faire de ces gens un exemple. 1. Pendez (je veux dire publiquement, de sorte que les gens puissent les voir) au moins 100 koulaks, riches bâtards, et autres suceurs de sang bien connus. 2. Publiez leurs noms. 3. Saisissez leur grain. 4. Désignez des otages selon mes instructions du télégramme d'hier."

Lénine en effet n'est pas un pacifiste, et fait tout ce qu'il peut pour assurer la victoire des bolchéviks. En réalité, les contre-révolutionnaires sont bien plus brutaux que les bolchéviks, et par ailleurs corrompus et antisémites. La guerre civile est finalement gagnée grâce à l'immense courage et à la détermination des bolchéviks. Dans toute cette période, Lénine joue un rôle crucial dans la détermination de l'orientation politique du parti. Mais il n'est pas un tyran. Dans les mois qui suivent la Révolution d'octobre, la direction du parti est souvent divisée, et Lénine doit farouchement débattre et argumenter pour convaincre ses camarades. Il ne considère aucune tâche comme indigne de lui, et passe beaucoup de temps à régler des détails administratifs très mineurs. Il ne cherche aucun avantage pour lui-même, et désapprouve fortement le Conseil des commissaires du peuple quand celui-ci, en 1918, décide d'augmenter son salaire.

Le mouvement international[modifier]

Lénine comprend que la révolution socialiste en Russie n'a pas d'avenir si elle ne se propage pas dans le monde. De fait, la perspective d'une contagion internationale de la révolution pouvait paraître, en 1918, assez réaliste : le prolétariat des pays d'Europe occidentale en a assez d'un système qui a causé tant de morts et de destructions. De 1918, il y a des grèves, des mutineries, des occupations d'usine, des comités de soldats et d'ouvriers, un peu partout. L'Allemagne vaincue semble au bord de la révolution. Mais un problème de direction politique se pose : la IIe Internationale a trahi les travailleurs en soutenant la Première Guerre mondiale, et la nouvelle génération de militants qui a émergé pendant la guerre est inexpérimentée. Lénine pense qu'il faut construire une nouvelle Internationale. En mars 1919, la Troisième Internationale est proclamée à Moscou.

Lénine consacre une part importante de son activité théorique aux questions relatives à la situation des autres pays. En particulier il polémique avec les tendances "gauchistes" que développent les révolutionnaires dans d'autres pays. Beaucoup de nouveaux militants, parce qu'ils n'ont pas la mémoire des défaites, pensent qu'il est facile de convaincre les masses travailleurs de rompre avec leurs illusions dans le parlementarisme bourgeois. Lénine leur rappelle que la majorité des travailleurs croient encore dans le parlement. Il presse le Parti communiste britannique de s'affilier au Parti travailliste, malgré la ligne droitière de ses dirigeants, pour gagner la masse des travailleurs encore loyaux au Parti travailliste, tout en gardant une entière autonomie de critique et de dénonciation. Les révolutionnaires, selon Lénine, doivent également demeurer dans les syndicats, malgré leurs bureaucraties corrompues et réactionnaires.

Recul et NEP[modifier]

Mais la révolution échoue en Allemagne, et la révolution russe demeure isolée. Les bolchéviks gagnent la guerre civile, mais au prix d'une ruine économique et d'une destruction massive de laclasse ouvrière. En 1921, celle-ci ne représente numériquement que le tiers de ce qu'elle était en 1917. Certains ouvriers, en effet, sont morts à la guerre ; d'autres confrontés au chômage et à la famine, sont rentrés à la campagne où ils pouvaient obtenir de quoi manger. Les bolchéviks ne peuvent que se maintenir au pouvoir et attendre la révolution à l'Ouest. Cette situation engendre des mécontentements. En 1921, des marins de la forteresse de Kronstadt se rebellent, menaçant de fait le régime bolchévik. Pour éviter le retour à l'ancien régime, les bolchéviks décident de réprimer militairement la rébellion.

Mais Lénine sait que les mesures militaires ne résolvent pas les réels problèmes. Face à l'état piteux de l'économie russe, Lénine introduit la NEP ("nouvelle politique économique"), qui comporte une incitation financière à la productivité pour les paysans, la restauration d'une certaine forme de propriété privée, et la favorisation du commerce privé. Cela conduit à l'émergence d'une classe commerçante d'hommes d'affaires (les NEPmen). Même si cette solution, correspondant à la réintroduction d'éléments capitalistes dans l'économie planifiée, choque beaucoup de militants, Lénine la justifie en expliquant que les capitalistes, tout parasites et voleurs qu'ils soient, sont, dans les circonstances qui sont celles de la Russie du début des années 20, plus compétents économiquement que les cadres communistes. Mais la NEP est envisagée comme un recul temporaire. Lénine espère toujours qu'une révolution quelque part pourra venir en aide à la Russie.

Le dernier combat de Lénine[modifier]

A partir de 1922, Lénine, exténué par le travail, est très malade. Il s'alarme du développement de la bureaucratie à l'intérieur et à l'extérieur du parti, et observe un dangereux développement du nationalisme. Son dernier combat est dirigé contre la bureaucratie montante. Il ne voit de remèdes que dans un combat patient pour une véritable démocratie des travailleurs, et pour l'introduction de plus de travailleurs dans la machine d'Etat. Lénine est également obligé de réfléchir à qui devrait être appelé à lui succéder comme principal dirigeant de la jeune Union soviétique. Il écrit un petit document, connu comme son "Testament", où il passe en revue les principaux dirigeants du Parti bolchévik. Il est critique envers chacun d'eux, mais c'est à Staline qu'il réserve ses flèches les plus acérées. Lénine meurt le 21 janvier 1924. Son corps est embaumé comme s'il était une sorte de saint, chose qui l'aurait scandalisé et qui indigne effectivement sa veuve Kroupskaïa

Postérité[modifier]

Lénine a-t-il mené à Staline ?[modifier]

Beaucoup d'intellectuels affirment, paresseusement, que les méthodes et les actions de Lénine ont mené directement aux atrocités de Staline. En réalité, on ne peut évidemment pas réduire le destin de l'Union soviétique après Lénine à la question de la psychologie de tel ou tel dirigeant. En réalité, la principale explication historique du stalinisme réside dans le fait que la révolution russe a échoué à s'étendre à d'autres pays. La faute en revient aux dirigeants occidentaux comme Winston Churchill qui lancèrent leurs armées contre le jeune Etat ouvrier, et aux dirigeants révolutionnaires qui tergiversèrent à défendre la révolution russe. Après la mort de Lénine, la politique de Staline consista à décourager les mouvements révolutionnaires qui éclataient à certains endroits du monde. Il ordonna aux communistes chinois de se ranger derrière Tchang Kai-chek, un dirigeant bourgeois qui les utilisa puis les massacra. Cette pratique, théorisée sous la forme du "socialisme dans un seul pays", n'a rien à voir avec l'internationalisme de Lénine. Sous Staline, beaucoup de gains révolutionnaires furent perdus. La démocratie ouvrière s'atrophia puis disparut. La dure répression parfois mise en oeuvre lors des premières années de la révolution n'a rien à voir avec la sauvagerie des crimes staliniens et les procès truqués. l'avortement et l'homosexualité redevinrent des crimes. La créativité artistique fut remplacée par les canons du "réalisme socialiste". La politique de collectivisation forcée des terres menée par Staline est à l'opposé de l'alliance entre prolétariat urbain et paysannerie recherchée constamment par Lénine. Sous Staline, une nouvelle classe de bureaucrates émergea. Le parti bolchévik devint une organisation de l'élite, préoccupée de ses propres intérêts.

Le léninisme aujourd'hui[modifier]

Bien des choses se sont passées depuis l'époque de Lénine. Mais trois thématiques de base qui traversent l'oeuvre de nos jours restent valables aujourd'hui pour quiconque est préoccupé de s'orienter correctement dans la lutte révolutionnaire.

  • Indépendance de la classe ouvrière. Seuls les exploités peuvent changer le monde, c'est pourquoi la classe ouvrière a besoin de sa propre politique et de sa propre organisation.
  • Impossibilité de s'emparer des institutions de l'Etat bourgeois. La machine d'Etat est un instrument d'oppression de classe, une arme dirigée contre les travailleurs. Elle doit être mise à bas.
  • Nécessité d'une organisation centralisée. Ceux d'en face sont organisés, centralisés et disposent d'énormes ressources. Mais l'organisation doit être aussi démocratique et s'inspirer de l'expérience vivante de ceux qui luttent.

Historiographie[modifier]

Rapports entre Lénine et Kautsky[modifier]

Longtemps, le schéma d'explication qui a dominé à propos des rapports entre Lénine et Kautsky, c'est que Lénine a rompu radicalement avec les idées de son ancien maître à penser en 1914, et a repensé le marxisme, en le réétudiant. Cet aspect est en partie vrai, ne serait-ce que sur la nécessité de détruire l'Etat bourgeois, que Lénine réaffirme dans L'Etat_et_la_révolution. Lénine était néanmoins convaincu que le Kautsky des Chemins du pouvoir était révolutionnaire.

D'autres auteurs ont montré à quel point Lénine est resté toute sa vie admirateur du Kautsky d'avant 1914.[2] Plutôt que de se présenter comme un novateur en rupture, Lénine s'est revendiqué de la fidélité aux idées socialistes, contrairement aux social-traîtres. De nombreux éléments étayent cette idée, notamment ce que lui et la plupart des bolchéviks écrivent pendant les premières années de la guerre de 191-1918[3], ou encore son pamphlet contre le « renégat Kautsky ». Les références de Lénine au Kautsky d'avant-guerre sont extrêmement nombreuses, même après la trahison. Même Sur notre révolution, l’un des tout derniers articles de Lénine, en grande partie écrit sur son lit de mort, inclut une référence à Kautsky.

Témoignages sur Lénine[modifier]

Le philosophe anglais Bertrand Russel écrit après son son voyage en Russie en 1920 :

« Peu de temps après mon arrivée à Moscou, j’eus avec Lénine une heure de conversation en anglais, une langue qu’il parle assez bien. Un interprète était présent, mais nous n’eûmes pour ainsi dire jamais besoin de ses services. Le cabinet de travail de Lénine est très nu ; il contient un grand bureau, quelques cartes au mur, deux bibliothèques et deux ou trois chaises dures, plus un siège confortable pour ceux qui viennent le voir. Il est manifeste qu’il ne tient pas au luxe, ni même au confort. Il est très accueillant et simple en apparence, sans la moindre trace de morgue. En le voyant sans savoir qui il est, on ne se douterait pas qu’il possède un pouvoir immense, ni même qu’il sorte en quoi que ce soit de l’ordinaire. Jamais je n’ai vu de personne aussi peu disposée à se donner des airs d’importance. Il fixe sur vous un regard scrutateur, en fermant un oeil, ce qui semble accentuer à un degré inquiétant la force de pénétration de l’autre. Il rit volontiers ; tout d’abord, son rire vous paraît simplement amical et réjoui, puis, peu à peu, j’ai fini par le trouver un peu sardonique. Dictatorial et calme, il ne connaît pas la peur. C’est un personnage extraordinairement désintéressé, une théorie faite homme. Il tient, on le sent, à la conception matérialiste de l’histoire comme à la prunelle de ses yeux. Il fait penser à un professeur par son désir de vous voir comprendre sa thèse. Par la fureur qu’il éprouve à l’égard de ceux qui la comprennent mal, ou qui ne sont pas d’accord avec lui ; j’ai eu l’impression qu’il méprise beaucoup de gens et qu’il est un aristocrate intellectuel. »[4]

Bibliographie[modifier]

Principaux ouvrages de Lénine[modifier]

Ouvrages sur Lénine ou évoquant longuement Lénine[modifier]

Notes[modifier]