Robert Owen

De Wikirouge
Aller à la navigation Aller à la recherche
Portrait d'Owen en 1834

Robert Owen (1771-1858) est un industriel anglais qui fut un des grands du socialisme utopique. Il tenta d'améliorer les conditions de vie de ses ouvriers, puis prôna la multiplication de communautés harmonieuses de travailleur·ses, avant de prôner une transformation plus radicale de la société, soutenant les chartistes et le mouvement ouvrier anglais (coopératives, syndicalisme...).

En Angleterre, le terme « socialism » aurait en premier été utilisé en 1833 pour désigner l'owenisme[1], et l'oweniste John Goodwyn Barmby aurait été le premier à forger le terme « communism » en 1848.[2]

1 Biographie et œuvre[modifier | modifier le wikicode]

1.1 Le self made man[modifier | modifier le wikicode]

Owen naît à Newtown (Pays de Galles), dans une famille modeste (son père combinait les professions de quincaillier, sellier et maître de poste). C'est un des rares exemples de self-made-man. Dès l’âge de 7 ans, il est promu moniteur de ses camarades à la petite école locale.

Le jeune Owen y suit de courtes études, travaille dès l'âge de 10 ans comme commis chez un drapier du Lincolnshire, puis dans une maison de commerce de Manchester. Âgé de 18 ans, il s'associe par la suite avec un artisan pour construire des machines à filer le coton, mais le succès n'est pas au rendez-vous et les deux associés se séparent. Owen poursuit son activité en indépendant, puis devient en 1791 sous-directeur de la filature de Bank Top Mill. Propriété de l'industriel Peter Drinkwater, c'est l'une des plus grandes manufactures textiles de Grande-Bretagne, employant 4 500 personnes. Dans cette manufacture, Owen utilise les premiers sacs de coton importés dans le pays depuis les États du Sud américain.

En 1794 ou 1795, il devient le directeur et l'un des associés de la Chorlton Twist Company à Manchester. En quelques années Owen accumule les succès, établit sa réputation technique et arrondit sa fortune. Le petit patron devient un grand patron. Chez lui se mêleront un réalisme de businessman et une naïveté généreuse.

Lors d'une visite à Glasgow en 1797, il s'éprend d'Anne Caroline Dale, fille du propriétaire de la filature de New Lanark, David Dale. Owen incite ses associés à acquérir la New Lanark et, après son mariage avec Anne Caroline Dale en , il devient directeur général de l'entreprise le . Il la conservera jusqu'en 1829.

1.2 Le patron social de New Lanark (1800-1829)[modifier | modifier le wikicode]

Encouragé par ses succès dans la gestion des manufactures de coton à Manchester, il décide alors de diriger New Lanark de façon plus exemplaire.

A la tête de la plus grande filature britannique, Owen applique le machinisme moderne et des méthodes de rationalisation de la production qui lui permettent de dégager des profits suffisants pour faire de la redistribution sans être ruiné par la concurrence.

La manufacture de New Lanark avait été fondée en 1784 par Dale et Richard Arkwright. Elle utilisait l'énergie hydraulique fournie par les chutes d'eau de la Clyde. La filature employait environ 2 000 personnes dont 500 enfants, issus pour la plupart dès cinq ou six ans, des orphelinats d'Édimbourg et de Glasgow. Les enfants étaient plutôt bien traités par Dale, mais les conditions de vie des ouvriers en général étaient déplorables.

C'était une population misérable, qui ne pouvait se permettre de refuser les longues heures de travail et les corvées démoralisantes ; vol et alcoolisme étaient courants, l'éducation et l'hygiène négligées, nombre de familles vivaient dans une seule pièce. Owen entreprit alors prudemment d'élever le niveau de vie de ses ouvriers. Il améliora les habitations et s'appliqua à inculquer des notions d'ordre, de propreté et de prévoyance. Il ouvrit un magasin où l'on pouvait acheter des produits de bonne qualité à des prix à peine supérieurs au prix coûtant. La vente d'alcool y était strictement réglementée. Cependant, il connut sa plus grande réussite dans l'éducation de la jeunesse, chose à laquelle il tenait particulièrement. Il fut le créateur de l'école primaire en Angleterre, et fut influencé notamment par les travaux de Johann Heinrich Pestalozzi (à qui il rendit visite dans son école d'Yverdon-les-Bains) et de Jean Frédéric Oberlin.

Owen limita la journée de travail à 10h30 alors qu’elle était de 13 ou 14h chez ses concurrents. Lors d’une crise du coton qui dura 4 mois, il accorda leur salaire aux ouvriers au chômage.

Owen obtint de grands succès dans tous ses projets. La population ouvrière, bien que méfiante au début, lui accorde finalement sa confiance. Pourtant Owen n’était pas satisfait : les salariés restaient ses esclaves, en quelque sorte, et ils travaillaient pour enrichir les propriétaires de la filature, sans pouvoir s'épanouir pleinement malgré les mesures sociales.

1.3 Premières publications et renommée[modifier | modifier le wikicode]

Pourtant, malgré l'essor et les succès commerciaux des filatures, la mise en pratique de certains projets d'Owen impliquaient d'énormes dépenses, ce qui n'était pas sans déplaire à ses associés. Lassé par ces gens qui ne cherchaient que le profit, Owen fonda une nouvelle société grâce à laquelle il allait donner libre cours à ses projets philanthropiques (1813). Jeremy Bentham et le célèbre quaker William Allen furent ses associés.

La même année, Owen publia ses premiers essais, où il put exposer les principes fondateurs de son système pédagogique. Très jeune, il avait rompu avec les croyances religieuses dominantes.

Owen fonde sa philosophie sur l'idée que l'homme ne forme pas son caractère lui-même, qu'il est façonné par le milieu sur lequel il n'a aucune prise (ce qu'il considérait comme une découverte originale). En conséquence, il repousse toute idée de méritocratie.

« N’importe quel caractère, le meilleur ou le pire, le plus obscurantiste ou le plus éclairé, peut être donné à n’importe quel groupe social et même à l’humanité entière, à condition d’utiliser les moyens appropriés ; or ces moyens sont pour une large part entre les mains de ceux qui dirigent les affaires des hommes. »

De ces principes il tirait la conclusion pratique suivante : il faut changer l'humain en l'exposant dès son plus jeune âge à des influences physiques, morales et sociales appropriées. Il expose ces principes dans le premier de ses quatre essais intitulé Nouveau Regard sur la société ou Essai sur le principe de formation du caractère humain, publié en 1813.

Ses projets d'éducation des travailleurs connurent leur apogée dans l'ouverture d'une maison de santé à New Lanark en 1816.

1.4 Un socialisme teinté de millénarisme[modifier | modifier le wikicode]

Statue de Robert Owen à Manchester

Owen se rapprocha du socialisme dès 1817. Cette année-là, il lance le mot d’ordre : « 8 heures de travail, 8 heures de loisir, 8 heures de sommeil » , qui devint ensuite le slogan de la 1re Internationale et du mouvement ouvrier français.

Owen était révolté par la concurrence chaotique qui régnait dans l’Angleterre industrielle et préconisant l'intervention de l'État dans le domaine économique.

La langage d'Owen est imprégné de millénarisme. Dès 1816, dans son ardeur à travailler à « l’émancipation de l’esprit humain », il commence à évoquer le millenium qui affranchira la société de la misère et de l’abjection.

Il annonce une « nouvelle religion », qu'il proclame rationnelle. Contre les fausses religions, source de superstitions et de bigoterie, il en appelle à une « religion de la seule charité, indépendante de la foi ». Les images apocalyptiques, la Bête, Babylone la prostituée, la nouvelle Jérusalem, se pressent sous sa plume. Owen proclame la venue du nouveau monde bénit qu’apporte le socialisme,

« un monde où le mensonge sous aucune forme n’aura plus de raison d’être ; un monde où l’argent n’aura plus aucune influence, où la pauvreté et l’inhumanité seront inconnues ; un monde où tous les biens seront produits en abondance et où tous pourront jouir de cette abondance ; un monde où l’esclavage et la servitude n’existeront plus, mais où la plus grande liberté se conciliera avec l’union la plus étroite, union tissée par les liens puissants de l’intérêt et les fils de soie de l’amour ; un monde où l’Amour et la Raison présideront avec sagesse aux destinées de la race humaine ; un monde où le travail pénible ne sera plus nécessaire, et où la production de la richesse sera une source perpétuelle de plaisir et de joie ; un monde dont seront bannies les mauvaises passions ; un monde où l’on n’entendra plus ni louanges ni blâmes ; où personne ne désirera plus se distinguer des autres que par la plus grande somme de bonheur général que, par ses forces naturelles, il pourra donner à la grande famille humaine ; un monde, en un mot, où dès la seconde génération il n’existera plus ni ignorance, ni pauvreté, ni aumône ; où la maladie et la misère n auront presque plus de place, où la guerre n’aura plus de nom, et où la religion, l’amour ou l’argent ne sépareront plus l’homme de l’homme et ne créeront plus d’antagonismes dans aucune portion de l’humanité ».

Owen prône par ailleurs la non violence. Pour lui, la valeur de la raison et de l'exemple suffira à transformer graduellement la société : il compare avec l’évolution des moyens de transport : les vieilles routes subsistent à côté des chemins de fer, et n'ont pas besoin d'être supprimées pour être supplantées inexorablement. Ce refus de toute hostilité l'éloigne aussi de toute idée de grève.

1.5 Célébrité et lobbying auprès des dirigeants[modifier | modifier le wikicode]

Les travaux d'Owen à New Lanark connurent une portée nationale et même européenne. Owen était perçu comme un philanthrope moderne, original et désintéressé.

Owen tenta activement de convaincre les dirigeants d'Angleterre et d'ailleurs d'agir sur la question sociale. Il obtint des entrevues avec les principaux membres du gouvernement dont le premier ministre, Lord Liverpool, ainsi qu'avec de nombreux dirigeants et hommes d'État européens. New Lanark devint un lieu de pèlerinage très fréquenté par les réformateurs socialistes, hommes d'État, personnages royaux et même par Nicolas Ier, futur tsar de Russie. De l'avis général des visiteurs, les résultats obtenus par Owen étaient extraordinaires. Les enfants étaient joyeux, aimables, gracieux et respiraient la santé et le bien-être. L'alcoolisme était inconnu et les naissances illégitimes extrêmement rares.

Les idées d'Owen furent rapportées par la commission de la loi sur la pauvreté de la Chambre des lords. Il fit du lobbying pour l'adoption d'une loi pour réglementer le travail des enfants et des femmes, qui aboutit au Factory Act (1819). Résultat décevant pour Owen.

Au Congrès d’Aix-la-Chapelle Owen dépose son plan pour la solution de la question sociale devant les monarques et les ministres assemblés de l’Europe.

Ses projets de lutte contre la misère étaient accueillis avec grand intérêt. Le Times, le Morning Post et de nombreuses personnalités les approuvaient. L’archevêque de Cantorbéry le consulte ; le duc de Kent, père de la reine Victoria, comptait parmi l'un de ses plus fervents supporters. Napoléon à l’île d’Elbe lit ses écrits.

Néanmoins Owen avait choqué l'opinion publique en proclamant lors d'une conférence à Londres son hostilité envers toute forme de religion. Mais Owen ne s'en émut pas et s'employa dès lors à mettre ses idées en pratique. L’incompréhension rencontrée auprès des gouvernements et des autorités en place l’a fait glisser à gauche.

1.6 L'utopie coopérative d'Owen[modifier | modifier le wikicode]

La misère générale et le marasme économique dus aux guerres napoléoniennes monopolisaient l'attention de tout le pays. Après avoir décrit les causes guerrières qui avaient contribué à ce déplorable état de faits, Owen établit que la cause principale de la misère était la lutte entre le monde ouvrier et le système, et que la seule solution consistait à s'unir pour contrôler l'outil de travail.

Ses propositions pour combattre le paupérisme (la pauvreté) étaient basées sur ces principes. Il préconisait l'installation de communautés harmonieuses d'environ 1200 personnes, toutes bénéficiaires d'un emploi, vivant dans un seul immeuble avec cuisines et salles à manger communes ; chaque couple disposant d'un appartement privé et élevant ses enfants jusqu'à l'âge de trois ans ; âge auquel ceux-ci auraient été pris en charge par la communauté. La famille se serait néanmoins retrouvée au complet lors des repas et à d'autres moments privilégiés. Les communautés, fondées par des individus, des communes, des comtés ou des États, auraient été, dans tous les cas, supervisées par des personnes hautement qualifiées. Owen fut sans doute inspiré par New Lanark pour définir la taille de ces communautés, et il devait bientôt considérer ce projet comme seul capable d'offrir une nouvelle organisation de société. Dans sa forme la plus aboutie, ce projet comportait une évolution. Owen considérait qu'un nombre de 500 à 3000 personnes était idéal pour une bonne organisation du travail de la communauté. Essentiellement agricole, celle-ci devrait posséder du matériel moderne, offrir nombre d'emplois différents et être, autant que possible, autonome. Ces cantons (comme il les nommait), de plus en plus nombreux, fédérés et unis se seraient développés par dizaines, centaines, milliers ; jusqu'à rassembler le monde entier dans une organisation et un intérêt communs.

1.7 Libre échange[modifier | modifier le wikicode]

Il est à noter que même s'il défendait une socialisation de l'économie sur le plan intérieur, Owen apportait son soutien à la revendication du « libre-échange international », comme la quasi totalité de la gauche d'alors (dominée par le radicalisme). L'objectif immédiat était l'abolition des Corn Laws, qui protégeaient les intérêts des aristocrates fonciers anglais, en maintenant des prix du blé élevés.

1.8 Tentatives de réalisation[modifier | modifier le wikicode]

Le projet de New Harmony aux États-Unis

En 1823, Owen proposa de généraliser son système de « home-colonies » (colonies à l'intérieur du pays) pour remédier à la famine en Irlande.

En 1824, Owen lui-même lance sa colonie de New Harmony dans l'Indiana (États-Unis). Il se lance dans l'aventure avec plusieurs partenaires, dont son fils Robert Dale Owen. Il acquiert, en 1824, 8 000 hectares de terrain, des bâtiments, des usines, des ateliers. Les premiers membres de la communauté s’installent en 1825. Dès le départ surgissent des désaccords et des rivalités, mais avec son inaltérable optimisme Owen est convaincu que ces difficultés passagères seront aisément surmontées.

Son idée est de réaliser un exemple d’exploitation collective de la terre et des ateliers, et d’égalité des rémunérations (et la monnaie était abolie, au profit d'un système de bons de travail). Le tout avec édifices publics, cuisine, réfectoire, église, bibliothèque...

Mais un obstacle économique majeur se pose : alors même que les rendements agricoles sont faibles et donc les surplus disponibles pour la vente limités, les colons ne trouvent pas de marchés sur lesquels écouler ces surplus. Par ailleurs, les colons supportent mal l'autoritarisme d’Owen, et la mauvaise qualité des services communs.

Les difficultés tendent à dissoudre les solidarités, chacun étant tenté d'aller trouver un meilleur sort ailleurs, surtout aux États-Unis de l'époque où tant d'opportunités s'offraient à ceux qui étaient les premiers à s'emparer d'une terre. Or, les 900 participant·es de New Harmony formaient dès l'origine une communauté peu solidaire, car ils étaient très hétérogènes : se côtoyaient des idéalistes, des aventuriers, des socialistes authentiques et des profiteurs.

En 1826 la colonie se scinde en plusieurs factions. L’éclatement devient définitif en 1827. A partir de cette date l’expérience communautaire est terminée. New Harmony retourne à l’appropriation individuelle.

En 1825, une autre expérimentation fut entreprise sous la direction d'un de ses émules, Abraham Combe, à Orbiston (près de Glasgow). Un échec également au bout de deux ans.

1.9 Féminisme[modifier | modifier le wikicode]

Dans son journal New Moral World, Owen écrit à propos de sa société rêvée : « Les femmes ne seront plus esclaves ou dépendantes des hommes... Elles seront égales en éducation, en droit, en privilèges et en liberté personnelle. »

1.10 Racisme et esclavage[modifier | modifier le wikicode]

Malgré toutes ses généreuses proclamations humanistes, Owen n'a pas eu de préoccupation pour les Noirs. Or, une grande partie de sa fortune reposait en réalité sur l'esclavage des Noirs au Sud des États-Unis, pour produire le coton utilisé dans sa filature de New Lanark. Il n'a aucunement pris part aux campagnes abolitionnistes.[3]

Owen a plusieurs fois soutenu que la condition des ouvriers anglais était pire que celle des esclaves noirs. Y compris avoir visité des plantations esclavagistes dans les Caraïbes, aux côtés des maîtres.

Lorsqu'il lance sa colonie de New Harmony, il ne veut pas de Noirs - sachant qu'il y avait des servant·es noir·es dans la Harmony Society rachetée par Owen. La Constitution provisoire est explicite : « Les personnes de tous âges et descriptions, à l'exclusion des personnes de couleur, peuvent devenir membres de la Société provisoire. » (...) Les personnes de couleur peuvent être admises comme aides à la Société, si nécessaire ; ou si cela s'avérait utile, pour les préparer et leur permettre de devenir associés dans des Communautés en Afrique ; ou dans un autre pays, ou dans un autre endroit de ce pays. »[4]

1.11 Vers le mouvement ouvrier[modifier | modifier le wikicode]

Owen a perdu sa fortune dans New Harmony. Et même s'il reste convaincu de son modèle, il doit rentrer en Angleterre. Après une longue période de frictions avec William Allen et ses autres associés, Owen abandonna en 1828 toute participation dans la New Lanark. Il concentra ses activités sur Londres.

Dans le même temps, il trouve dans le monde ouvrier anglais un grand nombre de militants acquis à ses idées et un nombre encore plus grand de sympathisants parmi les artisans prolétarisés, et salariés broyés par la grande industrie. Il s'était constitué une sorte de fond commun idéologique, notamment à travers des luttes populaires de 1792-1798 et de 1816-1819, transmis et vulgarisé par les sociétés de secours mutuel, les chapelles dissidentes, les clubs de lecture, les associations radicales semi-clandestines... On y popularisait l'idée de profit injuste et de juste salaire, l’image du capitaliste parasite et celle du prolétaire victime de l’avidité patronale.

Owen s’impose pendant quelques années, entre 1828 et 1834, comme le guide spirituel du mouvement ouvrier. Lui-même s’est jeté sur cette occasion d’unifier la classe ouvrière tout en mettant en pratique ses schémas coopératifs.

Dans un éditorial de 1827, Co-operative Magazine déclare que le socialisme owenien représente le véritable système « social, coopératif et communioniste ».

Owen prit la tête d'une campagne de propagande mêlant socialisme et laïcité. L'une des innovations majeures de ce mouvement fut en 1832 l'instauration d'une bourse du travail équitable basée sur des annonces d'emploi, et d'où les intermédiaires habituels étaient supprimés.

En 1833 Owen fonde le Grand National Consolidation Trade Union, tentative d'unification des trade unions (syndicats anglais) qui devait échouer.

En 1834 est fondé le journal New Moral World, qui remplace The Crisis :

« Les temps sont proches où le système maudit du Vieux Monde d’ignorance, de pauvreté, d’oppression, de cruauté, de crime et de misère disparaîtra. Hommes de toutes les nations et de toutes les couleurs, réjouissez-vous avec nous de ce grand événement qui est tout près de se produire ; les temps sont proches où l’humanité sera délivrée de toutes ses faiblesses et de toutes ses folies. Ne regrettez pas que The Crisis expire, car elle ne meurt que pour être remplacée par le Nouveau Monde moral, dans lequel vérité, travail et science régneront à jamais. »[5]

Le New Moral World tire à 2 000 exemplaires, mais chaque exemplaire est lu par plusieurs dizaines de personnes.

Owen fonde en 1835 l’Association of all Classes of all Nations (AACAN), qui remplace l’Association pour l’Industrie, l’Humanité et la Science. L'AACAN comptera jusqu’à 70 000 membres. Dans ses débats, le mot « socialisme » commença à être souvent entendu. Ses idées sur la laïcité gagnèrent suffisamment de terrain chez les ouvriers pour que la Westminster Review annonce en 1839 qu'une grande partie d'entre eux partageait ces vues. Entre 1830 et 1840 les termes d’owenisme et de socialisme deviennent synonymes et interchangeables. Vers 1840 l’hebdomadaire Weekly Dispatch tire à 40 000. A la même époque (1839-1841), les owenistes distribuent une moyenne de 2 millions et demi de tracts par an, tandis que le total des conférences prononcées s’élève à 1450.

1.12 Dernières années[modifier | modifier le wikicode]

D'autres expérimentations de type communiste furent tentées à cette époque :

  • Ralahine dans le comté de Clare (Irlande) : l’Association coopérative agricole et manufacturière de Ralahine crée une communauté à vocation surtout agricole, mais avec quelques ateliers métallurgiques et textiles (1831-1833)
  • Tytherly (Queenwood) dans le Hampsire. Cette dernière, fondé en 1831, fonctionna pendant trois ans et demi, puis fut vendue par son propriétaire, ruiné par le jeu. La colonie fuit ruinée par l’insuffisance de la production et plus encore par les dissensions entre les ouvriers qui travaillent de leurs mains et les philanthropes bourgeois qui financent et commandent.

Toujours l'échec. Le fossé n’a jamais été comblé entre l’idéal et la réalité.

En 1835, avec un optimisme inaltérable, il devient à 64 ans le patriarche d’une secte annonciatrice d’un nouveau monde moral. Ses disciples l'appellent « Père social de la Société des Religionistes rationnels ». Installé à Londres, mais voyageant sans cesse, toujours infatigable, Owen continue de parler et d’écrire. Il anime des journaux, prononce des conférences... Pourtant, ses idées tombent peu à peu dans l'oubli. En 1846, elles subsistaient surtout dans le mouvement coopératif.

Au moment de la Révolution de 1848, il se rend à Paris, plein d’enthousiasme et d’espérance, pour suivre sur place le déroulement des événements. Du prophétisme laïque il glisse peu à peu au spiritualisme : il s’imagine communiquer avec des personnages disparus comme Shelley et Franklin. En fait, à part une poignée de sectateurs, il sombre dans l’oubli.

Pendant ces dernières années il rédige son Autobiographie.

Jusqu’au bout Owen déploie le même zèle et la même énergie : c’est au lendemain d’un discours à un congrès qu’il meurt à l’âge de 87 ans dans sa ville natale le .

Sur son lit de mort il affirme : « Ma vie n’a pas été inutile. J’ai proclamé des vérités importantes, et si le monde n’a pas voulu les accueillir, c’est qu’il ne les a pas comprises... Je suis en avance sur mon temps. »

2 Ses enfants[modifier | modifier le wikicode]

Robert Owen eut quatre fils, Robert Dale, William, David Dale et Richard, lesquels devinrent tous citoyens des États-Unis.

  • Robert Dale Owen, l'aîné (1801-1877), fut dans son pays d'adoption un ardent défenseur des doctrines de son père. Il fut un dirigeant du Working Men's Party à New York (1829-1831), et lutta pour l'abolition de l'esclavage. Il siégea à la Chambre des Représentants de l'Indiana (1836-1839 et 1851-1852) et fut élu représentant au Congrès des États-Unis (1844-1847), où il rédigea la loi créant la Smithsonian Institution. Il fut élu membre de la Convention constitutionnelle de l'Indiana en 1850, où il plaida pour que veuves et femmes mariées puissent jouir de leurs propriétés, et pour l'adoption d'un système commun d'école gratuite. Il permit plus tard l'instauration d'une loi facilitant le divorce. Entre 1853 et 1858, il fut ambassadeur des États-Unis à Naples. Il était un grand partisan du spiritualisme et fut l'auteur de deux livres sur le sujet : Footfalls on the Boundary of Another World (1859) et The Debatable Land Between this World and the Next (1872).
  • David Dale Owen (1807-1860) fut nommé en 1839 géologue et entreprit des fouilles extensives au nord-ouest, qui furent publiées par le Congrès.
  • Le benjamin, Richard Owen (1810-1890), fut professeur de sciences naturelles à l'université de Nashville. Il ne doit pas être confondu avec son contemporain Richard Owen (1804-1892), un célèbre zoologiste et paléontologue britannique.

3 Autres owenistes[modifier | modifier le wikicode]

Pendant une vingtaine d’années, entre 1820 et 1840, l’owenisme a largement débordé la personne d’Owen. En dehors des sympathisants ouvriers, quelques bourgeois s'inspirent d'Owen et apportent leurs propres élaborations. Les plus importants d’entre eux sont :

  • Frances Wright fonda en 1825 une communauté à Nashoba (près de New Harmony), communauté multiraciale destinée à démontrer les vertus émancipatrices de l’éducation sur les esclaves.
  • George Mudie, journaliste écossais, vient s’établir à Londres, où il publie en 1821-1822 The Economist, journal qui se donne pour tâche de propager les idées d’Owen. Parmi les thèses les plus couramment exposées par Mudie, il y a l’idée que la misère n’est nullement inévitable ; elle est seulement le fruit de l’ignorance et de l’erreur. Il est aisé en effet de produire beaucoup plus que les hommes ne sont capables de consommer. Le choix est simple : ou bien la concurrence à mort ou bien la coopération. Seule cette dernière permettra d’instaurer l’union harmonieuse des intérêts à la place d’un régime social consistant en un agrégat anarchique d’individus isolés et désunis, maintenus ensemble par la force, sous la menace de la prison et de l’échafaud. Mudie a joué un rôle important dans la vulgarisation de l’owenisme en milieu ouvrier. Ses idées trouvent un écho favorable parmi les artisans et auprès des typographes londoniens. En 1821 Mudie met sur pied la première association coopérative owenienne sous le nom de Economic and Co-operative Society. Le but proclamé est de créer sur une base communautaire un « Village d’Unité et de Coopération mutuelle » réunissant des activités agricoles, manufacturières et commerciales. Malgré son caractère éphémère, l’entreprise réussit à s’appuyer sur une base authentiquement populaire.
  • Abram Combe (1785-1827), esprit sans grande originalité, mais bon organisateur, est un patron (il possède une manufacture de cuir), qui se convertit aux idées d’Owen après une visite à New Lanark. Il est surtout connu par la « parabole de la citerne », interprétation allégorique de la révolution industrielle, des guerres napoléoniennes et de la crise économique de 1816-1820. Sur le plan pratique, Combe, en collaboration avec un autre Ecossais, ancien officier, A.J. Hamilton, fonde à Edimbourg un magasin coopératif, qui ne dure qu’une année ; puis il se lance dans une entreprise plus ambitieuse, l’expérience communiste d’Orbiston (1825-1827). Il y engloutit sa fortune et meurt ruiné.
  • John Minter Morgan (1782-1854) adopte avec enthousiasme dès 1817 les théories d’Owen et consacre un livre à prouver qu’elles sont parfaitement réalisables (1819). Cet oweniste chrétien, qui rejette l’athéisme de son maître à penser, est surtout connu par son ouvrage La révolte des abeilles (1827). Dans cette parabole, les abeilles de la ruche (la société) ont abandonné leur état de nature (la vie communautaire). Le flot d’égoïsme qui en a résulté n’a apporté que divisions et malheurs. Heureusement à côté des faux docteurs (les économistes classiques), une abeille sage (Owen) fait son apparition et enseigne la voie du redressement et du bonheur commun. Ainsi l’abondance va pouvoir être partagée et la vertu se répandre. Vulgarisateur au style élégant et évocateur, Minter Morgan trouve de nombreux lecteurs parmi les ouvriers.
  • John Goodwyn Barmby et Catherine Barmby, owenistes convaincus, proposèrent l'ajout du suffrage des femmes aux exigences du mouvement chartiste.
  • John Doherty, irlandais venu travailler comme ouvrier à Manchester, et marqué par Owen, fut actif dans les coopératives et les syndicats, acteur de la première tentative de constitution d'un syndicat national en 1830.

4 Critiques d'Owen[modifier | modifier le wikicode]

4.1 Josiah Warren[modifier | modifier le wikicode]

Josiah Warren était l'un des membres de la "New Harmony Society" aux côtés d'Owen. Il en tira vite une critique assez frontale. Selon lui la communauté était vouée à l'échec du fait d'une absence de dirigeants et aussi parce que la propriété privée n'y existait pas. Il en parlait en ces termes :

« Nous avons refait un monde en miniature… Nous avons recréé les conditions qui ont amené la Révolution française en privilégiant l'entité et en désespérant les cœurs… Les lois naturelles de la diversité ont repris le dessus… l'intérêt unitaire était en opposition avec les individualités, les circonstances et l'instinct de conservation de chacun… » (Periodical Letter II, 1856).

Les remarques de Warren sur les raisons de l'échec de la communauté contribuèrent au développement de l'anarchisme individualiste américain dont il fut le principal théoricien. Il s'inspira plutôt de Proudhon, et se focalisa sur le système des bons de travail, tout aussi utopique.

4.2 William Cobbet[modifier | modifier le wikicode]

Le radical William Cobbet dénonçait « les parallélogrammes de miséreux prônés par M. Owen », qui n'étaient que des « communautés de vassaux ».

4.3 James Bronterre O'Brien[modifier | modifier le wikicode]

Le chartiste James Bronterre O'Brien, qui se définissait comme « social-radical », estimait avoir le même objectif final que Owen, mais en passant par une nécessaire période de transition.

« Avec la Charte, la propriété publique de la terre, de la monnaie et du crédit, le peuple découvrirait vite les merveilles de production, de distribution et d’échange que peut réaliser le travail en association, comparé au travail individuel. Ainsi s’édifierait graduellement le véritable Etat social, la réalité du socialisme qui n’en est actuellement qu’au stade du rêve. Il ne fait aucun doute que les conséquences dernières en seraient l’empire universel d’une société qui ne serait pas essentiellement différente de celle que conçoit Owen. Mais l’idée que nous pouvons sauter d’un coup de notre société actuelle, injuste et corrompue, au paradis d’Owen, sans avoir d’abord reconnu les droits de l’homme, ni établi une seule loi pour sauver le peuple de l’état d’abrutissement où l’ont jeté l’ignorance et l’asservissement, est une chimère » (National Reformer, 30 janvier 1847).

4.4 John Francis Bray[modifier | modifier le wikicode]

John Francis Bray partage l'objectif d'Owen d'aboutir à une société collectiviste, mais pense lui aussi qu'une transition est nécessaire. Les expériences de colonies communistes échouent parce qu'elles agglutinent dans la promiscuité des êtres encore esclaves de leurs habitudes, de leurs préjugés et de leur égoïsme. Aussi à titre transitoire, Bray conseille le recours à des sociétés par actions gérées par les ouvriers et formant une sorte de confédération des activités de travail.

4.5 Marx et Engels[modifier | modifier le wikicode]

Marx et Engels, en particulier dans leur jeunesse, furent marqués par les expériences et élaborations des socialistes utopiques. Par exemple en 1845 Engels décrit de façon élogieuse les expériences «communistes» faites aux États-Unis par des communautés égalitaristes (quakers, shakers, owenistes...)[6]. Même s'il est attiré par la ruralité (les colonies sont fondées en pleine campagne), Owen est un des premiers socialistes à être inséré dans le monde industriel, et à miser sur la société d'abondance plutôt que sur un communisme ascétique.

Mais au cours des différents débats qui traversent le socialisme, et suite à leurs réflexions et à leurs observations du mouvement ouvrier naissant, Marx et Engels vont produire une critique de ces courants. Cela va les amener à opposer leur « socialisme scientifique » au « socialisme utopique » (dont Owen était vu comme représentant majeur).

Toutefois cela ne s'accompagnait pas de mépris pour ces fondateurs. Engels a rendu hommage à Owen dans l’Anti-Dühring où il l’appelle « un homme d’une simplicité de caractère presque sublime et enfantine et en même temps un meneur d’hommes né ».

5 Postérité[modifier | modifier le wikicode]

Owen a laissé une empreinte profonde sur le socialisme anglais jusqu’à aujourd’hui. C’est pourquoi son œuvre a été disputée entre les interprétations divergentes, sinon contradictoires.

Les Fabiens, suivis par un large courant du travaillisme, ont vu en Owen un réformateur modéré, parfois discutable, mais dont la pensée, originale et féconde, a fondé une science de la société communautaire, de manière complètement indépendante du marxisme.

Pour certains historiens du mouvement ouvrier, Owen fait figure de capitaliste venu au peuple, d’homme de bien qui, sans s’intégrer à la classe ouvrière, a tenté de lui donner une impulsion militante, mais n’a pas su l’orienter faute de sens politique. Pour les coopérateurs Owen se réduit avant tout au fondateur du mouvement coopératif. Pour d’autres il est le premier militant en Angleterre du courant laïciste et athée. En Amérique Owen a surtout été considéré à travers son expérience de New Harmony et l’owenisme devient un laboratoire d’expériences communautaires, une quête de la société idéale. Plus récemment J.F.C. Harrison a mis l’accent sur l’unité de l’owenisme, de part et d’autre de l’Atlantique, en tant que mouvement global, idéologique, culturel, social, sans séparer arbitrairement le maître de ses disciples ni les divers aspects de l’œuvre.

Un musée est dédié à Robert Owen dans sa ville natale de Newtown.[7]

6 Œuvres écrites de Robert Owen[modifier | modifier le wikicode]

  • Esquisse du système d’éducation, 1825
  • Propositions fondamentales du système social, 1837
  • Le Livre du nouveau monde moral, 1847
  • Adresse à l’assemblée nationale de France, 1848
  • Courte exposition d’un système social rationnel, 1848
  • Dialogue entre la France, le monde et Robert Owen, 1848
  • Proclamation au peuple français, 1848
  • The Life of Robert Owen written by himself (Londres, 1857)

Il faut ajouter la littérature oweniste, c’est-à-dire non seulement les écrits des disciples, mais les séries des Tracts populaires ou Tracts sociaux, diffusés en grande quantité, et plus encore les journaux : l’Economist (1821-22) et le Co-operative Magazine (1826-29) pour la première période ; la New Harmony Gazette (1825-28) ; à partir de 1832 The Crisis (1832-34), le New Moral World (1834-45) et le Reasoner (après 1846).

7 Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

7.1 Ouvrages anciens[modifier | modifier le wikicode]

Biographies anciennes

  • A. J. Booth (London, 1869)
  • W. L. Sargant (London, 1860)
  • Owen, Robert Dale, Threading my Way, Twenty-seven Years of Autobiography (Londres, 1874).
  • Robert Dale Owen, 'Robert Owen & New Lanark.
  • Lloyd Jones (London, 1889)
  • F. A. Packard (Philadelphia, 1866)
  • Édouard Dolléans, Robert Owen (Paris, 1905)
  • H. Simon, Robert Owen: sein Leben und seine Bedeutung für die Gegenwart (Jena, 1905)
  • Frank Podmore, Robert Owen: A Biography, 2 vols. Londres : Allen & Unwin, 1905.
  • G. D. H. Cole (London, Ernest Benn Ltd., 1925)

Autres ouvrages

  • Louis Reybaud, Etude sur les réformateurs contemporains ou socialistes modernes Saint-Simon, Charles Fourier, Robert Owen…, 1864.
  • G. J. Holyoake, History of Co-operation in England (London, 1906)

7.2 Ouvrages récents[modifier | modifier le wikicode]

  • Robert Owen, textes choisis, Introduction et notes de A.L. Morton, Éditions sociales, Les classiques du peuple, 1963.

Biographies

Articles

8 Notes et sources[modifier | modifier le wikicode]