Paysannerie

De Wikirouge
Aller à : navigation, rechercher
Paysans.png

La paysannerie est la classe sociale vivant de la terre qu'elle possède et travaille. De part sa nature peu mobile, la paysannerie a le plus souvent été "passive" au cours de l'histoire, mais sa force alliée ou utilisée par d'autres classes a pu générer de grandes révolutions.

Sociétés précapitalistes[modifier]

Le point commun aux sociétés précapitalistes, c'est d'être des sociétés où le travail humain est centré sur l'agriculture ou l'élevage.

Des révolutions paysannes ont parfois eu lieu, mais n'ont jamais en elles-mêmes provoqué de saut qualitatif vers une nouvelle société : elles ont été des révolutions politiques, mais pas des révolutions sociales.

« Dans l'ancienne Chine des révolutionnaires portèrent la paysannerie au pouvoir, ou, pour être plus précis, octroyèrent le pouvoir aux chefs militaires des soulèvements paysans. Ceci conduisit chaque fois à un nouveau partage de la terre et à l'instauration d'une nouvelle dynastie "paysanne"; à ce point, l'histoire recommençait par le commencement. La nouvelle concentration de la terre, la nouvelle aristocratie, le nouveau système d'usure provoquaient un nouveau soulèvement. Aussi longtemps que la révolution conserve son caractère purement paysan, la société est incapable de sortir de ce cercle vicieux et sans issue.

C'est là la base de l'histoire ancienne de l'Asie, y compris l'histoire ancienne russe. En Europe, dès le début du déclin du Moyen Age, chaque soulèvement paysan victorieux portait au pouvoir, non pas un gouvernement paysan, mais un parti urbain de gauche. Un soulèvement paysan était victorieux exactement dans la mesure où il réussissait à renforcer la position de la section révolutionnaire de la population urbaine. »[1]

Capitalisme et paysannerie[modifier]

Paysannerie et révolutions bourgeoises[modifier]

Dans les révolutions bourgeoises, la paysannerie (ainsi que les plébéiens) a souvent été utilisée comme « bélier » par les leaders bourgeois. Cela a conduit les marxistes à considérer la fin du servage et la réforme agraire (ouvrant la voie au marché capitaliste dans les campagnes) comme des « tâches de la révolution démocratique-bourgeoise ».

Cependant il y a des différences notables dans les révolutions bourgeoises en fonction des circonstances, et une tendance à l'évolution au cours du temps :

  • En Angleterre, le servage a disparu effectivement vers la fin du 14e siècle, et la paysannerie a perdu progressivement ses terres communes à travers la Réforme, les enclosures, et deux révolutions, jusqu'au 19e siècle. Le développement du capitalisme, se fit relativement lentement et sans contrainte extérieure.
  • En France, la lutte contre la monarchie absolue, l'aristocratie et le haut clergé força la bourgeoisie à accomplir vers la fin du 18e siècle une révolution agraire radicale. Après cela, les ruraux de France, devenus indépendants, s'avérèrent pour longtemps le sûr appui de l'ordre bourgeois et, en 1871, aidèrent la bourgeoisie à mater la Commune de Paris.
  • En Allemagne, la bourgeoisie se montra incapable de donner une solution révolutionnaire à la question agraire et, en 1848, livra les paysans aux hobereaux, de même que Luther, plus de 3 siècles auparavant, avait abandonné aux princes d'Empire les gueux soulevés. D'autre part, le prolétariat allemand, au milieu du 19e siècle, était encore trop faible pour prendre la direction de la paysannerie. Le développement du capitalisme, en Allemagne, obtint donc aussi un délai suffisant, quoique moins étendu qu'en Angleterre, pour se subordonner l'économie agricole telle qu'elle était sortie d'une révolution bourgeoise non parachevée.

Au début du 20e siècle en Russie, les socialistes débattent intensément de la révolution qui vient. Les narodniks, non marxistes, parlent simplement de révolution démocratique et populaire, et exaltent la paysannerie. Les social-démocrates du POSDR soutiennent à l'inverse qu'une analyse en termes de classes sociales est indispensable. Ils sont d'abord tous unanimes sur le schéma classique du matérialisme historique : révolution démocratique-bourgeoise dans un premier temps, puis, après une période de développement capitaliste, révolution socialiste. Cependant, la situation en Russie est particulière (Trotsky parlera de développement inégal et combiné) : un prolétariat minoritaire mais concentré et organisé existe déjà, et la bourgeoisie craint beaucoup de le voir se mobiliser. En particulier, la tentative révolutionnaire de 1905 montre que la bourgeoisie préfère se jeter dans les bras de la réaction plutôt que de risquer de tout perdre dans une lutte de classe trop intense. Le POSDR se divise en deux attitudes radicalement différentes :

Trotsky développe une idée différente et originale : la théorie de la révolution permanente. Il critique l'opportunisme des menchéviks, mais considère que la théorie de Lénine est inconséquente. Trotsky insiste sur l'incapacité de la paysannerie à se structurer en parti indépendant et donc à avoir un rôle dirigeant. Par conséquent, il conclut que c'est nécessairement le prolétariat (et son parti, la social-démocratie), qui doit avoir ce rôle dirigeant, et que cela le conduira nécessairement, dans un processus ininterrompu (« révolution permanente »), des revendications immédiates aux mesures socialistes.[1]

Trotsky souligne par exemple que même les grandes révoltes paysannes de l'histoire russe n'avaient pas les conditions objectives pour déboucher sur une révolution démocratique-bourgeoise :

« Quinze ans environ avant la grande Révolution française, éclata en Russie un mouvement de cosaques, de paysans et d'ouvriers-serfs dans l'Oural — ce que l'on a appelé la révolte de Pougatchev. Que manqua-t-il à ce terrible soulèvement populaire pour qu'il se transformât en révolution ? Un Tiers-État. A défaut d'une démocratie industrielle des villes, la guerre paysanne ne pouvait se développer en révolution, de même que les sectes religieuses des campagnes n'avaient pu s'élever jusqu'à une Réforme. Le résultat de la révolte de Pougatchev fut, au contraire, de consolider l'absolutisme bureaucratique, protecteur des intérêts de la noblesse, qui montra de nouveau ce qu'il valait à une heure difficile.  »[2]

Prolétarisation de la paysannerie[modifier]

Article détaillé : Prolétarisation de la paysannerie.

Un des effets majeurs du développement du capitalisme, c'est la prolétarisation massive de la paysannerie et l'exode rual, en parallèle du développement de la classe ouvrière urbaine. Ce changement massif à l'échelle globale conduit pour la première fois dans l'histoire au passage de sociétés agricoles à des sociétés industrielles.

Socialisme et paysannerie[modifier]

Une classe réactionnaire ?[modifier]

A plusieurs reprises, Marx et Engels ont souligné le rôle réactionnaire joué par la paysannerie. Par exemple Marx analyse dans Le 18 brumaire que les petits paysans parcellaires ont soutenu massivement Napoléon III lors du plébiscite qui suit son coup d'Etat de 1851. En 1871, il constate également que c'est la France rurale qui a voté pour une assemblée majoritairement monarchiste, par opposition à la Commune de Paris (et de Lyon, Marseille...).

Faire ce constat ne l'empêchait pas de penser qu'il était possible que le mouvement ouvrier prenne la tête d'une transformation sociale de tout le pays à laquelle les paysans pourraient se rallier.

Suite à la révolution d'Octobre, Kautsky a durement critiqué les bolchéviks, les accusant d'avoir pris le pouvoir dans une société non mûre, trop arriérée. Il accuse en particulier la prédominance de l'élément paysan dans le bolchévisme de lui donner un caractère réactionnaire, l'opposant à la Commune de Paris qui elle aurait été purement prolétarienne.[3] Trotsky répond de façon cinglante :

« Il est parfaitement exact que le soutien des paysans fut "épargné" à la Commune de Paris. Celle-ci, en revanche, ne fut pas épargnée par l'armée paysanne de Thiers ! Tandis que notre armée, composée pour les quatre cinquièmes de paysans, se bat avec enthousiasme et succès pour la République des Soviets. »[4]

Une classe révolutionnaire ?[modifier]

Les révoltes paysannes ont été nombreuses au cours de l'histoire, et plus généralement, le mouvement paysan revient régulièrement sur le devant de la scène (Bolivie, Brésil, Thaïlande...). Et à chaque fois des enthousiastes veulent expliquer que ce mouvement est l'avenir, qu'il est le plus dynamique, que la paysannerie est la classe révolutionnaire... Et ce avec d'autant plus d'assurrance que le mouvement ouvrier est affaibli.

Pourtant, rien de bien nouveau sous le soleil... ni sur la terre. Si les petits-paysans mènent parfois des combats honorables contre de grands propriétaires fonciers exploiteurs, et si nous, communistes révolutionnaires, les soutenons dans ces luttes, nous ne faisons pas de la petite propriété paysanne l'avenir de l'humanité.

Premièrement, ces mouvements considèrent que leur but est atteint s'ils parviennent à obtenir, par exemple, une réforme agraire. Ils ne vont généralement pas plus loin, et le peuvent difficilement, étant donné l'isolement relatif de la paysannerie du reste de la société.

Ensuite, quoi qu'on puisse dire sur une agriculture paysanne idéalisée, la société ne reviendra pas "en arrière" en renonçant aux avancées de l'industrialisation, y compris dans le monde agricole. L'immense gâchis de travail que représente une humanité s'épuisant individuellement sur sa parcelle ne fera pas recette, et ce ne serait pas souhaitable. Cela ne veut évidemment pas dire qu'il n'y ait pas un travail énorme de conversion de l'agriculture moderne, notamment pour répondre d'urgence à des problèmes écologiques.

Démagogie envers les paysans[modifier]

Etant donné que le marxisme place son fondement sur la classe ouvrière, de nombreux anti-marxistes n'hésitent pas à faire de la démagogie pour monter les paysans contre les marxistes. Trotsky remarquait ainsi que c'est une accusation que « les agrariens réactionnaires, les socialistes-chrétiens et les fascistes dirigent toujours contre les socialistes, et d'autant plus, contre les communistes »[5]. Au cours des années 1920, les staliniens ont à leur tour accusé les trotskistes de chercher à « dépouiller le moujik ».

Socialisme et petite-paysannerie[modifier]

Marx et Engels ne considéraient pas que les socialistes, qui sont un parti ouvrier, pouvaient promettre tout et n'importe quoi aux paysans en tant que petits propriétaires privés :

« Comment porter aide au paysan non comme futur prolétaire, mais comme propriétaire rural actuel sans violer les principes fondamentaux du programme socialiste général? (...) Disons-le franchement, étant donnés ses préjugés, fondés sur toute sa situation économique, son éducation, sa façon de vivre isolément et nourrie par la presse bourgeoise et les grands propriétaires fonciers, nous ne pouvons conquérir la masse des petits paysans du jour au lendemain que si nous lui faisons des promesses que nous savons ne pas pouvoir tenir. Nous sommes obligés de lui promettre non seulement de protéger sa propriété dans tous les cas contre les puissances économiques qui l'assaillent, mais même de la délivrer de toutes les charges qui, actuellement, l'oppriment: de faire du fermier un propriétaire libre et de payer les dettes du propriétaire dont la terre est grevée d'hypothèques. Si nous pouvions faire cela, nous reviendrions nécessairement au point de départ d'un développement qui a nécessairement abouti à l'état actuel. Nous n'aurions pas libéré le paysan, nous lui aurions accordé un quart d'heure de grâce! »[6]

Cependant, ils n'évoquaient pas la contrainte, mais une transition graduelle vers des exploitations collectives :

« Lorsque nous serons au pouvoir, nous ne pourrons songer à exproprier par la force les petits paysans (que ce soit avec ou sans indemnité), comme nous serons obligés de le faire pour les grands propriétaires fonciers. Notre devoir envers le petit paysan est, en premier lieu, de faire passer sa propriété et son exploitation individuelles à l'exploitation coopérative, non en l'y contraignant, mais en l'y amenant par des exemples et en mettant à sa disposition le concours de la société. »

En Russie, les social-démocrates étaient convaincus que la révolution à venir serait bourgeoise, et dans ce cadre, la réforme agraire faisait partie de leurs revendications.

Même lorsque les bolchéviks ont évolué vers l'idée de révolution socialiste, ils ont continué à penser que cela devait se faire graduellement, par le pouvoir de la démonstration. Par exemple Lénine est toujours sur cette ligne dans les Thèses d'Avril. C'est ce que le pouvoir bolchévik à tenter d'appliquer après la révolution d'Octobre (le gouvernement provisoire issu de la révolution de Février n'avait rien fait pour les revendications paysannes) : ils ont exproprié les propriétaires terriens et réparti la terre entre paysans. Ils ont ensuite cherché à encourager les paysans à se regrouper en coopératives ou entreprises d'Etat.[7] Ce n'est qu'à partir de 1928 que Staline a décidé brutalement la collectivisation forcée de toutes les terres. 

Socialisme et moyenne paysannerie[modifier]

De juin à décembre 1918, les bolchéviks organisent des comités de paysans pauvres dans les campagnes, pour s'appuyer sur les prolétaires et semi-prolétaires des campagnes contre les koulaks, et pousser la paysannerie moyenne à basculer du côté des ouvriers. Par la suite, des soviets sont institués dans les campagnes. Lénine dira :

« Ceux qui sont renseignés et ont séjourné à la campagne disent que c'est seulement au cours de l'été et de l'automne 1918 que nos campagnes ont entrepris elles mêmes leur « Révolution d'Octobre » (c'est à dire prolétarienne). Il s'opère un revirement. La vague des soulèvements koulaks fait place à la montée du mouvement des paysans pauvres, au progrès du « comités de paysans pauvres ». »[8]

Notes et sources[modifier]

  1. 1,0 et 1,1 Léon Trotsky, Trois conceptions de la révolution russe, 1940
  2. Léon Trotsky, Histoire de la révolution russe, 1930
  3. Karl Kautsky, Terrorismus und Kommunismus - Ein Beitrag zur Naturgeschichte der Revolution, Berlin, 1919
  4. Léon Trotsky, Terrorisme et communisme, 1920
  5. Léon Trotsky, Ma vie, 1930
  6. Friedrich Engels, La Question agraire en France et en Allemagne, Éditions Sociales, 1956
  7. Lénine, L'économie et la politique à l'époque de la dictature du prolétariat, 30 octobre 1919
  8. Lénine, La révolution prolétarienne et le renégat Kautsky, 1918