Privatisation

De Wikirouge
Aller à : navigation, rechercher

La privatisation consiste pour un gouvernement à vendre une entreprise publique à des investisseurs, ou à céder une partie importante de son capital.

Intérêt pour la bourgeoisie
[modifier]

Les privatisations se résument souvent à des "cadeaux" faits à la bourgeoisie par son Etat. Celle-ci peut alors par ce biais tirer profits d'investissements passés assumés par la collectivité, accroître le marché national, et donc réaliser d'importants profits.

En pratique les privatisations sont impopulaires et donc souvent graduelles, et précédées de libéralisations et de changements d'entités (EPIC, SA...) destinées à préparer le terrain et les investisseurs. Pour certains secteurs, les nouveaux patrons obtiennent le beurre et l'argent du beurre grâce à des découpages astucieux : séparations du gestionnaire du réseau (ERDF, RFF...), qui reste à la collectivité, et de l'exploitant privé.

Conséquences sociales
[modifier]

Pour les salariés de ces entreprises la transition est souvent très marquée avec un accroissement brusque de l'exploitation. Pour les usagers, l'augmentation des prix et la dégradation du service rendu est le plus souvent constatée.

Quelques exemples :

Attitude des révolutionnaires[modifier]

Les révolutionnaires s'opposent aux privatisations, mais pas avec la même perspective que les réformistes. Ceux-ci essaient de présenter les quelques entreprises publiques comme la panacée, secteurs publics essentiels à un "capitalisme juste". Effectivement certains secteurs ont besoin d'un point de vue capitaliste d'être gérés par l'Etat, car non rentables. L'extension de cette sphère dans la période de l'Après-guerre est le fruit d'un compromis, pas d'une transformation vers le socialisme...

Les marxistes rappellent donc la différence fondamentale entre nationalisation bourgeoise et nationalisation sous contrôle ouvrier, ou socialisation. Il s'agit donc de défendre la forme étatique des entreprises publiques pour deux raisons : la lutte syndicale et politique y est généralement facilitée pour les travailleurs, et seule la prise de pouvoir politique y sera nécessaire.

Exemples
[modifier]

  • 1982 | En Angleterre, amorce de la privatisation des chemins de fer.
  • 1986 | Acte Unique Européen: parmi les avancées institutionnelles de l'UE, l'objectif du "marché libre" est affirmé.
  • 1988 | Une directive européenne demande la libéralisation des Télécoms en 1998. France Télécom est alors muté en Société Anonyme et sera privatisé progressivement en dix ans.
    [1]
  • 1991 | Directive européenne 91/440/CEE: les Etats doivent libéraliser le transport ferroviaire.
  • 1993 | Privatisation effective de British Rail (y compris par les travaillistes)
  • 1994 |
    • AGCS, accord visant à la libéralisation des services, même ceux qui sont encore "publics"...
    • Libéralisation du fret ferroviaire en Allemagne.
  • 1995 | Privatisation de la SEITA
  • 1997 | Réseaux férrés de France (RFF) est séparé de la SNCF. Cette opération a pour but de pouvoir ouvrir la concurrence sur les chemins de fer français (même opération en Allemagne et en Angleterre)
  • 2001 | Libéralisation de l'électricité en Autriche
  • 2003 | Privatisations et dérèglementations (possibilité de virer des gens dans le public) en Inde.
  • 2005 | Traité Constitutionnel Européen qui fixe "la concurrence libre et non faussé" comme principe de base des politiques européennes. Matraquage médiatique pour le OUI donc, avec camouflage en faux débat "pour ou contre l'Europe"...
  • 2006 | Libéralisation du fret en France.
  • 2008 |
    • Privatisation d'"Aéroports de Paris".
    • Grève générale en Afrique du Sud contre l'augmentation brusque des prix de l'électricité suite à la privatisation.
  • 2010 | Privatisation d'Eurostar

Notes et sources
[modifier]

  1. L'arrogance bourgeoise avait été jusqu'à interdire la récupération -anticoncurrentielle- de l'eau de pluie.