Droit bourgeois

De Wikirouge
Aller à : navigation, rechercher
Statue symbolisant la justice à Francfort

Le « droit bourgeois » désigne les lois et réglements en vigueur dans les sociétés capitalistes actuelles.

L'application de ce droit forme une justice de classe.

Généralités[modifier]

Le droit bourgeois est né avec la démocratie bourgeoise.

Par rapport à l'arbitraire des régimes antérieurs, l'apparition du droit bourgeois est un progrès indéniable.

Mais avec le développement de l'exploitation de la classe travailleuse, le droit bourgeois est devenu une caution permettant aux capitalistes et aux personnes morales que sont les entreprises de se cacher derrière l'apparence de légitimité que constitue la légalité pour cautionner l'ordre établi. Une révolution socialiste ne peut que transgresser le droit bourgeois massivement, ne serait-ce que pour opérer un transfert massif de la propriété des moyens de production vers la propriété collective.

Un des points sur lequel insiste le marxisme, c'est que le droit (en tant qu'élément de la superstructure) reflète les rapports de production. Cependant, Engels remarquait que le droit bourgeois masque aussi les rapports de production capitalistes en raison de son auto-justification :

« Dans un État moderne, il faut non seulement que le droit corresponde à la situation économique générale et soit son expression, mais qu'il possède aussi sa cohérence interne et ne porte pas en lui sa condamnation du fait de ses contradictions internes. Et le prix de cette création, c'est que la fidélité du reflet des rapports économiques s'évanouit de plus en plus (...). Le reflet des rapports économiques sous forme de principes juridiques a nécessairement aussi pour résultat de mettre les choses la tête en bas. »[1]

Héritage du droit romain[modifier]

Marx et Engels insistaient sur le fait que « le droit n'a pas davantage que la religion une histoire qui lui soit propre »[2], c'est-à-dire que son développement est déterminé par l'infrastructure économique, et non pas par une logique propre. Cela n'empêche pas que les éléments idéologiques du passé soient réutilisés, telles des briques que l'on récupère. Le droit moderne s'est ainsi en grande partie édifié sur le droit romain, redécouvert et réutilisé après une éclipse féodale.

Marx et Engels faisaient l'analyse suivante, mettant en avant à la fois les points communs entre l'antiquité romaine et l'essor bourgeois (présence de propriété privée), et les différences (abscence de logique d'accumulation capitaliste dans l'antiquité).

La dissolution de la communauté naturelle engendre le droit privé ainsi que la propriété privée, qui se développent de pair. Chez les Romains, le développement de la propriété privée et du droit privé n'eut aucune autre conséquence industrielle ou commerciale parce que tout leur mode de production restait le même. Chez les peuples modernes où l'industrie et le commerce amenèrent la dissolution de la communauté féodale, la naissance de la propriété privée et du droit privé marqua le début d'une phase nouvelle susceptible d'un développement ultérieur. Amalfi, première ville du moyen âge qui eut un commerce maritime étendu, fut aussi la première à élaborer le droit maritime. En Italie d'abord et plus tard dans d'autres pays, dès que le commerce et l'industrie eurent amené un développement plus considérable de la propriété privée, on reprit immédiatement le droit privé des Romains déjà élaboré, qui fut élevé au rang d'autorité. Plus tard, lorsque la bourgeoisie eut acquis assez de puissance pour que les princes se chargent de ses intérêts, utilisant cette bourgeoisie comme un instrument pour renverser la classe féodale, le développement proprement dit du droit commença dans tous les pays — en France au XVI° siècle — et dans tous les pays, à l'exception de l'Angleterre, ce développement s'accomplit sur les bases du droit romain. Même en Angleterre, on dut introduire des principes du droit romain (en particulier pour la propriété mobilière) pour continuer à perfectionner le droit privé.[2]

Exemples[modifier]

« Le droit est le même pour tous »[modifier]

En théorie, le droit est le même pour tous. En pratique, il est appliqué beaucoup plus sévèrement pour de petits délinquants que pour des délinquants en col blanc.

Ce fait est si évident qu'il est régulièrement admis y compris par des membres de la bourgeoisie. Théodore Roosevelt disait par exemple en 1905 :

« Nous savons tous qu'en l'état de choses acutel, un grand nombre des membres les plus influents et les mieux rétribués du barreau, dans toutes les agglomérations riches, se font une spécialité d'élaborer des plans hardis et ingénieux, en vue de permettre à leurs clients fortunés, individus ou corporations, d'éluder les lois faites, dans l'intérêt du public, pour régir l'usage des grosses fortunes. »

L'accès au droit[modifier]

Les plus riches peuvent faire appel aux avocats les plus doués, qui peuvent utiliser toutes les ficelles du droit à leur bénéfice. Ils peuvent par exemple dénicher des vices de forme dans les procédures et faire tomber des jugements même lorsque tout le monde est convaincu de leur culpabilité.

Cette inégalité d'accès se prolonge à l'échelle des pays. Si un pays veut porter plainte contre les États-Unis pour non-respect des règles de l'OMC (non respect qui est chronique), cela peut coûter un million de dollars, somme équivalente au budget annuel de certains petits pays pauvres.

Les personnes morales[modifier]

La notion de "personne morale" est très pratique pour les capitalistes, à qui elle permet de bénéficier de droits qui sont dérivés de ceux des "personnes physiques".

Par exemple, les grandes sociétés aux États-Unis ont réussi à utiliser le 14ème amendement de la Constitution, créé à la fin de la Guerre de sécession pour protéger les citoyens Noirs, pour contester toute mesure contre elles[3]. Plus récemment, dans des procès d'agences de notation pour fraude (omission délibérée de risques connus), celles-ci se sont défendues en invoquant le 1er amdt de la Constitution (liberté d'expression), en disant que leur notation n'est qu'une opinion.

Ou encore, une jurisprudence de la Cour Européenne des Droits de l’Homme a étendu la notion de domicile (arrêt de la CEDH, 21 février 2008, Ravon et autres c. France). Ainsi, les droits garantis sous l’angle de l’article 8 de la Convention européenne des droits de l’homme (droit au respect de la vie privée et familiale) sont à interpréter comme incluant - pour une société - le droit au respect de son siège social, son agence ou ses locaux professionnels (bureaux).

Le droit bourgeois dans les luttes sociales[modifier]

Les communistes révolutionnaires essaient généralement d'utiliser les possibilités offertes par le droit bourgeois, tout en critiquant ses limites. Les deux écueils principaux sont :

  • De se focaliser sur des luttes juridiques, au point de ne plus chercher à construire un rapport de force par l'organisation de la classe travailleuse autour de ses propres armes (grèves, manifestations...). C'est généralement l'attitude des socialistes réformistes.
  • De dédaigner de façon sectaire l'utilisation du droit bourgeois quand il peut servir concrètement une lutte.

Lénine était juriste de formation, et à ce titre il a parfois donné des conseils à des camarades emprisonnés.[4] Lorsqu'il était déporté en Sibérie en 1898, il donnait des conseils juridiques aux paysans et les encourgeait à se défendre devant les tribunaux. Cela a eu un effet, puisque lorsque Lénine quitte la région, la gendarmerie constate que « les paysans ne se laissent plus faire. » Néanmoins Lénine soulignait que les juristes avaient une tendance au conservatisme réactionnaire. Il attribuait à Bebel la citation : « les juristes sont des gens archiréactionnaires »[4].[5]

Le droit bourgeois et le communisme[modifier]

Dans la Critique du programme de Gotha. Marx distingue deux phases dans la construction de la société communiste :

  • Dans la première phase, les classes sociales et les rapports marchands ont disparu, mais « le droit égal, donc bourgeois » se maintiendra en ce qui concerne l’accès des travailleurs à la consommation puisque cet accès sera proportionnel au travail fourni : « l’égalité consiste ici dans l’emploi d’une unité de mesure commune ». Or, dit Marx, « les individus sont inégaux, non pas, dans le cas considéré, à cause des distinctions de classe (elles ont disparu), mais parce qu’un individu l’emporte physiquement ou moralement sur un autre, il fournit donc dans le même temps plus de travail ou peut travailler plus de temps (...). Ce droit égal (...) est donc dans sa teneur un droit fondé sur l’inégalité, comme tout droit ».
  • Dans la deuxième phase, les critères du droit bourgeois ne sont plus nécessaires (grâce à l'abondance et aux mentalités correspondantes), et l'humanité réalise pleinement l'adage communiste : « de chacun selon ses moyens, à chacun selon ses besoins ».

Lénine, qui s'est replongé dans ce texte de Marx pour rédiger L'Etat et la révolution, ajoute au sujet de la première phase : « Le droit bourgeois en ce qui concerne la répartition des objets de consommation, suppose nécessairement un Etat bourgeois, car le droit n ’est rien sans un appareil de coercition capable de contraindre à l’observation de ces normes ». D’où la formule d’un « Etat bourgeois sans bourgeoisie ». Commentant cette innovation de Lénine - il est l’un des rares à le faire - Pasukanis avance une seule remarque : « Marx ne mentionne pas la nécessité d’un pouvoir d’Etat qui assure par sa contrainte la réalisation de ces normes (...) mais cela va évidemment de soi »[6]

Notes et sources[modifier]

  • R. Miliband, L'État dans la société capitaliste, Bruxelles Presses de l'Université de Bruxelles, 2013
  • David Harvey, Brève histoire du néolibéralisme, 2014 [Note de lecture]
  1. Friedrich Engels, Lettre à Schmidt du 27 octobre 1890
  2. 2,0 et 2,1 K. Marx - F. Engels, L'idéologie allemande, 1845
  3. Voir le documentaire The corporation
  4. 4,0 et 4,1 Lénine, Lettre a E. D. Stassova et aux camarades emprisonnés de Moscou, 1905
  5. Lénine, La révolution prolétarienne et le renégat Kautsky, 1918
  6. Pasukanis, La théorie générale du droit et le marxisme, 1970