Société

De Wikirouge
Aller à : navigation, rechercher

La société est la façon dont les Hommes s'organisent entre eux.

Origines de la société

Les Hommes sont naturellement des animaux sociaux. Leurs organes physiques trop peu développés les obligent à travailler en coopération, tout comme pour la plupart des autres espèces (que ce soit chez les mammifères, comme les singes ; ou les insectes, comme les fourmis). C'est ce que Marx affirmait :

« L'homme ne peut survivre individuellement, ni assurer sa subsistance en dehors de la coopération avec d'autres membres de son espèce. Ses organes physiques trop peu développé ne lui permettent pas de s'approprier directement les vivres. Il doit produire ceux-ci collectivement [...] »

Évolution de la société

Communisme primitif

Article détaillé : Communisme primitif.

Il y a des millénaires, les rapports de production, qui reposaient sur la chasse et la cueillette, étaient arriérés : il n'y avait pas de modernité, ni de machinerie - et les Hommes vivaient peu longtemps (quelques décennies tout au plus). Ce mode de production primaire ne permettait pas de dégager de surplus suffisants à l'apparition de classes : les biens étaient collectivisés, bien qu'il y avait un semblant d'organisation hiérarchique au sein des clans - Marx parlait donc de communisme primitif, ou premier.

Révolution néolithique et apparition des sociétés de classes

Article détaillé : Révolution néolithique.

Avec la découverte et la généralisation de l'agriculture il y a de cela 7 000 ans, pour la première fois dans l'histoire de l'humanité, des surplus ont pu être créés. Ces surplus ont donc été accaparés par une minorité d'exploiteurs, ce qui a conduit à l'apparition de classes durables, et donc à la société de classe telle qu'on la connaît, du moins dans sa généralité. Cette société de classe va se poursuivre jusqu'à aujourd'hui, en prenant des formes différentes avec l'évolution conjointe des rapports de productions et des sphères idéologiques. Pour les marxistes, le modèle du matérialisme historique permet d'expliquer avec cohérence ces évolutions. Elles n'invoquent pas toute forme de divinité, l'Idée ou encore "la Raison", qui sont des fumisteries idéologiques, mais bien la lutte des Hommes entre eux et donc des classes pour leurs intérêts, et ce qui en découlait. C'est ce qui fait de cette lutte le moteur de toute société de classe, et donc des sociétés modernes ; et que pour Marx, cela ne pouvait s'achever que par la « transformation [révolutionnaire] de la société toute entière [...] ou la destruction des deux classes en lutte »[1].

Société sous le capitalisme

Le mode de production capitaliste n'a pas aboli la société de classe. Mais il en a simplifié les luttes : la société se concentre de plus en plus entre le prolétariat (avec des variantes, comme le sous-prolétariat), qui est constitué des éléments déclassés de la société, et la bourgeoisie, qui est possédante des moyens de production. Afin de maintenir son étau, la bourgeoisie y a inscrit dans les droits des États souverains son Droit, et notamment celui de la propriété privée des moyens de production, qui légitime l'appartenance des moyens de productions à une minorité d'exploiteurs.
Allégorie de la société de consommation

Évolution ultérieure de la société

Aujourd'hui, il est évident que le capitalisme ne pourra subsister bien longtemps car il s'effondrera sous les poids de ses propres contradictions, même si cela pourrait prendre des siècles (comme cela a bien pris des siècles pour le système féodal). L'humanité pourrait très bien être consumée par les ravages d'une guerre atomique entre puissances impérialistes. Mais elle pourrait aussi renverser ce système pourri et en créer un nouveau, basé sur la mise en commun des moyens de productions et donc l'abolition de la propriété privée des moyens de production : le communisme.

Pour les communistes, l'instauration d'une société sans classes héritée du capitalisme est le seul véritable progrès, car il permettra d'abolir définitivement l'exploitation de l'homme par l'homme et par-là même, de le rendre enfin conscient. Ce ne serait pas la "fin de l'histoire" comme l'ironise certain, mais plutôt la fin de la pré-histoire de l'humanité, caractérisée par la domination de quelques Hommes sur d'autres.

Notes et sources

  1. Le Manifeste du parti communiste, Marx et Engels, 1848