Impôt sur le revenu

De Wikirouge
Aller à : navigation, rechercher

L'impôt sur le revenu est un impôt direct sur les revenus des individus ou des entreprises. Pour ces dernières, le plus souvent, un impôt à part (impôt sur les sociétés) a été créé, pour mieux l'adapter à leurs particularités, souvent pour mieux leur faire des "allègements".

Historique[modifier]

L'impôt sur le revenu est une mesure relativement récente. De par sa nature, il nécessitait la généralisation du salariat pour qu'il y ait un ensemble assez défini à taxer, et une administration capable de le percevoir de façon systématique. Il fallait également que les sommes perçues soient assez élevées pour couvrir le coût de cette admnistration, autrement dit que le surproduit social soit déjà élevé. Globalement, on peut dire qu'il avait besoin du mode de production bourgeois pour émerger durablement. Avant, même si l'idée germa par endroits, il n'y eut que des tentatives éphémères.

Prémisses[modifier]

Punch-Income Tax 1907.jpg
Mais au début de la société capitaliste, la bourgeoisie était farouchement hostile à l'idée d'un impôt sur le revenu. Elle était ardemment en faveur du laissez-faire économique, à cette époque où elle se dégageait tout juste du carcan féodal.

En revanche, en temps de guerre, il lui paraissait raisonnable de consentir à une taxe exceptionnelle.

C'est ainsi qu'en Angleterre fut levé en 1798 un impôt sur le revenu, pour financer la guerre contre Napoléon. Lorsque la taxe prit fin en 1816, de nombreux politiciens demandèrent à ce que toute trace de cette loi soit brûlée !

En 1861, en pleine Guerre civile, les Etats-Unis firent de même et levèrent un impôt sur le revenu.

Généralisation[modifier]

L'impôt sur le revenu en temps de paix fut pour la première fois instauré au Royaume-Uni en 1842. C'était alors le pays le plus avancé dans la transformation sociale qu'engendre le capitalisme. Il devenait nécessaire aux gouvernements de disposer de revenus stables et suffisants, pour assurer les tâches lourdes d'un Etat bourgeois moderne (encadrement de l'économie, instruction des travailleurs, répression des travailleurs...). C'est ce que Marx remarque en 1875. Contrairement au Parti socialiste allemand qui « réclame comme base économique de l'Etat un impôt unique et progressif sur le revenu », Marx remarque que ce type d'impôt existe dans des Etats capitalistes modernes, et fait une remarque plus générale :

« L'impôt sur le revenu suppose des sources de revenu différentes de classes sociales différentes, donc la société capitaliste. »[1]

Aux Etats-Unis, les démocrates passèrent une loi en 1894, mais la résistance fut telle, qu'une jurisprudence invalida l'impôt jusqu'en 1913.

L'impôt sur le revenu, avec des formes différentes, va ensuite rapidement se généraliser.

ImpotRevenuAfficheConservateurs.png
En France, après plusieurs années de débat dans la bourgeoisie, l'impôt sur le revenu est instauré le 15 juillet 1914. Là encore, l'imminence de la Première guerre mondiale a joué un grand rôle[2], mais un palier avait été franchi, et l'impôt sur le revenu ne sera plus remis en cause.

Evolutions récentes[modifier]

En revanche, le caractère plus ou moins progressif des impôts sur le revenu sont toujours l'objet d'un rapport de force. En France par exemple, de 1917 à 1948, l'impôt progressif coexiste avec des impôts proportionnels. A la Libération, le poids des organisations ouvrières permet d'imposer un impôt progressif unique, plus transparent et plus juste. En revanche, depuis les années 1970, on voit le retour d'impôts proportionnels (CSG, CRDS...) qui ponctionnent davantage le prolétariat.

Dans les dernières décennies, la bourgeoisie a dans beaucoup de pays fait diminuer l'impôt sur le revenu (ce qui libère d'autant plus de sommes que l'on est riche), et surtout réduit sa progressivité le cas échéant. C'est un des facteurs qui alimente la dette publique.

En France, les baisses de l’impôt sur le revenu ont atteint de 32,9 à 41,6 milliards d’euros, le nombre de tranches est passé de 13 en 1986 à 5 tranches en 2007, et le taux marginal d’imposition (celui sur la tranche la plus élevée du revenu) est passé de 65% à 41%.

Taux marginal de l'impôt sur le revenu (en général, cela concerne uniquement les revenus du travail) :

Pays 1986 2002 2007
France 65% 50,1% 40%
Allemagne 53% 48,5% 47,5%
Belgique 72% 55% 50%
Espagne 66% 48% 43%
Italie 62% 45,5% 43%
Pays-Bas 72% 52% 52%
Royaume-Uni 60% 40% 40%

Notes et sources[modifier]