Tony Cliff

De Wikirouge
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
TonyCliff.jpg

Ygael Gluckstein dit Tony Cliff (1917-2000), est un théoricien et militant trotskyste, originaire de Palestine et fondateur au Royaume-Uni du Parti socialiste des travailleurs (SWP).

Biographie[modifier | modifier le wikicode]

Ygael Gluckstein naît en Palestine le 20 mai 1917 au sein d'une famille d'immigrants sionistes de gauche. Bien que sympathisant communiste durant son adolescence, il n'adhère pas au Parti communiste palestinien, mais à Hachomer Hatzaïr, organisation sioniste de gauche. Il évolue cependant vers le trotskysme et se montre partisan de la construction d'un mouvement ouvrier unissant travailleurs arabes et juifs de la Palestine. Rompant avec le sionisme, il rejoint avec d'autres militants de Hachomer Hatzaïr, la Ligue communiste révolutionnaire palestinienne, une organisation trostkyste clandestine.

Durant la Seconde Guerre mondiale, il est arrêté par les autorités britanniques qui administrent alors la Palestine mandataire. Après sa libération, et alors que la Palestine sombre en pleine guerre civile, il émigre au Royaume-Uni en 1947, où il s'installe définitivement après une période d'exil forcé en Irlande (1947-1950). Il milite alors au sein du Revolutionary Communist Party (RCP), la section britannique de la IVe Internationale. Marié à une Britannique, Tony Cliff peut devenir résident permanent au Royaume-Uni, mais ne parvient ensuite jamais à en obtenir la citoyenneté, et demeure apatride jusqu'à la fin de ses jours[1].

Après la guerre, les trotskystes sont divisés. Comment analyser l'extension du système de l'URSS en Europe de l'Est, alors que Trotsky était certain que la bureaucratie stalinienne ne pouvait pas survivre à la guerre ?

Sur beaucoup de points, Cliff était du côté de la direction du RCP autour Jock Haston, et s'est impliqué dans les débats concernant la nature de ces États, débats initiés par une faction dans le RCP. Ce débat était relié à d'autres discussions sur les industries nationalisées en Grande-Bretagne et le RCP prit une position de plus en plus critique vis-à-vis de la direction de la Quatrième Internationale, notamment sur la question yougoslave. Cliff analyse l'expansionnisme soviétique comme un impérialisme. Il considère que - sous la couverture de formes juridiques nouvelles et d'un vocabulaire marxiste - la domination des travailleurs à l'Est est dans son essence la même que celle à l'Occident. Vers la fin des années 1940, Cliff développe sa théorie caractérisant l'URSS comme un capitalisme d'État.

Le RCP se divise en 1947, sur la question de l'entrisme dans le Labour Party : la majorité refuse d'y entrer, et la section britannique de la Quatrième internationale est divisée en deux. Les proches de Cliff suivent le groupe minoritaire de Gerry Healy qui entre au Labour Party et forme The Club, mais Cliff lui-même est expulsé en Irlande à ce moment-là. Les partisans de Tony Cliff à Birmingham sont expulsés par Healy, au motif de leurs divergences sur le syndicalisme et sur leur refus de prendre position dans la guerre de Corée. Ted Grant a tenté de défendre les droits des partisans de Cliff, et a été lui aussi été expulsé.

En 1950, il contribue à lancer le groupe Socialist Review, qui publie une revue du même nom. Ce devait être la principale publication pour laquelle Gluckstein a écrit dans les années 1950, jusqu'à ce qu'elle soit remplacée par International Socialism en 1960, jusqu'en 1962. A la fin des années 1950 il prend le nom de plume de Tony Cliff. Dans les années 1960 il fait revivre beaucoup de ses pseudonymes antérieurs dans les pages du Socialisme international : Roger, Roger Tennant, Sakhry, Lee Rock...

Cliff et un petit groupe de sympathisants, le Socialist Review Group, fonde alors son propre courant, aujourd'hui représenté par le SWP britannique et son organisation internationale International Socialist Tendency.

Son groupe passe de moins de 100 membres en 1960 jusqu'à environ 3000 en 1977, date à laquelle il est rebaptisé Socialist Workers Party (SWP). Cliff en est resté un membre dirigeant jusqu'à sa mort en 2000. Il était au centre des diverses réorientations menées dans le SWP de temps en temps. En particulier, après le niveau de luttes important du début des années 1970, il analyse à la fin des années 1970 que le mouvement ouvrier entre dans une «récession» et que l'activité du parti devrait être radicalement modifiée. Un vif débat s'ensuivit, que la tendance de Cliff a finalement remporté.

L'écrivain trotskiste Samuel Farber, un partisan de longue date de l'International Socialist Organization aux États-Unis, a fait valoir que le régime interne du parti créé par Cliff pendant cette période « rappelle celui établi par Zinoviev au milieu des années 1920 en l'URSS » conduisant par conséquent aux différentes crises et des scissions dans le groupe plus tard[2].

Cliff écrit de nombreux livres, dont une histoire de la grève générale de 1926 en Grande-Bretagne, une histoire marxiste du Parti travailliste, une biographie de Rosa Luxemburg, une biographie en trois tomes de Lénine et une autre en quatre tomes de Trotsky. Ses ouvrages répondaient toujours à un problème de construction politique concret qui se posait, et malgré leur sérieux ils restent accessibles et évitent l'aspect académique.

Son autobiographie, A World to Win, a été publiée en 1999.

Il meurt le 9 avril 2000.

Liens externes[modifier | modifier le wikicode]

Notes et références[modifier | modifier le wikicode]

  1. A revolutionary without a revolution, Red Pepper, octobre 2011
  2. Samuel Farber, Tony Cliff as a Socialist Leader, Solidarity, 8 août 2013