Baisse tendancielle du taux de profit

De Wikirouge
Aller à : navigation, rechercher
EconomieCrise.png
La baisse tendancielle du taux de profit est une des contradictions fondamentales du capitalisme, découverte par Karl Marx. Elle signifie que l'évolution de l'économie capitaliste a tendance à faire baisser le taux de profit. Cela ne signifie évidemment pas qu'il baisse effectivement en permanence, mais que la bourgeoisie doit régulièrement pressurer les travailleurs (augmenter le taux d'exploitation) pour contrecarrer cette baisse. Et, de plus, cela signifie que le capitalisme ne peut pas être un système stable.

Importance

Bien qu'il l'ait établie dans la deuxième partie de sa vie, Karl Marx a été explicite sur l'importance qu'il accordait à cette découverte :

« C'est, de toutes les lois de l'économie politique moderne, la plus importante qui soit." (Grundrisse) "[elle] a une importance capitale pour la production capitaliste, au point que l'on peut dire qu'elle est le problème dont la solution a occupé toute l'économie politique depuis Ad. Smith et qui a servi de base à la ligne de démarcation entre les différentes écoles. »[1]

Explication

La définition même du taux de profit fait apparaître un phénomène paradoxal : l'accumulation du capital risque en permanence de le faire baisser.


Le capital constant c est présent uniquement au dénominateur. Cela signifie concrètement que plus un investissement est lourd en machines, nouvelles technologies etc … moins le taux de profit sera élevé.

Admettons que notre entreprise n’ait besoin que de main d'œuvre, le taux de profit se ramènera à TP = pl/(c+v) = pl/v. Dès que notre patron investira un peu de matériel (balais, serpillères etc …), le taux de profit baissera.

Marx expose cette tendance du capitalisme dans le Livre III du Capital.

Facteurs antagonistes

Marx lui-même a mis en évidence les facteurs antagonistes à la baisse tendancielle du taux de profit[2], c'est-à-dire les contre-tendances. Cependant aucun de ces facteurs n'apporte de remède durable, ce qui explique la hiérarchie de "tendance" vs "contre-tendance".

Hausse de l'exploitation

L'investissement dans le capital constant, en augmentant la productivité, a généralement pour effet de réduire le prix des marchandises courantes donc aussi la valeur de la force de travail (le coût nécessaire pour fournir aux salariés leur niveau de vie existant). Cela permet donc aux capitalistes d'extraire une plus-value relative (sans baisser voire en augmentant les salaires réels).

Mais il y a une limite matérielle à cette influence contraire. Dans une journée de travail de 8 heures, la part couvrant les salaires peut passer de 4 heures à 3 heures, voire à une heure, mais elle doit bien être positive ! On peut même s'intéresser à ce qui arriverait dans le cas - totalement abstrait - d'un « taux maximal d'exploitation », avec des ouvriers travaillant sans salaire : l'augmentation du capital constant fait néanmoins chuter le taux de profit !

Sous-payer les travailleurs

La mise en concurrence des travailleurs entre eux permet une pression à la baisse sur leurs salaires, qui peuvent descendre en-dessous de la valeur de la force de travail, c'est-à-dire en dessous du minimum vital...

Dépréciation du capital constant

L'augmentation de la composition technique du capital permet des gains de productivité qui en retour permettent de baisser la valeur des moyens de production, donc de freiner la hausse de la composition organique. Néanmoins, la baisse intervient a posteriori sur des moyens de production... déjà dépassés. Voir l'exemple "Entrepreneur en Bidules" ci-dessous.

Commerce international

L'accroissement du commerce international ("mondialisation") a des effets contradictoires. Premièrement, il favorise l'accumulation, donc accélère la tendance à la hausse de la composition organique. Mais il permet également une baisse du prix des denrées alimentaires et des moyens de production, donc une hausse du taux de profit.

Exemples

Comparaisons entre branches

Type d’entreprise Capital constant Capital variable Plus-value Valeur produite Taux d’exploitation Taux de profit
Main d’oeuvre 100 100 100 300 100% 50%
Moyenne 200 100 100 400 100% 33%
Haute technologie 300 100 100 500 100% 25%

Entrepreneur en Bidules

En 2000, je suis un industriel parmi d'autres qui fabrique des Bidules.

J'achète 10 machines de 10 000 € chacune pour 100 000 €, paie 10 ouvriers pendant un an et les paie 10 000 € chacun pour l'année, soit 100 000 € dépensés en salaires. Ma production est de 300 000 Bidules, dont le prix unitaire est de 1 €. J'ai donc une composition organique du capital de 1/1, et un profit de (300 000/200 000) -1= 50%, ce qui est le profit moyen de mon industrie.

En 2010 un fournisseur de machines vient me voir et me fait une offre alléchante : il peut me vendre les mêmes machines dont j'ai besoin moitié moins cher. Chaque machine demande un ouvrier, donc je paierais toujours 100 000 € en machines, mais cette fois j'aurais 20 machines, et j'emploierais 20 ouvriers, et paierais donc 200 000 € en salaires. Ma production serait double de celle de 2000 : 600 000 bidules. Leur prix serait toujours le même, car je serais le seul à utiliser ces nouvelles machines bon marché, je ferais donc un profit de (600 000/300 000) - 1 = 100 %.

Très intéressant ! Mais un autre fournisseur me propose quant à lui des machines qui valent un peu plus cher que la précédente, 15 000 € chacune, mais qui permettent de produire deux fois plus de bidules, toujours avec un ouvrier par machine. Je fais mes calculs et opte pour cette solution : 150 000 € en machines, toujours dix ouvriers donc 100 000 € en salaires, production de 600 000 Bidules valant 1 € chacun, profit de (600 000/250 000) - 1 = 140 %. Je suis aux anges

En 2011 cependant je déchante : tous mes rivaux ont eu l'idée simple de me copier, ils ont tous les mêmes machines. En conséquence le prix du bidule décroit. A nouveau, comme en 2000, pour moi comme pour tout le monde chaque année de travail d'un ouvrier ajoute 20 000 € à la valeur du capital constant employé (des machines), dont 10 000 € partent en salaires. J'ai donc toujours 150 000 € en machines, 100 000 € en machines, production de 600 000 Bidules, mais ceux ci ne valent plus que 0,58 centimes chacun, pour une valeur totale de 350 000 €. Mon profit est alors de (350 000/250 000)- 1 = 40 %, nouveau profit moyen de mon industrie.

Cette baisse du profit moyen est directement liée à la hausse de la composition organique (1/1 en 2000, 1,5/1 en 2011). Pourtant le choix du premier capitaliste qui utilise cette composition organique plus élevée est parfaitement rationnel, comme l'est celui de ses concurrents qui s'alignent sur lui pour ne pas lui succomber dans le cadre de la concurrence.

Constat empirique

TauxDeProfit-Brenner-Al-Jp-USA.jpg


TauxProfitJapon.png
TauxProfitMondial-1869-2009.png

D'autres études peuvent être consultées :

  • Guglielmo Carchedi a écrit en 2010 un article rassemblant des données empiriques : Crises and falling profitabilty, Empirical evidence[3]
  • Michael Roberts a étudié le taux de profit en Angleterre pendant la longue dépression (1873-1896), montrant que le taux de profit commence à chuter au début des années 1870, restant à un niveau 25% plus bas jusqu'au début des années 1890.[4]

Critiques

Cette loi, que Marx considérait comme sa plus importante découverte, a été critiquée dès les années 1890. Pourtant, aucun de ses détracteurs ne s'est jusqu'ici vraiment placé sur le terrain d'analyse de Marx, c'est-à-dire dans le cadre d'un raisonnement dynamique. Ce sont souvent les mêmes régressions dans des schémas statiques et idéalistes qui se réincarnent inlassablement.

Pourquoi investirait-on davantage dans le capital constant ?

Une des questions les plus basiques et pourtant récurrente, est celle de la nécessité pour les capitalistes de procéder à des investissements "intensifs en capital". S'il y a de la force de travail inutilisée disponible dans le système, pourquoi ne serait-elle pas employée, avec le même type de moyens de production ?

La première réponse est celle des faits. Empiriquement, le capital par tête est une grandeur qui connaît une hausse quasiment sans interruption[5], alors que le plein emploi est loin d'être réalisé. Mais il facilement de comprendre le pourquoi de cela. C'est la concurrence capitaliste qui pousse chaque bourgeois à utiliser des innovations pour maintenir une avance sur ses rivaux.

« Certaines de ces innovations utilisant des techniques qui ne sont pas à forte intensité capitalistique peuvent être disponibles. Mais il y en aura d'autres qui exigent plus de moyens de production - et le capitaliste couronné de succès sera celui dont les investissements lui permettent d'accéder à ces deux sortes d'innovation. »[6]

La productivité réduit le cout du travail

Marx évoquait déjà ce "facteur antagoniste" et ses limites juste après l'exposé de la tendance... Ce qui n'empêche cette objection de revenir couramment depuis 1865.

Le « théorème d’Okishio »

Enfin, la grande controverse qui est toujours en cours depuis les années 60 provient du "théorème d'Okishio", qui prétend montrer que l'introduction d'innovations technologiques (et donc de capital constant) fait non pas baisser le taux de profit, mais le fait augmenter. Mais l'architecture générale du théorème est basée sur des "équations simultanées", c'est-à-dire qui ne prennent pas en compte la différence entre les conditions au début et à la fin d'un cycle de production.

Controverse avec Michel Husson

Michel Husson soutient lui que le taux de profit est en hausse, et considère les auteurs qui défendent une "vision orthodoxe" de la baisse tendancielle du taux de profit comme dogmatiques.[7] Chris Harman[8], Robert Rollinat[9] ou encore Louis Gill[10] lui ont répondu, et une vive polémique est née.

ControverseTauxDeProfitHarman.jpg

Ainsi, dans les graphes comme le suivant, où le taux de profit remonte dans la période récente, il s'agit d'études qui prennent en compte la finance.

TauxProfitUSA-UE.png

Notes et sources

Baisse du taux de profit