Capital constant

De Wikirouge
Aller à : navigation, rechercher

Le capital constant est la partie du capital investie dans les moyens de production et les matières premières nécessaires à la production, c'est-à-dire dans tout ce qui est autre que la force de travail.

Les deux composantes du capital constant

Dans le capital constant, on peut distinguer deux composantes à l'impact différent sur la valeur de la marchandise produite :

Le capital circulant

La première des ces composantes est le capital circulant, qui représente le capital qui transmet intégralement sa valeur Cc au produit final.

Ce sont par exemple les matières premières[1], les biens intermédiaires[2], l'énergie nécessaire[3] à l'utilisation des machines...

Ceci parce que ces marchandises brutes sont intégralement utilisées et donc matériellement incorporées dans la marchandise finale.

Le capital fixe

Le capital fixe quant à lui ne transmet qu'une partie de sa valeur au produit final. Si nous avions une valeur Cf initiale, la valeur de la marchandise produite comportera une valeur cf < Cf.

Ce sont typiquement les machines utilisées dans la production, ou encore les bâtiments abritant l'entreprise.

Ceci pour une raison simple : la machine n'est pas "entièrement utilisée" sur un cycle de production. Elle a une usure progressive qui est répartie sur l'ensemble des cycles de production qu'elle pourra assurer.

Exemple : Si une machine a une durée de vie de 10 ans, on considérera qu'elle transmet seulement 10% de sa valeur chaque année : cf = (1/10)Cf

Grandeurs associées

Le capital constant sert à définir :

Évolution

La "machinisation" (plus généralement l'emploi accru de moyens de productions) est un processus historiquement constaté, et théoriquement compréhensible : les capitalistes sont incités à utiliser les innovations qui permettent une productivité du travail supérieure et donc momentanément un avantage sur leurs concurrents.

Néanmoins,  « le capital constant augmente moins rapidement en valeur qu'en importance matérielle »[4], précisément parce que la productivité du travail fait aussi diminuer, en retour, la valeur des moyens de production.

« la quantité de coton qu'un ouvrier fileur met journellement en œuvre dans une fabrique moderne est incomparablement plus considérable que celle que le fileur du siècle dernier travaillait au rouet, alors que la valeur du coton est loin d'avoir augmenté dans la même mesure. Il en est de même des machines et de tout le capital fixe. »[4]

Notes et sources

Le Capital, Karl Marx

  1. Exemple : le bois pour une scierie, le minerai de fer pour une fonderie...
  2. Exemple : les composants d'un ordinateur pour une entreprise qui monte des ordinateurs, les fruits pour une entreprise qui fait des compotes...
  3. Exemple : la quantité de pétrole ou de gaz utilisée par le cycle de production.
  4. 4,0 et 4,1 Le Capital - Livre III, Karl Marx