7e conférence du POSDR

De Wikirouge
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jusqu'en 1918, la Russie utilisait le calendrier julien, qui avait à l'époque 13 jours de retard sur le calendrier grégorien. Le 23 février « ancien style » correspond donc au 8 mars « nouveau style » (n.s.).

La 7e conférence du Parti ouvrier social-démocrate de Russie (POSDR) s'est tenue à Petrograd du 24 au 29 avril 1917 (7-12 mai nouveau style).

1 Contexte[modifier | modifier le wikicode]

Suite à la Révolution de Février, les dirigeants bolchéviks sur place (Kamenev et Staline) avaient entamé un rapprochement avec les menchéviks, s'adaptant à leur ligne de soutien au gouvernement provisoire, qui maintenait notamment l'effort de guerre.

C'est notamment ce qui est défendu lors de la conférence que tiennent les délégués bolchéviks du 27 mars au 4 avril (n.s : 10 au 17 avril), venus pour la conférence pan-russe des soviets. A noter que cette conférence, qui ne montre pas sous leur meilleur jour de nombreux dirigeants bolchéviks, a été effacée de l'historiographie officielle d'URSS.[1]

En désaccord radical, Lénine écrit sur le chemin du retour une série de propositions (qui resteront connues comme Thèses d'avril), prônant une nouvelle révolution remettant le pouvoir aux soviets.

En minorité parmi la direction du parti, Lénine convoque une conférence pour s'appuyer sur la base plus radicale.

2 Délégation[modifier | modifier le wikicode]

Il y avait 133 délégués avec un vote décisionnel et 18 avec un vote consultatif, représentant 79 204 membres du parti, de 78 organisations locales.

3 Ordre du jour[modifier | modifier le wikicode]

  • Situation actuelle (guerre et gouvernement provisoire, etc.) (Lénine, Kamenev);
  • Conférence de paix (Noguine);
  • Attitude envers les Soviets des députés ouvriers et soldats (Noguine);
  • Révision du programme du parti (Lénine, Sokolnikov);
  • La situation dans l'Internationale et nos tâches (Zinoviev);
  • Association des organisations internationalistes social-démocrates (Zinoviev);
  • La question agraire (Lénine);
  • La question nationale (Staline, Piatakov);
  • Assemblée constituante;
  • Problème d'organisation;
  • Rapports de terrain;
  • Élection du Comité central.

Les travaux de la conférence ont été dirigés par Lénine, qui a fait des rapports plus de 20 fois lors de débats, a rédigé presque tous les projets de résolution.

3.1 Les tâches dans la situation[modifier | modifier le wikicode]

Dans le débat sur la situation actuelle, Kamenev a indiqué qu'il était prématuré de préparer une deuxième révolution, une révolution socialiste, et qu'il fallait s'en tenir au programme du parti. Lénine a répondu qu'il ne s'agissait pas d'une révolution socialiste, mais d'une réelle révolution ouvrière et paysanne. Le gouvernement provisoire ne représente que la timide bourgeoisie libérale, incapable de satisfaire les revendications élémentaires du moment : arrêt de la guerre, réforme agraire, proclamation de la république... A l'inverse les soviets représentent les ouvriers et les soldats, et à travers eux les paysans, les seuls pouvant incarner la dictature démocratique des ouvriers et des paysans.

Rykov a soutenu Kamenev. La conférence a adopté la résolution finale proposée par Lénine. Parmi les mesures que devrait prendre le pouvoir des soviets, celle-ci prévoyait : la nationalisation de la terre, l'établissement d'un contrôle étatique sur toutes les banques avec leur unification en une seule banque centrale, l'établissement d'un contrôle sur les institutions d'assurance et les plus grands syndicats patronaux.

Lénine disait :

« Il faut absolument exiger, et autant que possible réaliser par la voie révolutionnaire, des mesures comme la nationalisation du sol, de toutes les banques, de tous les syndicats capitalistes, ou à tout le moins, un contrôle immédiat des Soviets des députés ouvriers et autres sur ces établissements, mesures qui n'ont rien à voir avec l'introduction du socialisme. » [2]

Néanmoins, il est à noter qu'en octobre, il écrira :

« Il est impossible d'aller de l'avant, pendant la révolution, sans marcher au socialisme, - telle est la situation objective créée par la guerre et par la révolution. Notre Conférence d'Avril a tenu compte de ce fait quand elle a fixé comme mots d'ordre : la «République des Soviets» (forme politique de la dictature du prolétariat) et la nationalisation des banques et des cartels (principale mesure du passage au socialisme). »[3]

3.2 Sur les soviets[modifier | modifier le wikicode]

La résolution de la conférence "Sur les Soviets des députés ouvriers et soldats" actait le slogan "Tout le pouvoir aux Soviets!" et la tâche du parti de renforcer et d'étendre son influence sur eux. Dans les conditions du double pouvoir formé dans le pays, la conférence a proposé une voie pour le développement pacifique de la révolution, pour la conquête du pouvoir par les soviets tant au centre que dans les localités.

3.3 Sur le gouvernement provisoire[modifier | modifier le wikicode]

La résolution «Sur l'attitude envers le gouvernement provisoire» notait qu'un travail de longue haleine devait être mené pour clarifier la conscience de classe et rallier les prolétaires des villes et des campagnes, une rupture avec la politique de confiance dans le gouvernement provisoire, l'organisation et l'armement du prolétariat, le renforcement de ses liens avec l'armée comme condition la plus importante assurer un transfert pacifique du pouvoir aux soviets.

3.4 Sur la guerre[modifier | modifier le wikicode]

Dans la résolution « Sur la guerre », la conférence a souligné que la guerre impérialiste ne peut être terminée qu'en transférant le pouvoir de l'État aux soviets, qui prendront en main la question de la conclusion de la paix, que le Parti bolchevique ne soutient pas le gouvernement bourgeois provisoire, qui poursuit la politique du tsarisme. La conférence s'est dissociée du soi-disant défensisme révolutionnaire, l'identifiant comme l'un des principaux obstacles sur la voie d'une fin rapide de la guerre.

3.5 Sur la question agraire[modifier | modifier le wikicode]

Le rapport sur la question agraire justifiait les demandes de confiscation des terres des propriétaires terriens et de nationalisation de toutes les terres. La mise en œuvre de ces mesures, non seulement éliminerait la classe des propriétaires, mais porterait également un coup dur à la bourgeoisie, puisque la plupart des terres des propriétaires étaient déposées en banque. Le parti conseilla aux paysans de s'emparer des terres immédiatement et de manière ordonnée, sans attendre l'Assemblée constituante, malgré les suggestions des socialistes-révolutionnaires et des mencheviks.

3.6 Sur la question nationale[modifier | modifier le wikicode]

Le rapport et la résolution de la conférence sur la question nationale ont consolidé et développé les revendications programmatiques du parti pour l'égalité complète de toutes les nations et langues. Piatakov a agi en tant que co-rapporteur, proposant de lutter pour le socialisme sous le slogan "A bas les frontières!" Dzerjinsky et Makharadze ont estimé que la revendication du droit des nations à l'autodétermination contredit l'internationalisme. La conférence a adopté une résolution léniniste sur la question nationale. Il a déclaré que toutes les nations qui font partie de la Russie devraient se voir reconnaître le droit à la sécession libre et à la formation d'un État indépendant. Dans le même temps, la conférence a souligné qu'il ne s'agissait en aucun cas de favoriser la sécession.

3.7 Sur le rapport aux autres forces socialistes[modifier | modifier le wikicode]

La conférence a décidé que l'unification avec des partis et des groupes qui se tiennent sur les positions de la « défense révolutionnaire » est impossible, soulignant la nécessité de rapprochement et d'unification avec des groupes et des tendances qui reposent réellement sur la base de l'internationalisme et rompent de manière décisive avec la politique d'un bloc avec la bourgeoisie.

Sur le point "Situation dans l'Internationale", les délégués ont approuvé la proposition de Zinoviev de rester dans l'Association de Zimmerwald et de participer à la conférence de ses partisans. Lénine était parmi ceux qui ont voté contre cette décision.

3.8 Sur le programme[modifier | modifier le wikicode]

La conférence a adopté une résolution sur la révision du programme, qui a déterminé dans quelle direction le programme devrait être développé; et chargé le Comité central d'élaborer un projet de nouveau programme et de le soumettre pour approbation au congrès du parti.

3.9 Élection du comité central[modifier | modifier le wikicode]

Lors de la conférence, le Comité central a été élu au scrutin secret, composé de 9 personnes (109 délégués ont voté, 26 personnes se sont présentées) :

Et candidats :

Dans les textes des documents de la conférence, le Parti bolchevique est partout et partout désigné sous le nom de POSDR. Le nom du parti ne sera changé en Parti communiste de Russie (bolchévik) qu'au 7e congrès (mars 1918).

4 Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Congrès du POSDR Conférences du POSDR

5 Notes et sources[modifier | modifier le wikicode]

https://ru.wikipedia.org/wiki/VII (Апрельская) Всероссийская конференция РСДРП(б)