1ère conférence du POSDR

De Wikirouge
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Plaque commémorative à Tampere, où il y a désormais un Musée Lénine

La première conférence du Parti ouvrier social-démocrate de Russie (POSDR) a eu lieu à la Maison des travailleurs de Tampere (Tammerfors), Grand-Duché de Finlande, en décembre 1905.

Comme le 3e congrès (1905), elle est tenue par les bolchéviks et n'est pas reconnues par les menchéviks.

La conférence de Tampere s'est déroulée dans le secret, et il reste peu de trace de ses travaux. Les seuls documents connus qui subsistent sont le compte rendu imprimé des résolutions prises lors de la réunion et le rapport de Lénine sur ses résultats. Le calendrier exact de la conférence n'est pas non plus clair. Des sources finlandaises suggèrent qu'elle s'est tenue du 25 au 30 décembre, tandis que selon l'historien russe G. Kramolnikov, qui a écrit sur la conférence dans les années 1930, elle a commencé plus tôt, les premières sessions ayant eu lieu le 23 décembre.

1 Contexte[modifier | modifier le wikicode]

Le congrès de 1903, qui devait fonder réellement le parti, l'a aussitôt divisé en deux fractions, bolchévique et menchévique. Même si la division concerne surtout les cercles dirigeants et intellectuels de l'émigration, l'intense lutte fractionnelle tout au long de l'année 1904 affaiblit beaucoup le parti. Lénine a constitué ses propres réseaux de soutiens en Russie, et a convoqué un congrès bolchévik en avril-mai 1905. Les menchéviks ont organisé une conférence séparée à Genève au même moment.

La révolution de 1905 surprend toutes les forces politiques, y compris la social-démocratie. Elle tend à dynamiser l'ensemble du parti, et à l'unifier dans l'action. Elle renforce un désir d'unité, qui est présent y compris chez beaucoup de cadres bolchéviks plus conciliants que Lénine.

En septembre, une conférence est organisée à Riga, par le Comité central (bolchévik), les menchéviks et les organisations nationales.

En novembre, la fraction menchévique a tenu sa propre « 2e conférence générale » à Saint-Pétersbourg.

Lénine souhaite également renforcer les liens de la faction bolchevique.

2 Organisation[modifier | modifier le wikicode]

La conférence était prévue pour se tenir à Saint-Pétersbourg, mais cela a été jugé par la suite irréalisable en raison des troubles en cours. La Finlande a été choisie comme nouveau site de la conférence car aucun passeport n'était nécessaire pour s'y rendre. Yrjö Sirola, secrétaire du Parti social-démocrate finlandais, a recommandé la ville de Tampere, car aucune armée russe n'y était stationnée. En outre, le maire de Tampere a accueilli des militants anti-tsaristes de toutes sortes, et la ville abritait un puissant mouvement ouvrier. Lénine s'est d'abord opposé à l'option de Tampere pour la conférence, mais a changé d'avis après la grève générale d'octobre.

Un appel à la conférence parut dans le journal bolchevik Novaïa Jizn à la fin de novembre 1905. Il invita les organisations bolcheviques régionales à élire des délégués pour assister à une conférence en Finlande le 23 décembre. Selon l'annonce les délégués devaient se réunir à la gare de Finlande à Saint-Pétersbourg le 21 décembre, après quoi ils se rendraient en train à Tampere en petits groupes.

Mais les troubles provoqués par la révolution ont empêché de nombreuses organisations régionales bolcheviques d'envoyer des délégués à Tampere, dont ceux de Moscou, Samara et Nijny Novgorod. Pour cette raison, cette réunion n'a pas été déclarée comme congrès (décisionnel) mais uniquement comme conférence.

Les organisateurs finlandais de la conférence ne sont pas connus de façon certaine. Le rédacteur en chef du journal Kansan Lehti, Vihtori Kosonen, est peut-être l'un d'entre eux.

3 Déroulement[modifier | modifier le wikicode]

3.1 Arrivée des délégués[modifier | modifier le wikicode]

La conférence a eu lieu dans la Maison des travailleurs de Tampere, qui avait juste cinq ans, et qui avait été construite par la Société des travailleurs de Tampere en tant que centre culturel et de loisirs pour la classe ouvrière. La salle était considérée comme un endroit idéal pour tenir la conférence, car le grand nombre d'événements et d'activités qui s'y déroulaient permettait de couvrir des activités secrètes. La Société des travailleurs a offert de fournir un espace dans la salle gratuitement, a organisé un garde pour surveiller la police secrète tsariste et a fourni un logement pour les délégués dans les hôtels locaux.

Les sessions de la conférence ont commencé le 23 décembre, mais elle n'a été officiellement ouverte que le lendemain. Lénine a été élu président, avec Boris Goldman (connu sous le pseudonyme Gorev) et Mikhaïl Borodine (connu sous le pseudonyme Kiril) choisis comme vice-présidents. Sur la suggestion de Lénine, tous les délégués à la conférence ont utilisé des pseudonymes, de peur d'être détectés par la police secrète.

Au total, 41 délégués ont assisté à la conférence, représentant 26 organisations du parti. Parmi eux figuraient : Krassine, Kroupskaïa, Rykov, Staline, V. Y. Fridoline, L. M. Knipovitch, Kudelli, Losovski, Mostovenko, Nevski, Radous-Zenkovitch, et Iaroslavski.

Leo Laukki représentait le Parti finlandais.

Les menchéviks étaient représentés par E. L. Gurevich (V. Danevich).

3.2 Situation[modifier | modifier le wikicode]

Le premier point à l'ordre du jour a été la présentation d'informations sur les événements en cours dans chaque région de la Russie et une discussion sur les actions du Comité central.

Juste avant la conférence, le Soviet de Moscou, contrôlé par les bolcheviks, avait décidé de lancer une insurrection. Au début de la conférence, l'issue de l'insurrection n'était pas encore connue. La conférence se prononce pour un soutien au soulèvement.

L'atmosphère de la conférence était celle d'un grand enthousiasme révolutionnaire. Kroupskaïa a raconté que les gardes rouges de Tampere ont même appris aux Russes à tirer avec des fusils.

3.3 Etat du parti[modifier | modifier le wikicode]

La principale question soulevée lors de la conférence était la scission entre les fractions bolchevik et menchevik, dont la base se plaignait fortement.

Lénine disait vouloir surmonter la scission, mais pas au prix d'un renoncement aux principes bolchéviks.

La conférence a discuté de solutions destinées à limiter les effets les plus négatifs de la scission, et s'est prononcée pour « l'égalité entre les deux factions », et a appelé à la fusion des comités locaux mencheviks et bolcheviques parallèles, tout en appelant à l'application d'un plus grand centralisme dans le parti.

3.4 Elections à la Douma[modifier | modifier le wikicode]

Sous l'effet de la révolution, le tsar promet de convoquer une Douma (assemblée législative). Les statuts publiés le 6 août lui confèrent un pouvoir très limité, et son processus électoral est très peu démocratique (le vote d’un propriétaire terrien valait trois votes bourgeois urbains, 15 votes paysans, et 45 votes ouvriers). Une nouvelle loi électorale est annoncée le 11 décembre, mais les changements apportés sont dérisoires. Les délégués dénoncent une "parodie de parlementarisme".

Les menchéviks, eux, étaient pour la participation. Lénine et Gorev défendaient l'idée d'utiliser tactiquement la loi électorale pour mobiliser.

Face à une opposition intense, Lénine abandonne cette position et a approuve l'appel de la majorité pour un boycott.

La résolution appelait :

[La conférence] conseille à toutes les organisations du parti de faire largement usage des assemblées électorales, non pas pour aboutir, en se soumettant aux restrictions policières, à de quelconques élections à la Douma d’Etat, mais pour élargir l’organisation révolutionnaire du prolétariat et pour mener une agitation dans toutes les couches du peuple pour un soulèvement armé. Le soulèvement doit être préparé immédiatement, organisé partout, car seule sa victoire donnera la possibilité de convoquer une authentique représentation populaire, c’est-à-dire une assemblée constituante élue librement sur la base du suffrage universel direct, égal et secret.[1]

3.5 Question agraire[modifier | modifier le wikicode]

Les délégués ont également examiné la question agraire. La conférence a voté pour la revendication de la confiscation des terres des grands propriétaires, de l'État et de l'église.

Le programme agraire du POSDR défendait auparavant la restitution aux paysans de parcelles découpées (otrezki) qui avaient été prises aux paysans lors de la soi-disant « émancipation » des serfs de 1861. Elles représentaient environ 1/5 de leurs terres.

Il semble que Lénine ait ensuite été convaincu que cette mesure était bien trop timide, notamment par son entrevue avec Gapone.[2]

Ainsi lors de la conférence, il proposant une résolution disant :

… la conférence estime que le programme agraire de notre parti devrait être modifié comme suit : supprimer le passage concernant les otrezki ; y substituer un passage disant que le parti soutient les mesures révolutionnaires de la paysannerie jusqu’à la confiscation de toutes les terres de l’Etat, de l’Eglise, des monastères, des apanages, de la Couronne et des particuliers.[3]

4 Anecdotes[modifier | modifier le wikicode]

Lénine a prononcé au moins deux discours à la conférence.

C'est à cette conférence que Staline rencontre Lénine pour la première fois. Il écrivit plus tard dans ses mémoires que la réunion avait d'abord été une déception. Il avait supposé que Lénine serait une grande figure, physiquement plus grande que toutes les autres personnes présentes, mais avait plutôt constaté qu'il était plus petit que la moyenne et ne ressemblait à aucun des autres représentants présents à la conférence. Staline a également écrit qu'il pensait qu'il était de coutume que les grands hommes arrivent en retard à de telles fonctions, afin de faciliter l'attente anticipée du public rassemblé. Lénine, cependant, est arrivé à l'heure, discutant avec des connaissances à une table d'angle et saluant les représentants de manière informelle. Staline a écrit qu'à l'époque, il considérait cela comme une « violation de certaines règles essentielles », mais s'est rendu compte plus tard que cette « simplicité et cette modestie » étaient les plus grandes qualités de Lénine en tant que chef de la « base » de l'humanité.

5 Mythes entourant la conférence[modifier | modifier le wikicode]

Comme il n'y a pas de procès-verbal des actes de la conférence, ni de photos de la réunion elle-même, il y a très peu d'informations fiables sur ce qui s'est réellement passé lors de la conférence et les souvenirs de l'événement sont plus ou moins déformés. En outre, parce que la réunion a été suivie par des personnages d'importance historique majeure, y compris Lénine et Staline, de nombreuses légendes et mythes ont surgi à ce sujet ne sont pas nécessairement vrais. Par exemple, Lénine et son épouse Nadezhda Krupskaya auraient séjourné dans une maison d'hôtes au coin de Rautatienkatu et Kyttälänkatu à Tampere, comme l'indique une plaque commémorant cela sur le mur du bâtiment. En fait, il n'y avait pas encore de maison d'hôtes à cet endroit en 1905, et Lénine est probablement resté à l'hôtel Bauer, comme beaucoup d'autres délégués.

Une autre histoire décrit comment le journaliste et activiste finlandais J. E. Zidbäck aurait empêché Lénine et Staline d'être arrêtés par la police secrète tsariste sur la base d'informations qu'il avait reçues d'Helsinki. Zidbäck a affirmé que des centaines de policiers et de gendarmes étaient déjà arrivés en ville la veille de Noël. Sa version de ces événements, cependant, est incompatible avec d'autres informations; par exemple, Emil Viljanen, qui était à l'époque président de la Société des ouvriers de Tampere, n'a pas corroboré cette histoire.

Dans une interview à la radio en 1949, Matti Vuolukka a affirmé que Lénine avait promis à la Finlande son indépendance à la conférence si les bolcheviks accédaient au pouvoir. Il semble, cependant, que la promesse dont Vuolukka se souvient a eu lieu à la deuxième conférence du parti à Tampere en novembre 1906.

6 Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Congrès du POSDR Conférences du POSDR

7 Sources[modifier | modifier le wikicode]


[[Catégorie:Bolchévisme]