5e conférence du POSDR

De Wikirouge
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La 5e conférence du Parti ouvrier social-démocrate de Russie (POSDR) s'est tenue à Paris du 21 au 27 décembre 1908 (3 au 9 janvier 1909 nouveau style).

1 Délégation[modifier | modifier le wikicode]

La conférence a réuni 24 délégués : 6 bolcheviks léninistes, 4 bolchéviks otzovistes et ultimatistes, 5 mencheviks, 5 sociaux-démocrates polonais (SDKPiL) qui ont soutenu les bolcheviks, 3 bundistes, 1 social-démocrate lituanien.

Avant le début de la conférence, 3 délégués bolcheviks (dont Bogdanov) sont arrêtés.

Lénine était présent avec une voix consultative en tant que membre du Comité central (CC) du POSDR.

Les représentants de la fraction social-démocrate à la Douma, derrière Tchkhéidzé, furent absents. Selon Zinoviev :

Son abstention, volontaire, réfléchie, avait une sérieuse signification politique. Bien qu’entourée d’excuses diplomatiques, elle signifiait que la fraction de la Douma, dont Tchkhéidzé était le chef, ne voulait pas reconnaître le parti et se considérait comme au dessus de lui. En d’autres termes, la fraction parlementaire montra une fois de plus, par cette attitude, ses sympathies pour les liquidateurs.[1]

2 Ordre du jour[modifier | modifier le wikicode]

L'ordre du jour de la conférence comprenait les sujets suivants;

  • Rapports du CC du POSDR, du CC du SDKPiL et du CC du Bund,
  • Etat des organisations à Saint-Pétersbourg, à Moscou, dans la zone industrielle centrale, dans l'Oural et dans le Caucase
  • Situation politique actuelle et tâches du Parti
  • Groupe social-démocrate à la Douma
  • Problèmes d'organisation liés à l'évolution des conditions politiques
  • Fonctionnement avec les organisations nationales (non russes)
  • Affaires étrangères et autres questions

2.1 Situation et tâches[modifier | modifier le wikicode]

Lénine a préparé un rapport intitulé "La situation actuelle et les tâches du parti".

2.2 Douma[modifier | modifier le wikicode]

Dans le rapport «Sur le groupe social-démocrate à la Douma» présenté par les bolcheviks, Lénine critique l'activité des députés et énonce d'autres tâches. Les mencheviks se sont opposés au vote d'un blâme des députés. La conférence a adopté la résolution bolchevique, qui contenait une partie des «Instructions pratiques pour le vote du budget du groupe social-démocrate à la Douma» et «Supplément à la décision sur les social-démocrates» dans le texte de la résolution de la conférence.

A l'opposé des liquidationnistes, à la gauche des partisans de Lénine se trouvent les otzovistes et les ultimatistes. Ceux-ci se revendiquent du vrai bolchévisme (et accusent Lénine de trahison), et sont pour cesser toute activité parlementaire à la Douma.

2.3 Organisation[modifier | modifier le wikicode]

Les bolcheviks à la conférence se sont battus contre ce qu'ils ont qualifié d'opportunisme au sein du parti : les blocs électoraux avec les libéraux bourgeois, le renoncement à l'activité clandestine... Cela avait pour conséquence que les menchéviks renonçaient aux revendications d'une république démocratique, de la journée de 8 heures et de la confiscation des terres. Les bolchéviks ont raillé les menchéviks comme « Parti des travailleurs de Stolypine » (le ministre actuel du tsar). Sur la proposition de Lénine, la conférence a condamné le liquidationnisme et a exhorté toutes les organisations du parti à lutter résolument contre les tentatives de liquidation.

La résolution de Lénine indiquait que le Parti devrait accorder une attention particulière à la création et au renforcement des organisations illégales du Parti tout et tissant autour d'elles un large réseau d'organisations légales de masse.

La conférence a adopté les "Directives pour le Comité des questions d'organisation" de Lénine et a formé un comité pour prendre une décision. Le Comité, puis la Conférence elle-même, ont également adopté ce projet de résolution bolchevique.

2.4 Groupes nationaux[modifier | modifier le wikicode]

La majorité bolchévique rejette une nouvelle fois catégoriquement le principe du fédéralisme, soutenu par les bundistes.

2.5 Lien avec l'étranger[modifier | modifier le wikicode]

La conférence a adopté "une résolution jugée utile et nécessaire pour l'existence d'une représentation générale du Parti à l'étranger sous la forme du Bureau du Comité central".

3 Suites[modifier | modifier le wikicode]

Selon Zinoviev :

En somme, à cette assemblée, les léniniens obtinrent satisfaction sur toutes les questions de principe, mais toutes les décisions d’organisation furent en faveur des conciliateurs. Lénine et ses adeptes se rendaient parfaitement compte que c’était là une situation intolérable, mais ils étaient en minorité à l’assemblée et il ne leur restait qu’à se soumettre.[1]

Après la conférence, Lénine affichait cependant un certain enthousiasme :

« La conférence de Russie du POSDR, tenue récemment, remet le parti sur la bonne voie et marque assurément un tournant dans l’évolution du mouvement ouvrier russe après la victoire de la contre-révolution. »[2]

Néanmoins la situation globale allait encore être au déclin et à l'atonie du partie pendant trois ans.

4 Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Congrès du POSDR Conférences du POSDR

5 Sources[modifier | modifier le wikicode]


  1. 1,0 et 1,1 Grigori Zinoviev, Histoire du Parti Bolchevik, 31 mars 1924
  2. Lenin, On the Road, Sotsial-Demokrat, No. 2, January 28 (February 10), 1909