Population mondiale

De Wikirouge
Aller à : navigation, rechercher

La population mondiale est d'environ 7 milliards de personnes.

Historique[modifier]

La population mondiale a connu une très forte hausse depuis le début de la révolution industrielle. Si on observe la courbe de la population en échelle linéaire, on voit une hausse exponentielle. La population a quasiment augmenté en permanence depuis le début de l'histoire humaine, mais avec des accélérations et des ralentissements. Ce qui a eu un impact décisif, ce n'est pas la fécondité, mais les changements dans les capacités de l'agriculture puis dans l'espérance de vie.

PopulationMondiale.png
PopulationMondialeLog.png

Lorsque l'on observe la courbe de la population humaine dans une échelle logarithmique, on voit nettement les différentes accélérations et les paliers. Cela correspond aux révolutions techniques, et à différents états des forces productives, permettant de nourrir plus ou moins de personnes.

Surpopulation ?[modifier]

Selon August Bebel, la peur de la surpopulation revient « à chaque période de décadence et de ruine de l’état social »

Un des premiers penseurs à théoriser la surpopulation en lien avec la rareté des ressources fut Thomas Malthus. Depuis, on désigne par malthusianisme toute pensée pessimiste qui met au centre le "problème de la surpopulation".

Marx et Engels ont polémique contre Malthus, car celui-ci avait pris à tort les dynamiques propres au capitalisme (crise économique) pour des limites naturelles. Le capitalisme s'est avéré capable de supporter six fois plus d'habitants à la fin du 20ème siècle. Cependant, l'erreur de Malthus n'implique pas qu'il n'y ait pas de limites naturelles.

Rétrospectivement, Engels verse dans le simple postivisme lorsqu'il dit :

« grâce à [la théorie de Malthus], ainsi qu’à l’économie en général, notre attention a été attirée sur la force productive de la terre et de l’humanité ; et après avoir démonté ce désespoir économique, nous avons été rassurés pour toujours contre la crainte du surpeuplement »

Marx et Engels disaient aussi que même si Malthus avait avait raison, le passage au socialisme n’en serait que plus urgente, afin de créer la condition sociale de maîtrise de la population.

Aujourd'hui la crainte du surpeuplement est renouvelée par les déséquilibres écologiques dont nous avons toujours mieux connaissance. Certains écologistes prônent ainsi une réduction de la population mondiale. Cependant la plupart d'entre eux privilégient la baisse de l'empreinte écologique de chaque habitant - et en priorité de ceux des pays riches.

Aux présidentielles de 1974, le candidat écologiste René Dumont préconise la suppression des allocations familiales au-delà du deuxième enfant pour limiter la population. Le biologiste américain Paul Ehrlich, animateur de grandes institutions écologistes et connu en particulier pour son livre « La Bombe P » (P comme population), exposait en 1968 cette thèse selon laquelle la surpopulation serait la cause principale des maux qui accablent l'environnement. Cousteau déclarait au « Nouvel Observateur''« Tous les écologistes aujourd'hui sont convaincus que la surpopulation est à l'origine de tous les problèmes. Dans les 40 années qui viennent, la population va doubler. En l'an 2030, on est sûr d'avoir 10 milliards d'individus. 2030, c'est demain, et avec 10 milliards d'individus, on ne sait pas comment faire. »

Natalisme[modifier]

Dans certaines circonstances, des courants politiques et des États ont mené des politiques natalistes.

Une des raisons principales est le militarisme, qui pousse les États à vouloir plus de combattants en cas de guerre.

Natalistes1930.jpg

Notes et sources[modifier]