Obsolescence des produits

De Wikirouge
Aller à la navigation Aller à la recherche
DechetsPC.jpg

L'obsolescence des produits est la tendance à la réduction de la durée de vie des marchandises. Même s'il y a des exceptions, c'est une tendance incontestable de la production capitaliste, et cela conduit à d'immenses gâchis de force de travail et d'énergie consommée, qui illustre l'incompatibilité de ce mode de production est contradictoire avec les impératifs écologiques et humains.

On parle d'obsolescence programmée lorsqu'il s'agit d'un choix délibéré de réduire la durée de vie des produits, afin de maintenir une consommation la plus fréquente possible. Cependant, ce type d'obsolescence reste l'exception. La plupart du temps, l'obsolescence est la conséquence de facteurs plus indirects, mais qui découlent de la logique de marché.

On peut voir les produits directement conçus pour être jetables comme le summum de l’obsolescence.

1 Obsolescence des produits[modifier | modifier le wikicode]

1.1 Obsolescence technique[modifier | modifier le wikicode]

1.1.1 Limitation volontaire[modifier | modifier le wikicode]

Le procédé le plus direct pour les industriels est de limiter volontairement la durée de vie de leurs produits. Cela peut être obtenu directement par une technique physique ou électronique permettant de cibler plus ou moins précisément une durée de vie.

Voici quelques exemples :

  • Certaines imprimantes sont équipées d'une puce compteur, bloquant l'impression au-delà d'un nombre convenu de feuilles. Ces données figurent bien souvent dans le cahier des charges de l'imprimante. Certaines cartouches d'encre sont également équipées d'une puce comptant le nombre d'impressions, indiquant alors un faux niveau d'encre dans le logiciel d'impression, ce qui amène à jeter des cartouches contenant encore de l'encre.[1]
  • La sortie régulière de micro-processeurs plus performants, vérifiant la loi empirique de Moore, pourrait être la conséquence d'un accord entre les deux trusts du secteur, AMD et Intel.
  • La transparence étant quasi-nulle, il est possible que des industriels de l'agro-alimentaire fixent des dates de péremption exagérément rapprochées de la date d'achat, et encore plus en ce qui concerne les "dates limites d'utilisation optimales".

L'exemple le plus fréquemment dénoncé est sans doute celui de l'ampoule à incandescence, dont la durée de vie aurait été réduite artificiellement à 1000 heures, depuis le début du 20e siècle, par le cartel Phoebus. Mais cet exemple est une légende urbaine[2]. En effet, un cartel de fabricants d'ampoules (General Electric, Osram, Philips...) nommé Phoebus a bien été condamné en 1951 par la justice anglaise, pour entente sur les prix. Mais pas pour manipulation de la durée de vie.[3] En réalité, il est possible de produire des ampoules à incandescence qui durent plus longtemps (en faisant en sorte que le filament soit moins chaud et donc se détériore moins vite) mais en contre-partie l'efficacité de la lampe est diminuée (elle consomme plus d'électricité). La durée de vie de 1000 h est un compromis technique.[4]

Un autre exemple souvent avancé est que le nylon créé en 1940 par la compagnie DuPont aurait été volontairement rendu moins résistant pour que les bas filent à nouveau et éviter que les ventes s'effondrent. Néanmoins, il semble plus probable que l'explication soit simplement matérielle : les bas/collants peuvent être plus résistants mais sont alors jugés moins esthétiques car moins transparents (la résistance se mesure en "nombre de deniers" (sur une échelle de 0 à 100), mais plus le nombre de deniers est élevée, plus le bas est opaque) ; et par ailleurs le nombre de deniers augmente aussi le prix.[5]

1.1.2 Limitation indirecte[modifier | modifier le wikicode]

Il existe d'autres façons de rendre inutilisable des produits, plus indirectes. Par exemple, les industriels peuvent économiser sur la qualité des matières premières utilisées dans la fabrication, ou économiser sur le temps et les moyens (donc le sérieux) mis dans la phase de conception, ce qui a souvent un impact sur la qualité du produit fini, dont sa durée de vie. Une autre façon peut être de n'assurer qu'un faible niveau voire aucun service-après-vente, et d'inciter au rachat du produit ou d'un nouveau modèle. Cette favorisation du jetable au détriment du réparable n'est d'ailleurs pas qu'une logique volontaire des capitalistes individuels, mais également une conséquence du capitalisme dans son ensemble, qui tend à rendre le coût de la force de travail (et donc de la réparation) supérieur au coût des matériaux. De plus, via les brevets, les capitalistes disposent d'un droit légal d'empêcher d'éventuels concurrents d'assurer un service-après-vente pour répondre à la demande ainsi créée.

  • La batterie de l'iPod des première, deuxième et troisième générations est prévue pour durer 18 mois. Ce n'est qu'à la suite d'un procès qu'Apple a dû mettre en place un service de remplacement des batteries.
  • Les grandes suites logicielles et en particulier les systèmes d'exploitation sont particulièrement touchées. Par exemple, en juillet 2006, Microsoft abandonne le service d'après-vente et de maintenance corrective (contre les failles de sécurité) pour les logiciels Windows 98 et Millenium, ce qui revient à forcer les utilisateurs à changer de système d'exploitation.
  • Il est plus que probable qu'un accord tacite existe entre assembleurs de micro-ordinateurs et grands éditeurs de logiciels (Apple, Microsoft...), afin de rendre les nouvelles versions de logiciels incompatibles avec le matériel trop ancien, ou en tous les cas d'accélérer ce phénomène d'obsolescence.
  • Semances stériles vendues par Monsanto : les agriculteurs sont obligés d'en racheter

Dans un certain nombre de cas, nous comparons à tort des marchandises qui ne sont plus tout à fait comparables, car elles ont de nouvelles caractéristiques. Bien souvent, la réparabilité ou la durabilité passent au second plan, derrière d’autres qualités, comme le prix :

  • Un fer à repasser moderne utilisant de la vapeur sous pression est moins durable qu'un vieux fer en fonte d'avant, car faire passer de la vapeur sous pression dans des pièces métalliques provoque une usure bien plus rapide. Mais le fer à vapeur est aussi nettement plus pratique.
  • Une poele recouverte de téflon est moins durable qu’une casserole en cuivre massif; elle est aussi moins coûteuse, et bien plus commode.
  • Le bas nylon ne doit pas être trop épais pour des raisons esthétiques (ce qui affaiblit sa résistance), et l'acheteur-se préfère généralement qu'il soit peu cher, sachant qu'il peut être perdu facilement (dans une laverie...).

A côté de produits peu durables, il est également possible de trouver des produits très durables, mais chers. Un costume sur mesure fait chez un tailleur sera plus beau, conçu avec des tissus de bien meilleure qualité mais il sera aussi beaucoup plus cher. Certaines marques ont fait de la durée de vie élevée leur principal argument commercial (briquets Zippo garantis à vie, piles Duracell et leur lapin qui dure longtemps, voitures japonaises ou coréennes garanties 5 ans, chaussures Church qui durent toute une vie…) ce qui montre que faire des produits à longue durée de vie n’est certainement pas rédhibitoire pour les profits, bien au contraire.

1.2 Obsolescence par la publicité[modifier | modifier le wikicode]

La publicité est une autre façon de stimuler le renouvellement des marchandises. L'obsolescence est alors obtenue par la pression engendrée par les changements de modes.

Un exemple type est la Ford T, voiture conçue dans l'optique d'être un standard solide, durable, etc... C'est au contraire la logique de son concurrent General Motors, qui sortait 3 nouveaux modèles par an, démodant toujours les précédents, qui l'a emporté.

C'est principalement dans l'après-guerre que ce processus sera systématisé. Dans les années 1960, l'expression "obsolescence programmée" devient même courante. Le constructeur automobile Volkswagen ira même jusqu'à lancer une campagne de publicité sur ce thème.

À partir des années 1970, un grand nombre de produits sont vendus à bas prix, avec des pratiques publicitaires encourageant le changement constant, à la limite du jetable (« Si vous voulez changer changez de Kelton » a été l'un des slogans d'une marque de montre).

Dans l'agro-alimentaire moderne, la norme est de sortir un "nouveau produit" tous les 3 mois.

1.3 Justification idéologique[modifier | modifier le wikicode]

Bien que la plupart de ces petits détails cyniques soient généralement gardés sous silence, l'obsolescence programmée n'est pas une idée de l'ombre. Certains penseurs bourgeois la revendiquent même ouvertement.

Dans les années 1930, le milliardaire Bernard London préconisait même l'institutionnalisation de l'obsolescence programmée : au bout d'une durée définie, une marchandise est déclarée légalement "morte" et un organisme gouvernemental serait chargé de la récupérer. Son but affiché était de stimuler la consommation et sortir les États-Unis de la Grande Dépression. Il est même possible qu'il ait été un philanthrope réellement soucieux du chômage qui frappait le prolétariat (d'autant plus que la préoccupation écologiste n'existait alors quasiment pas), il n'en reste pas moins qu'une telle idée de "rétroaction" sur le marché est une illustration extrême de l'impasse des solutions bourgeoises aux crises du capitalisme.

L'expression « obsolescence programmée » (« planned obsolescence » en anglais) apparaît en 1932 aux États-Unis, et reprend son essor au milieu des années 1950, en conférant au design le rôle de rapidement démoder le produit. Elle fait l'objet de débats dans les colonnes de la revue Industrial Design, et sera popularisée par le designer industriel Brooks Stevens. Il crée une société de design Brooks Stevens Design Associates et se fait le chantre de cette approche, parcourant l'Amérique pour en faire la promotion au moyen de nombreux enseignements, articles et conférences.

Certains estiment, même à gauche, estiment qu'il y aurait une part de prédisposition au gaspillage dans la nature humaine. [6]

1.4 Critiques[modifier | modifier le wikicode]

1.4.1 Un sous produit du stade impérialiste[modifier | modifier le wikicode]

De tels choix commerciaux sont difficiles à concrétiser dans un schéma abstrait de la libre-concurrence. En effet, si un industriel réduit la qualité de ses produits, cela bénéficie à ses concurrents, et rien ne garantie que le renouvèlement des produits bénéficie à celui qui s'est lancé dans l'obsolescence programmée. Seulement, avec la centralisation du capital de notre époque impérialiste, les grands trusts sont bien plus à même de négocier des accords de bon procédés avec leurs quelques rivaux. En particulier, les cartels et autres situation d'oligopoles sont les conditions idéales pour que les plus puissants capitalistes imposent leurs produits au marché, bien plus que l'inverse...

1.4.2 Une tare du capitalisme, pas de l'industrie[modifier | modifier le wikicode]

Une certaine critique, notamment dans les milieux écologistes ou "décroissants", fait de l'industrie et de la production de masse les responsables de ce genre de "dérive".[7] La mauvaise qualité serait inhérente à l'industrialisation, par rapport à un travail manuel idéalisé. Le premier des constats, c'est que ce serait une illusion réactionnaire de vouloir un retour à une production artisanale généralisée. La tâche réellement progressiste de notre époque, c'est au contraire la réappropriation collective des moyens de production. Cela pour mettre fin à l'incroyable oppression/gâchis social que représente leur gestion privée : les économies d'énergies, mais aussi et surtout l'économie de travail potientielle est inestimable. Fait marquant, certains produits de l'économie d'URSS avaient une longévité bien plus élevée que leurs équivalents du Bloc de l'Ouest. Malgré la bureaucratie stalinienne, cela montre une chose simple : l'industrie peut donner de tout autres résultats dès lors qu'elle est extraite de la recherche du profit.

1.4.3 Théories du complot[modifier | modifier le wikicode]

Carbonfilament.jpg

Des exemples d'obsolescence programmée sont avérés. Néanmoins, la défiance légitime envers les industriels capitalistes peut parfois conduire à des exagérations et des fantasmes dignes de théories du complot.

Ce genre d'idées est parfois véhiculé par mégarde par certains grands média, comme la célèbre légende urbaine selon laquelle la durée de vies des ampoules à incandescence est artificiellement maintenue basse depuis le début du 20e siècle.[2]

Par ailleurs, il fait noter que nous avons tendance à avoir un "biais de survie" : on se souvent d'un frigo des années 50 en état de fonctionnement, mais on n'a pas en tête les dizaines de milliers de frigos des années 50 qui sont tombés en panne et ont terminé à la décharge.

2 Produits jetables[modifier | modifier le wikicode]

2.1 Un essor gigantesque[modifier | modifier le wikicode]

L'Amérique du Nord aurait en effet inauguré dès les années 1850 un système commercial basé sur des produits jetables avec des cols et manchettes de papier jetables destinés aux représentants.

En 1903, 8 ans après avoir déposé un brevet pour un rasoir de sécurité à lame interchangeable (1895)[8], l'entreprise Gillette commercialise des rasoirs à lames interchangeables (et pouvant être aiguisées). L'année suivante, en 1906, Gilette se lance dans la fabrication de lames interchangeables à bas coût, et donc plus facilement jetables.

L'entreprise Bic tablera également sur la commercialisation de nombreux produits jetables, dont le stylo à bille Bic Cristal en 1950. À la fin des années 1960, en Amérique du Nord, la publicité suscite un engouement pour les robes en papier, lancées en 1966 par l’entreprise américaine Scott Paper Company. Fait symbolique : des lames de rasoir jetables, nous sommes passés au rasoir jetable (à partir des années 1970 avec les rasoirs Bic). La vaisselle jetable est devenue énormément utilisée, que ce soit dans la restauration (d'abord pour les commandes à emporter, mais de plus en plus pour la consommation sur place, notamment dans les fastfood), les bureaux (gobelets et touillettes à café...) ou par les particuliers (pique-nique...). La production de vaisselle et couverts jetables estimée à 50 milliards de pièces en Chine[9].

On peut citer aussi le téléphone portable jetable, le DVD jetable...

Le développement du jetable a connu une progression semblant encore à ce jour quasi inexorable. Ce développement tient à plusieurs raisons :

  • Un produit jetable est souvent moins coûteux à produire à l'unité, car plus simple à fabriquer ou utilisant des matériaux moins coûteux (le coût global du surplus d'empreinte carbone et de la gestion des déchets est une externalité pour les capitalistes).
  • L'industrie a habitué les consommateurs au jetable, en jouant sur le côté pratique, à grand renfort de publicité.

Pour certains produits, il existe généralement des versions non jetables de ces produits, plus résistantes, lavables, ou avec des parties changeables / rechargeables, etc. Mais celles-ci sont souvent plus chères.

2.2 Timides réglementations[modifier | modifier le wikicode]

Au début des années 1950, l’ambiguïté des relations entre industrie et qualité/durabilité est traitée par L'Homme au complet blanc, film britannique dans lequel un ingénieur invente un textile inusable et ne se salissant pas, qui rapidement se retourne contre lui alors que certaines entreprises (magnats du textile) et les ouvriers (via leurs syndicats) cherchent à l'empêcher de développer son invention, qu'ils estiment menacer leur industrie.

Dans quelques cas — notamment dans les secteurs réglementés et contrôlés par les États, pour des raisons de sécurité — les produits sont nettement plus sûrs et solides aujourd’hui qu'autrefois, par exemple pour l'automobile et les armes. Dans le cas de l'automobile, cette durabilité est néanmoins contournée, par la publicité qui encourage à changer de voiture plus souvent, et même par des primes à l'achat et des primes d'État (comme la prime à la casse) destinées à soutenir l'industrie automobile dans les pays riches déjà très équipés et où le marché stagne.

Ces dernières années, la critique de la société du jetable a gagné en audience, obligeant les politiciens à la prendre en compte[10], et une interdiction progressive du plastique à usage unique a été décidée dans plusieurs pays.

Interdictions de produits jetables en plastique
Produit Date d'interdiction
France Belgique UE
Sacs de caisse (épaisseur > 50 microns) 01/07/2016
Sacs pour fruits et légumes 01/07/2017
Contenants collectifs (cuisson, réchauffe, service) 01/01/2018
Micro-billes cosmétiques 01/01/2018
Couverts 01/01/2020 loi en cours loi en cours[11]
Contenants individuels (assiettes, etc) 01/01/2020 loi en cours loi en cours[11]
Cotons-tiges 01/01/2020 loi en cours loi en cours[11]
Tiges de ballons 01/01/2020 loi en cours[11]
Piques à steak 01/01/2020
Pailles 01/01/2020 loi en cours[11]
Bâtonnets mélangeurs pour boisson 01/01/2020 loi en cours[11]
Couvercles à verre jetables 01/01/2020
Plateaux-repas 01/01/2020
Pots à glace 01/01/2020
Saladiers 01/01/2020
Boîtes 01/01/2020

Il est à noter que le jetable s'est largement répandu dans les produits d'hygiène ou dans le médical, et il est probable que dans ce cas précis, l'impact positif en terme de prévention des risques sanitaires l'emporte sur les considérations écologiques.

  • Mouchoir en papier
  • Gant de toilette non tissé
  • Couche culotte jetable
  • Protection hygiénique jetable
  • drap (literie) jetable
  • gants en latex
  • gants médicaux
  • tablier
  • Seringue jetable ou à usage unique
  • pipettes Pasteur
  • Nappe en papier, serviettes en papier

3 Notes et sources[modifier | modifier le wikicode]

  1. Ce logiciel permet de remettre à zéro ces puces sur les imprimantes Epson Stylus.
  2. 2,0 et 2,1 Par exemple le documentaire The light bulb conspiracy (Le complot de la lampe à incandescence, diffusé en français par Arte sous le nom Prêt à jeter en février 2011) fournit une mauvaise critique de l'obsolescence, avec plusieurs affirmations conspirationnistes et des non sens scientifiques.
  3. https://www.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/235313/0287.pdf
  4. La véritable histoire de l’ampoule de Livermore, 2011
  5. Madame Figaro, Halte aux collants qui filent, 12 décembre 2014
  6. Serge Latouche, Bon pour la casse : Les déraisons de l'obsolescence programmée, Paris, Les liens qui libèrent, (réimpr. 2015), 100 p. (ISBN 979-10-2090014-2).
  7. Exemple : Sortir de l'industrie, decroissance.info
  8. Extrait de étude de cas : Gillette, Marketing stratégique
  9. « CHINE • A table ! 50 milliards de couverts jetables », Courrier international,‎ (lire en ligne).
  10. Interview de Benoît Hamon donnée au magazine 60 millions de consommateurs, 12 septembre 2012.
  11. 11,0 11,1 11,2 11,3 11,4 et 11,5 « Fiche de procédure: 2018/0172(COD) | Observatoire législatif | Parlement européen », sur oeil.secure.europarl.europa.eu (consulté le 14 janvier 2019)