Plan d'austérité

De Wikirouge
Aller à : navigation, rechercher

Un plan d'austérité ou un plan de rigueur est une politique de rigueur visant à redresser l'économie d'un pays. Dans le cadre du capitalisme, il s'agit d'une politique visant à relancer l'accumulation de profits à moyen terme en dévalorisant la force de travail. Un plan d'austérité est donc un des leviers de la lutte de classe de la bourgeoisie contre les travailleurs.

Principe
[modifier]

Un gouvernement bourgeois pragmatique peut être amené à mettre en place un plan de rigueur pour :

  • réduire les déficits et la dette publique, afin
    • d'éviter un emballement (hausse des impôts indéfinie)
    • de retrouver la confiance des investisseurs et des créanciers (contenir la hausse des taux d'intérêt)
  • freiner l'inflation, qui notamment spolie les créanciers
  • limiter les bulles spéculatives

Les leviers d'un plan de rigueur sont budgétaires, fiscaux, monétaires, et en agissant sur le droit du travail :

  • augmentation des impôts et réduction des dépenses publiques pour réduire le déficit et la dette
  • augmentation des taux directeurs par la Banque centrale et augmentation des réserves obligatoires pour limiter les bulles spéculatives
  • réduction des salaires et précarisation du travail pour rendre à nouveau les investissements rentables

Exemples[modifier]

Les plans d'austérité d'aujourd'hui[modifier]

Article détaillé : Plans d'austérité actuels.

Les plans d'austérité font partie de l'actualité la plus brûlante pour de nombreux travailleurs, notamment en Europe. Ils sont directement le fruit de la crise ouverte depuis 2007-2008 , au cours de laquelle les États se sont massivement endettés pour renflouer les banques et grandes entreprises menacées. Les plans d'austérité s'abattent donc sur les pays les plus fragilisés par leur dette face à l'urgence d'éviter une dépression. Mais ils sont aussi et surtout la réponse à la crise latente de suraccumulation depuis les années 1970, que les bourgeois n'arrivent plus à différer. En opérant une brusque coupe dans les droits et acquis des travailleurs, ils espèrent pouvoir rétablir leur taux de profit .

Le "tournant de la rigueur" de Mitterrand[modifier]

Critiques et alternatives
[modifier]

La dévaluation ?[modifier]

Un des autres grands leviers de la politique économique bourgeoise est la dévaluation compétitive. Le principe est simple : dévaluer la monnaie nationale, pour augmenter le pouvoir d'achat des étrangers par rapport aux marchandises produites par l'industrie nationale, et ainsi favoriser les exportations du pays. C'est un levier qui a été massivement utilisé au cours du XXème siècle. Mais il a un effet destabilisant pour l'économie globale, car un pays qui y a recours incite quasi-automatiquement ses concurrents à faire de même, ce tend à provoquer une inflation générale. C'est pourquoi lorsqu'ils en sont capables, les pays industrialisés essaient de s'accorder entre eux pour s'interdire d'y avoir recours. Par exemple, un des principaux intérêts de l'Euro pour les pays de la Zone est d'être certains qu'aucun d'entre eux ne peut concurrencer l'autre par une politique monétaire.

Avec l'aggravation de la crise des dettes publiques, les pays de la Zone Euro n'ont plus qu'une seule solution : les plans de rigueur. C'est pour cela que de nombreux courants souverainistes, surtout d'extrême-droite mais aussi à gauche, prônent de plus en plus ouvertement une sortie de l'Euro et le retour à une monnaie nationale pour pouvoir dévaluer. S'il est certain que ce n'est pas la solution souhaitée par la grande bourgeoisie, car très destabilisante, cela pourrait s'avérer la seule solution bourgeoise à la crise si la contestation populaire et ouvrière empêche l'application des plans d'austérité. Mais en réalité, cela reviendrait également à faire payer les travailleurs avant tout, car cela provoquerait immanquablement une inflation généralisée détruisant rapidement leur pouvoir d'achat.

Planche à billets ?[modifier]

Même en restant dans le cadre de l'UE, l'inflation est directement recommandée par certains économistes bourgeois. Notamment le néo-keynésien Paul Krugman, qui préconise que la BCE rachète, comme la Fed, des dettes d'Etat, et fasse un peu plus marcher "la planche à billet". Cela conduirait à une forte inflation, mais c'est là l'objectif affiché !

"Pour restaurer la compétitivité en Europe, il faudrait que, disons d'ici les cinq prochaines années, les salaires baissent, dans les pays européens moins compétitifs, de 20 % par rapport à l'Allemagne. Avec un peu d'inflation, cet ajustement est plus facile à réaliser(en laissant filer les prix sans faire grimper les salaires en conséquence)."[1]

Ironiquement, économistes néo-classiques ou keynésiens représentent simplement deux voies différentes pour faire baisser les salaires réels, c'est-à-dire faire payer la crise au prolétariat.

La sous-consommation ?[modifier]

Certains courants politiques, principalement à gauche, critiquent l'austérité en expliquant qu'elle serait absurde du point de vue capitaliste. En se basant souvent sur une théorie erronée de la sous-consommation, ils avancent qu'en réduisant la consommation, on réduit la demande, et donc la croissance économique. C'est une vision bien trop simpliste : les économistes bourgeois eux-mêmes reconnaissent volontiers que l'austérité a un effet récessif à court terme. Mais l'objectif visé est de rétablir les conditions d'un taux de profit suffisamment élevé pour que les investissements capitalistes reprennent.

Le socialisme[modifier]

Du point de vue du prolétariat, toute sortie de crise dans le cadre du capitalisme ne peut passer que par un énorme recul social (austérité bien plus radicale ou inflation galopante), et il est plus que probable que cela conduise à des formes de barbarie inégalées, tant les rivalités entre pays impérialistes s'accentuent et peuvent servir de détournement à la lutte des classes.

Il y a donc moins que jamais de place pour les illusions régulationnistes ou réformistes : le capitalisme doit être renversé. La marge de manoeuvre se réduisant chaque jour davantage pour les bourgeois et leurs serviteurs politiques, l'alternative devient chaque jour plus tranchée : austérité ou révolution.

Notes et sources
[modifier]

Les plans d'austérité aggravent-ils les déficits publics et nuisent-ils à l'accumulation du capital? Tendance Claire du NPA, 5 octobre 2011