Antiparlementarisme

De Wikirouge
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'anti-parlementarisme est l'opposition au régime parlementaire et par extension à la démocratie sous sa forme actuelle, c'est à dire en réalité la démocratie bourgeoise. Cet anti-parlementarisme peut provenir de tendances politiques très différentes.

Conceptions de l'antiparlementarisme[modifier | modifier le wikicode]

Extrême droite[modifier | modifier le wikicode]

De nombreux courants d'extrême droite s'opposent à la démocratie. Traditionnellement, c'est le camp de la réaction, qui depuis les révolutions bourgeoises ont voulu restaurer les monarchies. Aujourd'hui, le contexte a bien changé et la signification de l'extrême droite avec. Il ne s'agit plus de s'opposer à la bourgeoisie, qui s'est fermement établie comme classe dominante, mais au contraire d'écraser toute résistance à son pouvoir. Bien sûr, les différents courants d'extrême droite parlent très peu de classes sociales, et prétendent souvent se situer au dessus d'elles. Ils misent sur des leaders censés diriger fermement l'Etat (bourgeois) dans des situations "de déclin d'un système corrompu" (crise du capitalisme).

En temps de relative paix sociale, les partis "stables" des capitalistes sont des partis de droite ou de gauche qui s'inscrivent totalement dans la démocratie bourgeoise, et qui parviennent à la faire passer pour la représentation populaire, de tous les citoyens, etc... Mais les crises sociales qu'engendre le capitalisme mettent à mal cette chimère démocratique. En particulier, la ruine des petits-bourgeois ("classe moyenne") sape la plus large base sociale de cette "démocratie". Ce qu'on l'a pu observer au début du XXème siècle, principalement durant la Grande Dépression, et qui revient aujourd'hui, c'est qu'il y a alors une course de vitesse qui est engagée. D'un côté, des forces réactionnaires tentent de forger une idéologie de domination étatique brutale au service de la bourgeoisie (fascisme), de l'autre, les communistes révolutionnaires tentent de vaincre la direction réformiste du mouvement ouvrier et ouvrir la voie vers le socialisme...

La situation actuelle en Grèce est particulièrement éclairante de ce point de vue, comme l'observe un dirigeant de l'OKDE Spartakos, membre d'Antarsya :

« Here is one more paradox: just after the elections many people wished to see SYRIZA be the first party, which actually happened in some opinion polls, but at the same time nobody was in a hurry to see what they wanted to see – they didn't want a new round of elections. This means that actually few hopes are invested in elections. Indifference or hatred against parliamentarism, however, has not necessarily the progressive features that anarchists would hope. The problem about popular disappointment in parliamentary democracy is that it is not only disappointment with “parliamentary”, but also with “democracy”. As long as there are not the structures of self-management which would link anti-parliamentarism to revolutionary hope, fascism will be linking them to “petit-bourgeois despair”, as Trotsky says. Stohos, a fascist newspaper, wrote it in its front page without any self-censorship: the solution “won't come from elections, but from the Army General Headquarters”. »[1]

Anti-parlementarisme anarchiste[modifier | modifier le wikicode]

Les anarchistes (traditionnels) prônent l'abolition de l'Etat. Comme les marxistes, ils dénoncent la démocratie actuelle et ses institutions comme des masques de la domination capitaliste. Mais le plus souvent, ils ont une vision très spontanéiste du processus révolutionnaire, et ils envisagent une transition directe de l'Etat capitaliste à l'absence d'Etat. L'anti-parlementarisme anarchiste va donc de pair avec cette vision de l'aboliton de l'Etat. En conséquence, c'est un anti-parlementarisme de principe, qui implique de ne prendre aucune part dans les institutions bourgeoises : boycott des élections et appel à l'absention, appels (intemporels) à des grèves générales insurrectionnelles...

Position des communistes[modifier | modifier le wikicode]

Les communistes révolutionnaires sont pour le renversement de cette démocratie mensongère. C'est, si l'on veut, une forme d'anti-parlementarisme. Mais pour les communistes, ne pas utiliser les institutions actuelles pour la propagande est stérile, puisqu'une grande majorité des travailleurs accordent encore une légitimité à ces institutions et y placent encore des espoirs.

Certes, depuis la rupture d'avec les socialistes opportunistes en 1914-1918, les communistes savent qu'en ayant une politique envers les parlements (parlementarisme) il y a toujours un risque d'absorption par l'Etat bourgeois. C'est notamment pour cela que la IIIe internationale avait détaillé les principes du "parlementarisme révolutionnaire" : élus rigoureusement contrôlés par les instances démocratiques du parti, propagande révolutionnaire irréconciliable avec les forces bourgeoises et réformistes...

Pour les communistes, l'anti-parlementarisme peut et doit devenir très concret si la situation est révolutionnaire. Si une situation de double pouvoir se généralise, avec des conseils de travailleurs en face des vieilles institutions, il faut pousser plus loin que ce mouvement et affaiblir le régime en boycottant les parlements.

Il est à noter que la gauche communiste s'est opposé à la majorité communiste autour de Lénine et Trotski. Bordiga par exemple eut un début avec Lénine sur cette question, car il était contre la participation aux élections.

Notes et sources[modifier | modifier le wikicode]

Un article critique de Lénine : Le communisme, 12 juin 1920

  1. Manos Skoufoglou, The Pendulum, juin 2012