Syndicats en France

De Wikirouge
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Panorama des syndicats en France.

Historique[modifier | modifier le wikicode]

Le taux_de_syndicalisation est aujourd'hui historiquement bas en France (environ 7%).

Près de 40 % des salarié-e-s affirment que leur refus de se syndiquer est motivé d’abord par la crainte des représailles.

Confédérations[modifier | modifier le wikicode]

CGT : Confédération Générale du Travail

CFTC : Confédération Française des Travailleurs Chrétiens

CFDT : Confédération Française Démocratique du Travail

FO : Force Ouvrière

CGC : Confédération Générale des Cadres

Les organisations non confédérées[modifier | modifier le wikicode]

L'Union Solidaires-Groupe des 10

Les syndicats « autonomes »[modifier | modifier le wikicode]

On les trouve essentiellement dans le secteur public. Certaines raisons historiques expliquent en partie cette particularité : le syndicalisme en général a été autorisé plus tardivement et de manière plus limitée pour les agents de l'Etat que pour les salariés du secteur privé, par exemple dans la justice, la police, l'enseignement. Ils sont le plus souvent issus du refus de choisir entre CGT et CGT-FO en 1947.

• Certains syndicats autonomes se limitent à la défense d'une catégorie ou d'une profession donnée :les autonomes de la FGAAC chez les agents de conduite SNCF, le syndicat  autonome des agents de la RATP, les syndicats de policiers, etc...

• D'autres syndicats non confédérés n'ont par contre jamais voulu se replier sur leur seul secteur professionnel. C'est par exemple le cas du Syndicat National Unitaire des Impôts (SNUI). Parmi les syndicats ayant refusé la scission de 1947 de la CGT, la principale organisation a été la Fédération de l'Education Nationale (FEN). L'importance de ses effectifs lui a donné une place comparable aux fédérations de fonctionnaires des organisations confédérées. En 1993, la tendance majoritaire de la FEN (UID, pro-socialiste, majoritaire dans le syndicat des instituteurs) a exclu deux syndicats où la tendance proche du PC était majoritaire. Les exclus ont alors fondé la Fédération Syndicale Unitaire (FSU), qui est rapidement devenue la première organisation syndicale de l'Education Nationale.

Effectifs : 180 000.

Ce qui reste de la FEN est depuis 1988 regroupé avec d'autres syndicats autonomes au sein de l'UNSA : Union Nationales des Syndicats Autonomes. L'UNSA revendique une représentativité dans l'ensemble des trois fonctions publiques : d'Etat, hospitalière et collectivités territoriales. Effectifs :entre 100 000 et 200 000.

Liens avec les partis politiques[modifier | modifier le wikicode]

  • La direction de la CFDT est liée au PS.
  • La CGT a longtemps été la courroie de transmission du PCF. Elle est plus indépendante aujourd'hui, mais conserve des liens priviligiés avec l'appareil du PCF.
  • La FSU est dirigée par des proches du PS et des proches du Front de Gauche. Par exemple le Snuipp est dirigé par le PS, et le Snes est dirigé par le Front de Gauche.

Notes et sources[modifier | modifier le wikicode]