Parti ouvrier français

De Wikirouge
Aller à : navigation, rechercher
POFlogo1880.jpg

Le Parti ouvrier, plus tard renommé Parti ouvrier français (POF), est un parti politique français de la Troisième République, le premier parti à se réclamer du marxisme en France, qui a existé de 1882 à 1902.

Parti révolutionnaire, son but était d'abolir le capitalisme et de fonder une société socialiste, puis communiste.

Histoire du Parti ouvrier[modifier | modifier le wikicode]

Origine[modifier | modifier le wikicode]

En 1878, le Congrès ouvrier de Lyon se constitue en parti, la Fédération du parti des travailleurs socialistes de France (FPTSF).

Le Parti ouvrier est fondé au Havre en novembre 1880.

Une première scission intervient dès 1881, lorsqu'Édouard Vaillant, d'inspiration blanquiste, fonde le Comité révolutionnaire central (CRC).

Une seconde scission intervient en 1882 à la suite du Congrès ouvrier de Saint-Étienne. Elle oppose les « possibilistes », socialistes réformistes d'inspiration proudhonienne, qui forment la Fédération des travailleurs socialistes, et les guesdistes, d'inspiration marxiste, dont les 23 délégués se retirent du congrès. Ils se rassemblent à Roanne en septembre 1882 et créent le Parti ouvrier français (POF).

Historique[modifier | modifier le wikicode]

  • 1882, Jules Guesde fonde le Parti ouvrier avec Paul Lafargue.
  • 1893, le Parti ouvrier devient le Parti ouvrier français.
  • Le POF connaît des succès électoraux aux élections municipales de 1892 (victoire à Roubaix, Montluçon, Commentry, Narbonne, ..) et aux législatives de 1893 (Jules Guesde élu député). Certains membres du POF, oubliant momentanément l'objectif de la révolution, en viennent à penser que le socialisme est possible par la voie électorale (voir le banquet et le programme de Saint-Mandé le 30 mai 1896).
  • 1899, la crise au sein du socialisme provoquée par la participation d'Alexandre Millerand au Gouvernement Waldeck-Rousseau pousse le POF à retourner à sa pureté doctrinale révolutionnaire (manifeste de l'été 1899). Selon certains, le parti aurait alors perdu de son influence. Ainsi en 1902 (12 députés pour le PSdF héritier du POF) il ne retrouve nationalement que les deux tiers de ses voix de 1898[1].
  • 1902, fusion du parti avec le Parti socialiste révolutionnaire blanquiste et l'Alliance communiste révolutionnaire pour former le Parti socialiste de France, initié en 1901 sous le nom d'Unité socialiste révolutionnaire.
  • 1905, le Parti socialiste de France fusionne avec le Parti socialiste français de Jean Jaurès pour former la Section française de l'Internationale ouvrière (SFIO).

Le Nord, le Pas-de-Calais, la Loire et l'Allier sont les principaux bastions du POF.

La base du POF est surtout composée d'ouvriers d'industrie, peu de mineurs, peu de ruraux. En revanche des dirigeants sont plutôt issus de la petite bourgeoisie.

Programme[modifier | modifier le wikicode]

Le programme adopté officiellement à Roanne en 1882 indique les origines suivantes :

« Programme élaboré en conformité des décisions du Congrès, tenu à Marseille du 20 au 31 octobre 1879, adopté au Congrès régional de la Fédération du Centre tenu à Paris du 18 au 25 juillet 1880, confirmé par le Congrès national tenu au Havre du 16 au 22 novembre 1880, ratifié par le Congrès régional de la Fédération du Nord tenu à Roubaix en octobre 1881, maintenu en vigueur par le Congrès national tenu à Reims du 30 octobre au 6 novembre 1881 et complété par le Congrès national tenu à Roanne du 26 septembre au 1er octobre 1882.  »

Il a été élaboré d'abord en mai 1880, quand Jules Guesde rend visite à Marx à Londres.

Le programme s'ouvre sur des considérants qui indiquent que l'émancipation des travailleurs nécessitera l'appropriation collective des moyens de production, et que « cette appropriation collective ne peut sortir que de l'action révolutionnaire de la classe productive - ou prolétariat - organisée en parti politique distinct. » Ces considérants ont été dictés par Marx en personne.

Le programme qui est exposé par la suite est un programme électoral de « revendications immédiates » (programme minimum), comprenant des éléments concernant les conditions de travail, des renationalisations et du contrôle ouvrier. Il est séparé en deux parties (« politique » et « économique »), écrites par Marx et Guesde, avec l'aide de Engels et Lafargue. Quelques amendements sont faits lors du congrès du Havre en novembre 1880.

Marx écrivait : « Ce document très bref contient dans sa partie économique seulement des revendications qui ont effectivement émergé spontanément du mouvement ouvrier lui-même. Il y a en supplément un passage introductif où l'objectif communiste est défini en quelques lignes. » Engels admirait la clarté et la concision du programme maximum, et plus tard, il recommanda aux socialistes allemands la partie économique[2].

Un conflit éclata entre Marx et Guesde par la suite. Alors que Marx voyait le programme minimum comme des mesures atteignables dans le cadre du capitalisme, utiles pour l'agitation, Guesde affirmait qu'elles était impossibles à atteindre, et qu'en proposant ainsi aux ouvriers de les revendiquer, ils se rendraient compte qu'il était nécessaire de rompre avec les républicains radicaux. Guesde estimait qu'ainsi, cette lutte allait « libérer le prolétariat de ses dernières illusions réformistes et le convaincre de la nécessité d'un 1789 ouvrier ».

Marx accusa Guesde et Lafargue de faire de la « phraséologie révolutionnaire », et dit à Guesde que si sa politique était marxiste, « ce qu'il y a de certain c'est que moi, je ne suis pas Marxiste. »[3]

Effectifs[modifier | modifier le wikicode]

Moins de 1 % des ouvriers étaient membres du POF.

Le poids des militants des partis de gauche reste très inférieur aux effectifs des syndicats qui comptent alors plus de 200 000 membres (à comparer toutefois au près de 2 millions de syndiqués britanniques en 1910).

Résultats électoraux[modifier | modifier le wikicode]

Principaux membres[modifier | modifier le wikicode]

  • Jules Guesde (1845-1922), membre fondateur, député.
  • Paul Lafargue (1842-1911), gendre de Karl Marx, député.
  • Edmé Charles Chabert (1818-1890), membre fondateur, ouvrier graveur.
  • Marcel Cachin (1869-1958), membre dès 1891, scissionnaire de Tours en 1920, futur directeur de L'Humanité.
  • Alexandre Bracke-Desrousseaux (1861-1955), universitaire (philosophie grecque), futur député SFIO.
  • Albert Bedouce (1869-1947), membre dès 1891, premier maire socialiste de Toulouse, député socialiste de la Haute-Garonne, et Ministre des Travaux Publics du Front Populaire, dans le Gouvernement Léon Blum.
  • Alexandre Zévaès (1873-1953), député de l'Isère (1898-1910).
  • Bernard Cadenat (1853-1930), cordonnier, député des Bouches-du-Rhône (1898-1919 et 1924-1930), maire de Marseille (1910-1912).
  • Ulysse Pastre (1864-1930), instituteur, député de Gard (1898-1910).
  • Jean-Baptiste Bénézech (1852-1909), ouvrier typographe, député de l'Hérault (1898-1909), président de la chambre syndicale des ouvriers typographes.
  • René Chauvin (1860-1936), coiffeur, député de la Seine (1893-1898), fondateur de la chambre syndicale des ouvriers coiffeurs. En 1914, il quitte la SFIO pour fonder un petit parti ouvrier prônant le retour à la lutte des classes.
  • Hubert Lagardelle (1875-1968), syndicaliste révolutionnaire.
  • Prosper Ferrero, député de Marseille en 1898-1910, maire de Toulon (1893), vice-président du conseil général (1914-1915).
  • Jean Bertrand (député élu à Corbeil ?)
  • Autres députés : Philippe Krauss (1864-1904), Bernard, Dufour, etc.
  • Pierre Mélin (1863-1929) Luthier, vice-président des Prud'hommes de Valenciennes, Député.
  • Georges Vacher de Lapouge (1854-1936) anthropologue antisémite et eugéniste, procureur de la République et universitaire.
  • Ramond Lavigne (1851-1930), syndicaliste, secrétaire de la Fédération girondine.
  • Ernest Montusès (1880-1927), journaliste.
  • Gabriel Deville

Notes et références[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

  • La naissance du Parti ouvrier français : correspondance inédite de Paul Lafargue, Jules Guesde, José Mesa, Paul Brousse, Benoît Malon, Gabriel Deville, Victor Jaclard, Léon Camescasse et Friedrich Engels, réunie par Emile Bottigelli, Paris : Ed. Sociales, 1981
  • WILLARD C., Le Mouvement socialiste en France, 1893-1905. Les guesdistes, Ed. sociales, 1965.
  • VERLHAC J., La formation de l’unité socialiste (1898-1905), L’Harmattan, 1997 (réed. d'un mémoire paru en 1947).

Liens externes[modifier | modifier le wikicode]