ONU

De Wikirouge
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le logo de l'ONU.

L'ONU, pour Organisation des Nations Unies, est une association d'États qui s'est établie à la suite de la Seconde guerre mondiale. Son but premier est de maintenir la paix : l'ONU dispose d'ailleurs d'une force militaire, les Casques-Bleus, entretenus par les pays membres et intervenant quelquefois à l'étranger en situation de crise.

Mais engoncée dans ses contradictions internes, l'ONU est incapable, en réalité, d'apporter la paix, et encore moins la prospérité, à l'échelle du monde. Seule l'unification de tous les pays du monde en une société communiste unie permettra d'atteindre ce noble objectif, et par-là même en finir avec la pauvreté, les guerres, l'exploitation des peuples par d'autres (impérialisme) et de l'homme par l'homme en général.

Histoire[modifier | modifier le wikicode]

Prémisses[modifier | modifier le wikicode]

1919 : création de la SDN[modifier | modifier le wikicode]

Il s'agissait, pour les États bourgeois vainqueurs de la Première guerre mondiale, d'assurer définitivement la paix et l'assurance des accords internationaux (traités...), afin d'éviter qu'un tel massacre, directement à l'origine de révolutions socialistes (comme le cas russe l'a démontré), ne se reproduise.

Mais rapidement, une crise frappe le système capitaliste dans les années 1930, alors que l'URSS, autarcique, continue sa croissance. Cette crise, couplée à la politique du « socialisme dans un seul pays » initiée par Staline qui étouffera les futures révoltes ouvrières (notamment celle de 1927 en Chine), aboutira à un massacre sans précédent dans l'histoire de l'humanité.

1942 : la Déclaration des Nations Unies[modifier | modifier le wikicode]

Le 1er janvier 1942, alors en pleine guerre, le Président Roosevelt, M. Winston Churchill, M. Maxim Litvinov (Union soviétique) et M. T. V. Soong (Chine) signaient un bref document auquel allaient adhérer le lendemain les représentants de 22 autres pays. Dans ce document, les gouvernements signataires s'engageaient à contribuer de la façon la plus complète à l'effort de guerre commun et à ne pas signer de paix séparée.

Les 26 signataires originaires étaient : les États-Unis d'Amérique, le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord, l'URSS, la Chine, l'Australie, la Belgique, le Canada, le Salvador, le Guatemala, le Honduras, le Luxembourg, la Nouvelle-Zélande, la Norvège, la Pologne, la Yougoslavie, le Costa-Rica, Cuba, la Tchécoslovaquie, la République dominicaine, la Grèce, Haïti, l'Inde, les Pays-Bas, le Nicaragua, le Panama et l'Union Sud-Africaine.

Par la suite, les pays suivants adhéraient à la déclaration : le Mexique, la Colombie, l'Iraq, l'Iran, le Libéria, le Paraguay, le Chili, l'Uruguay, l'Égypte, la Syrie, la France, les Philippines, le Brésil, la Bolivie, l'Éthiopie, l'Équateur, le Pérou, le Vénézuela, la Turquie, l'Arabie saoudite, le Liban.

1945 : conférence de San Francisco et création de l'ONU[modifier | modifier le wikicode]

Quarante-six pays avaient d'abord été invités à la Conférence de San-Francisco. C'étaient, en plus des quatre pays sous l'égide desquels s'ouvrait la Conférence, tous les pays qui avaient déclaré la guerre à l'Allemagne et au Japon et signé la Déclaration des Nations Unies.

Tous les États ratifièrent la Charte des Nations Unies, qui fût directement à l'origine de la création des instances de l'ONU. De nombreuses mesures fûrent décrétées :

  • création d'un Conseil de Sécurité, de la Cour de Justice Internationale basée à La Haye, d'autres organismes financiers ;
  • révision des traités internationaux et redécoupage des frontières (notamment en Asie) ;
  • adoption d'un droit de veto concernant les "Cinq Grands" (France, Royaume-Uni, États-Unis, URSS, Chine), qui leur permettra de s'opposer, par la suite, à toute mesure votée par le Conseil de Sécurité onusien.

Le président Truman, dans son discours de clôture aux relents idéalistes, déclarera :

« La Charte des Nations Unies que vous venez de signer constitue une base solide sur laquelle nous pourrons édifier un monde meilleur. Cet acte qui entre dans l'histoire vous honore. Entre la victoire en Europe et la victoire finale dans la plus destructive des guerres, vous avez remporté une victoire sur la guerre elle-même... Grâce à cette Charte, le monde peut commencer à entrevoir le moment où tous les êtres humains pourront vivre une vie décente d'hommes libres. »

Symbolisant la puissance américaine, le siège de l'ONU et de quelques unes de ses instances affiliées est basé à New York.

Limites de l'ONU[modifier | modifier le wikicode]

Le fonctionnement de l'ONU même rend cet organisme international inefficace pour le maintient de la paix, pour de nombreuses raisons.

Une armée inefficace[modifier | modifier le wikicode]

Certes, l'ONU dispose d'une armée, chargée du maintient de la paix dans une région en proie aux guerres. Et cet organisme a servi, par exemple en Macédoine[1]. Mais le déploiement des Casques Bleus, s'il est décidé par le Conseil de Sécurité, peut être contrarié par le veto de l'une des cinq puissances ayant un siège permanent. Et l'ironie, c'est que la plupart des conflits meurtriers se déroulant actuellement dans le monde impliquent ces puissances qui, pour sauvegarder leurs intérêts, s'opposent à de telles interventions. C'est ainsi parce que le gouvernement de Damas, coupable de nombre de crimes contre l'humanité[2], est allié à celui de Moscou, que les Russes opposèrent leurs droits de veto à toute intervention en Syrie au début de la guerre civile syrienne[3].

De toutes façons, si l'intervention de l'armée permet effectivement de rétablir la "paix", elle ne permet en revanche pas de rétablir la stabilité et encore moins la "démocratie". La plupart du temps, les choses stagnent et finissent par s'empirer directement jusqu'à la prochaine intervention, quand il ne s'agit pas d'une intervention opérée toute seule par un État souverain (comme l'intervention américaine de 1993 en Irak décidée par les Américains).

Des organismes humanitaires anecdotiques[modifier | modifier le wikicode]

L'ONU dispose bien d'organes "humanitaires". Mais le budget du plus important d'entre eux, l'UNICEF, s'élèvait en 2013 à 3 584 milliards d'euros[4], quand le budget des armées américaines était trente fois plus élevé en 2014[5]...

Une "caverne de brigands"[modifier | modifier le wikicode]

Extrait d'une brève du journal en ligne de Lutte ouvrière :

« Coïncidence malencontreuse, alors même que la condamnation à mort d’Ali Mohammed al-Nimr suscitait l’indignation, on apprenait que l’Arabie saoudite prenait la tête d’un comité consultatif… chargé de « renforcer et de promouvoir les droits de l’Homme ». D’après l’ONG UN Watch, l’ambassadeur saoudien à l’ONU avait même été élu dès le mois de juin, mais cette décision avait été passée sous silence, sans doute de peur qu’elle fasse mauvais effet. En plaçant cette dictature atroce à la tête de ce comité, l’ONU a bien l’air de ce qu’elle est : une simple « caverne de brigands » vouée à couvrir la défense de l’ordre établi. »
[6]

Avenir de l'ONU[modifier | modifier le wikicode]

Pour les communistes révolutionnaires, l'ONU est une organisation essentiellement vouée à la conservation du système plus qu'à l'accomplissement de ses objectifs apparents. Elle devra donc, en même temps que le régime capitaliste, être dépassée. Cela s'accomplira par l'extinction des États. L'ONU n'aura alors plus raison d'être, et la société sera à la place gérée par tous ses membres.

Notes et références[modifier | modifier le wikicode]

Sites de références[modifier | modifier le wikicode]

  • Site de l'ONU
  • Site de l'UNICEF

Notes et références[modifier | modifier le wikicode]