Crise de 1929

De Wikirouge
Aller à : navigation, rechercher
La foule de New York à la sortie de la Bourse.
Le krach de 1929 est une crise boursière qui se déroula à la Bourse de New York entre le jeudi 24 octobre et le mardi 29 octobre 1929. Cet événement, le plus célèbre de l'histoire boursière, marque le début de la Grande Dépression, la plus grande crise de l'économie capitaliste du 20e siècle. Les jours-clés du krach ont hérité de surnoms distincts : le 24 octobre est appelé « jeudi noir », le 28 octobre est le « lundi noir », et le 29 octobre est le « mardi noir », dates-clés de l'histoire boursière. Conséquence directe, aux États-Unis, le chômage et la pauvreté explosent pendant la Grande Dépression et poussent quelques années plus tard à une réforme agressive des marchés financiers.

Mais outre cette crise économique, de nombreux spécialistes de la crise de 1929, historiens et économistes, montrent comment ce krach boursier a déstabilisé les politiques économiques allemandes, permettant dans une certaine mesure l'arrivée au pouvoir du parti nazi à la suite du retrait brutal des capitaux américains d'Allemagne.

Les prémices du krach[modifier]

Aux États-Unis, à peine sortis de la Première Guerre mondiale, une crise économique profonde se développa en 1920-1921. Le revenu national recula alors de 27 %, avec un accroissement brutal du chômage. Puis l'économie redémarra de plus en plus rapidement, sur la base d'un emballement général du crédit. En 1929, le revenu national avait non seulement comblé son recul, mais l'avait largement dépassé. Seulement, cette situation où, comme on le disait, "tout le monde devenait riche" (le "tout le monde" étant limité à quelques centaines de milliers de personnes) reposait sur les mêmes contradictions qu'auparavant : la production s'emballait pour un marché dont personne ne connaissait les limites. La hausse des bénéfices résultant de cette augmentation frénétique de la production augmentait les dividendes versés aux actionnaires, provoquant en retour une explosion du prix des actions en Bourse, où on spéculait sur les profits... à venir. Bientôt l'augmentation du prix des actions commença à se nourrir d'elle-même, alimentant une spéculation qui prit de plus en plus de distance avec la réalité économique. Cet emballement spéculatif n'allait être dépassé que par les frasques financières d'aujourd'hui.

Plus la crise de surproduction pointait son nez, plus il y avait d'incertitude sur les gains que pourrait offrir l'exploitation " ordinaire " des travailleurs, plus la Bourse s'emballait, offrant des "produits financiers" de plus en plus éloignés de la valeur de base des sociétés auxquelles ils étaient censés être adossés. Tout reposait, en 1929 comme aujourd'hui, sur la croyance que les cours de la Bourse devaient inexorablement monter, jusqu'au ciel sans doute. On achetait à tout va, mais à crédit, en empruntant à 6 %, 7 % voire 12 %, en "étant sûr" que le prix des actions monterait de 50 %, voire 100 % ou plus dans le même temps. Tout le monde s'y mit, les grands comme les petits bourgeois. On créa des sociétés de crédit spécifiques dédiées à cette spéculation. Avec en tête des banques bien connues, comme Goldman Sachs ou City Bank, qui ont défrayé à nouveau la chronique dernièrement. Les grandes entreprises placèrent leurs fonds sur ce marché, car il rapportait plus que la production normale de marchandises. Les placements arrivèrent de l'Europe entière. Le président des États-Unis, Coolidge, en passant ses pouvoirs en mars 1929, promettait que tout cela allait se poursuivre éternellement. La fièvre spéculative avait atteint ainsi son paroxysme à l'été 1929, alors que depuis quelques mois la demande de produits industriels donnait des signes de faiblesse.

La montée fébrile et "irrésistible" du prix des actions, sur quoi toute cette spéculation reposait, allait se transformer en effondrement général.

Déroulement de la crise[modifier]

Le krach boursier et l'effondrement de l'économie[modifier]

Le jeudi 24 octobre donna le signal du recul du prix des actions, avec 13 millions d'actions échangées, soit le double des plus fortes séances. Il ne fut appelé "jeudi noir" que rétrospectivement, car la chute du cours des actions ne fut ce jour-là, selon les différents indices en cours à cette époque, "que" de 11 à 13 %. Personne ne pensait encore à un effondrement, car il y avait déjà eu des baisses temporaires. Cette chute fut d'ailleurs suivie de deux jours de hausse.

Mais le 29 octobre la baisse fut encore plus brutale, avec cette fois 16 millions de titres échangés, et cela donna le signal de la panique générale. Au 1er janvier 1930, des titres industriels "forts", comme Dupont de Nemours ou Chrysler, avaient baissé respectivement de 90 et 96 %. Quant aux officines mises sur pied par les banques et autres riches spéculateurs, elles atteignirent rapidement la valeur de... zéro. Les faillites se multiplièrent dans les banques, qui non seulement possédaient des actions pourries, mais dont beaucoup étaient devenues insolvables, mais aussi dans tous les secteurs de l'économie.

La plus profonde crise économique de l'histoire du capitalisme se développa aux États-Unis, et en ricochet dans le monde entier. De proche en proche, c'est l'ensemble de l'économie américaine, la plus riche du monde (40 % de la richesse mondiale), qui tomba dans un marasme général, ne fonctionnant dans certains secteurs, comme la sidérurgie, qu'au dixième de ses possibilités.

En 1932, le revenu national avait baissé de moitié par rapport à 1929. Le nombre des chômeurs grimpa jusqu'à 16 et même 20 millions, selon les sources. Plus de 25 % de la population active fut privée totalement d'emploi, tandis que plus de 60 % des autres salariés devaient se contenter de travailler à temps partiel, avec en plus des salaires de misère, car ceux-ci furent partout autoritairement baissés par les patrons.

La classe ouvrière américaine, les petits fermiers, à qui on faisait payer le prix de la crise, connurent la misère et même la faim. Toute l'Europe fut atteinte, d'abord l'Allemagne, dont l'économie, mise à mal par les "réparations de guerre " qu'elle devait payer à la France, ne vivait que grâce aux capitaux américains, qui disparurent d'un coup.

Une production partiellement paralysée pendant des dizaines d'années[modifier]

Contrairement à la légende colportée par les "démocrates" en tout genre et autres sociaux-démocrates, la crise ne fut nullement jugulée par Roosevelt, ou par "les démocraties". À titre d'exemple, la production de voitures aux États-Unis ne retrouva son niveau d'avant la crise qu'en 1953. Quant à la Bourse, il fallut attendre 1954 pour qu'elle retrouve son niveau de 1929.

Aux États-Unis, l'industrie ne redémarra de façon notable et durable que pour la production de guerre, à partir de 1941. Le fameux New Deal, la politique d'intervention de l'État américain, s'il assura des subsides de survie à une partie des chômeurs, ne vint en aucune façon à bout de la crise économique, et permit surtout aux plus grosses sociétés de s'enrichir, en achetant au passage la collaboration de la bureaucratie syndicale.

En Europe, où les moyens de la bourgeoise étaient plus limités, la crise déboucha sur la dictature fasciste qui en Allemagne allait briser la classe ouvrière. Et tout cela mena finalement à la Deuxième Guerre mondiale pour le repartage du monde entre les différents impérialismes, à travers laquelle les États-Unis allaient réussir à imposer leur domination économique à l'échelle de la planète.

La crise de 1929 avec ses suites révéla la pourriture profonde d'un système capitaliste incapable de développer les forces productives comme la technique l'aurait permis, paralysé par la propriété privée des moyens de production. Il est vrai que le capitalisme a finalement survécu, c'est d'ailleurs le seul argument de ses défenseurs. Mais à quel prix ? Cette survie fut au prix d'une anarchie et d'un gaspillage général, avec la misère qui les accompagna pendant des dizaines d'années, des destructions immenses, des dizaines de millions de morts et la barbarie en prime.

Notes et sources[modifier]