Grandes entreprises

De Wikirouge
(Redirigé depuis Grands groupes)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Siège de General Motors à Detroit (USA), exemple de grande entreprise

Les grandes entreprises sont les entreprises possédées par les capitalistes les plus puissants, en général des actionnaires et un groupe de dirigeants (PDG et son équipe).

France[modifier | modifier le wikicode]

En France, Grande entreprise (GE) est une dénomination officielle pour les entreprises de plus de 5000 salariés (au dessus des Entreprises de taille intermédiaire et des PME).

En 2012, il y en 240, qui emploient 3,3 millions de salariés (environ 10% de la population active). Mais avec la sous-traitance et l'ensemble des retombées sur les petits patrons (artisans, restaurateurs, pharmaciens...), les grands groupes sont réellement déterminants dans l'économie du pays, et dans l'économie mondiale pour un pays impérialiste comme la France.

La plupart des grands groupes français sont côtés en bourse, même si quelques uns ont cependant fait le choix de rester à l'écart des marchés financiers : Auchan, Servier...

En 2006, 41% d'entre elles versaient des dividendes à leurs actionnaires.[1]

Le MEDEF est l'organisation patronale qui regroupe en France, officiellement, les intérêts du patronat dans son ensemble. Il tente de maintenir l'illusion, bien qu'en réalité ses positions représenteront toujours en dernière analyse avant tout les intérêts des grands groupes.

L'AFEP est plus spécifiquement le lobby des grandes entreprises multinationales françaises.

Niveau mondial[modifier | modifier le wikicode]

Les 10 entreprises ayant les plus grandes capitalisations boursières.png


Évolution de la taille des entreprises[modifier | modifier le wikicode]

Depuis la révolution industrielle, le capital a enclenché un processus d'accumulation (croissance du capital d'un même patron) et de centralisation (fusion de capitaux en capitaux plus massifs). Ces processus conduisent à une tendance à l'augmentation de la taille des entreprises.

Un exemple emblématique : en 1966 commence la construction de ce qui est aujourd'hui encore la plus grande entreprise du monde (398000 m²), l'usine Boeing d'Everett (dans l'Etat de Washington, au Nord-Ouest des Etats-Unis). Il s'agit littéralement d'une ville à elle seule : environ 30 000 personnes travaillent sur ce site, sur lequel on trouve un musée, des restaurants, une caserne de pompiers (gérée par Boeing), un théâtre, des cafés... Un tunnel piéton long de 3,7 km passe sous l'usine.[2]

L'usine Boeing d'Everett


Cependant, depuis approximativement le tournant néolibéral des années 1980, cette tendance s'est inversée dans les vieux pays impérialistes (États-Unis, Europe, Japon).

Usines-USA-employés.png


Cela est dû à plusieurs facteurs :

  • augmentation de la productivité (robotisation, automatisation...), particulièrement dans l'industrie qui était traditionnellement le secteur des entreprises gigantesques ;
  • délocalisations d'une part de plus en plus élevée de l'industrie dans des pays où le coût salarial unitaire est plus bas ;
  • externalisation de nombreuses activités vers des sous-traitants (par recherche d'une baisse des coûts fixes et d'une flexibilité plus grande), qui diminue le nombre de salarié·es d'une grande entreprise donnée (sans diminuer en réalité le nombre de travailleurs qui en dépendent).

En revanche il semble que cette tendance se poursuive dans les pays dits émergents, qui sont les pays d'accueil des délocalisations et qui voient également se développer leur capitalisme national à grande vitesse.

Ainsi l'usine de Foxconn à Longhua (Shenzhen), qui fabrique du matériel informatique pour les grandes marques (Apple, Sony, Samsung, Microsoft...) emploie environ 450 000 salariés.

Notes et sources[modifier | modifier le wikicode]

  1. Rapport Cotis sur le partage de la valeur ajoutée, 2009
  2. World Atlas, The Largest Factories in the World, janvier 2019