Marthe Bigot

De Wikirouge
Aller à : navigation, rechercher
MartheBigot-1921.jpg

Marthe Bigot (1878-1962) était une militante communiste et féministe française.

Biographie[modifier | modifier le wikicode]

Jeunesse[modifier | modifier le wikicode]

Marthe Bigot naît, à Montargis dans le Loiret, en 1878. Son père est boulanger à Montargis, puis à Paris.

Admise à l'École normale des Batignolles, elle débute, en 1896, comme institutrice à l'école publique des filles de l'impasse Guéménée à Paris, où elle s'installe rue Rottembourg.

Syndicalisme et féminisme[modifier | modifier le wikicode]

Elle est adhérente à la Fédération de l'Enseignement et au Parti socialiste  (SFIO). En 1912, elle écrit dans la Tribune féministe de l'Ecole émancipée .

Son rôle va s'affirmer durant la Première Guerre mondiale. En 1916, la police la présente comme une des militantes les plus actives du syndicat des membres de l'Enseignement laïque de la Seine. Au congrès fédéral, elle intervient sur la motion Chassagne, qui interdit aux instituteurs syndiqués de participer aux œuvres de guerre. Elle assure, bientôt, le secrétariat provisoire de la section française du Comité international des femmes pour la paix permanente, puis, en 1917, le secrétariat de la Fédération féministe universitaire (FFU) et la direction du groupe du XIIe arrondissement de l'Union française pour le suffrage des femmes. Elle est également gérante de l'Action féministe , journal de la FFU, imprimé à Cahors, dans le Lot, et distribué à Paris.

Militante anti-guerre et communiste[modifier | modifier le wikicode]

Marthe Bigot rejoint le Comité pour la reprise des relations internationales. Dans le Parti socialiste, devenue trésorière de la Fédération de la Seine, elle soutient le courant de la gauche de Zimmerwald. Le congrès fédéral de l'Enseignement, qui se tient à Paris en 1917, la choisit comme porte-parole auprès du groupe parlementaire socialiste. Elle demande que des questions soient posées à la Chambre. En outre, elle collabore à plusieurs journaux : l'Equité , la Paix organisée , le Pays , le Populaire. Le procès d'Hélène Bron, devant le conseil de guerre de Paris, la contraint à assurer des responsabilités de plus en plus importantes.

Devenue militante dans la minorité du Parti du Parti socialiste, elle entre, en 1918, au conseil d'administation de l'Humanité. Deux ans plus tard, elle est élue à la commission exécutive du Comité pour la reconstruction de l'Internationale. Mais, très vite, elle soutient la motion favorable à la IIIe Internationale.

Au congrès de Tours (1920), déléguée de la Seine, elle est élue suppléante au Comité directeur du nouveau Parti communiste. Le gouvernement, prenant prétexte de la signature par tous les dirigeants du PC d'un manifeste protestant contre le rappel de la classe 1919, demande sa révocation du Comité directeur. De plus, elle doit comparaître devant le conseil départemental de la Seine. En 1921, elle est révoquée, ce qui provoque l'émoi de la direction du Syndicat national, organisation concurrente de la Fédération de l'Enseignement. Elle sera réintégrée en 1924, suite à la victoire du Cartel des gauches.

Sur le plan syndical, Marthe Bigot a siégé, de 1918 à 1920, au conseil du syndicat de l'Enseignement de la Seine et participé au congrès syndical de Paris, qui, en 1920, se rallie à l'Internationale syndicale rouge. Cette même année, elle est élue au conseil d'administration de la CGT. En 1922, après sa révocation, elle est secrétaire pédagogique du syndicat de la Seine.

Au congrès de Marseille du PCF (1921), de gauche à droite: Marie Mayoux, Germaine Goujon, Lucie Colliard, Marthe Bigot, Suzanne Girault

Mais, c'est au Parti communiste qu'elle consacre l'essentiel de son temps. Elle se situe dans la gauche du Parti. En 1921, lors du congrès national de Marseille, elle proteste contre la non-réélection de Souvarine au Comité directeur, dont, elle, devient membre titulaire. Elle est désignée secrétaire de la commission centrale du PC pour le travail parmi les femmes et est candidate aux élections municipales dans le quartier des Enfants-Rouges, à Paris. Par ailleurs, elle crée le journal l'Ouvrière. Son appartenance à la Gauche du parti lui fait rencontrer des obstacles au sein du Comité directeur, où elle défend, parfois seule, les positions de son courant. Signataire de la résolution de la Gauche sur la commission des conflits, elle est nommée à la commission chargée de rédiger les textes pour le prochain congrès national. Ce congrès, qui se tient à Paris en 1922, ne la reconduit pas au Comité directeur, ni au secrétariat du Comité féminin. En protestation, elle démissionne de son poste de rédactrice à l'Humanité. Puis, elle part pour Moscou afin d'assister à l'Exécutif élargi de l'Internationale communiste (IC) et représenter la Gauche au IVe congrès de l'IC. Elle retrouve, alors, par la volonté de l'IC, un poste de suppléant au Comité directeur, même si le compte-rendu de l'Humanité ne la mentionne pas. En 1923, au conseil national de Boulogne, elle obtient le rétablissement du secrétariat féminin et le Comité directeur, où finalement elle ne siège pas, la confirme dans ses fonctions et la charge d'un exposé pour le prochain congrès prévu à Lyon en 1924.

Elle écrit, dans l'Ouvrière , qu'elle entend donner au PC une attitude différente à celle des anciens partis socialistes qui "croyaient avoir tout fait, quand une ligne concernant les femmes figurait à leur programme". Elle dénonce par exemple le fardeau des tâches ménagères et prône une nouvelle société « reconstruite en vue d’une organisation socialiste de la tenue de la maison » dans sa brochure La Servitude des femmes, publiée par la librairie de L’Humanité en 1921.

Le congrès ne l'élit pas au Comité directeur et ne la maintient pas au secrétariat du Comité féminin. Pourtant, à nouveau, bientôt, elle est rétablie dans ses fonctions.

Rupture avec le PC[modifier | modifier le wikicode]

Dans la période qui suit, participant à la brochure Le Cours nouveau , elle entre en opposition avec les directions du PC français et de l'IC. Pourtant, le Bureau politique refuse sa démission de permanente du parti. Néanmoins, il qualifie l'Ouvrière de journal "petit-bourgeois"'. Marthe Bigot en vient, alors, à rejeter la politique du PC. En 1925, elle est signataire de la lettre adressée au Comité exécutif de l'IC.

Elle intègre alors le groupe La Révolution prolétarienne dirigé par Pierre Monatte. En 1927-1928, elle siège au comité exécutif du Cercle Marx-Lénine fondé par Souvarine.

Elle s'occupe de la Fédération des enfants ouvriers et paysans et appartient à la tendance Ligue syndicaliste qui mène campagne contre la majorité communiste de la Fédération unitaire de l'enseignement. Au congrès fédéral de 1928, elle est de ceux qui soumettent une motion à propos de la répression touchant des communistes en URSS qui rappelle le "rôle glorieux" de Trotsky dans la lutte pour la Russie révolutionnaire. L'année suivante, elle lui rend visite lors de son exil à Prinkipo. Trotsky et Rosmer la convainquent de rejoindre le comité de rédaction qui lance en 1929 La Vérité. Elle en signe le Manifeste aux ouvriers révolutionnaires.

Elle retourne bientôt à La Révolution prolétarienne et milite pour l’unification syndicale. En 1936, Marthe Bigot est déclarée à la préfecture de police comme trésorière du Bureau de la région parisienne de la Fédération générale des retraités.

Son dernier article connu est Cent ans de féminisme dans la R.P. d’août 1948.

Après la Seconde Guerre mondiale, elle continue de soutenir La Révolution prolétarienne.

Elle meurt en 1962.

Articles[modifier | modifier le wikicode]

Notes et sources[modifier | modifier le wikicode]