La catastrophe imminente et les moyens de la conjurer

De Wikirouge
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La catastrophe imminente et les moyens de la conjurer est une brochure de Lénine publiée entre le 10 et le 14 septembre 1917, soit un mois avant la révolution d'Octobre. Au feu de la révolution bolchevique, Lénine lance un appel à la nationalisation des banques, à l'intervention dans la gestion et le contrôle des travailleurs et à la levée des secrets commerciaux car la faim menace.

Contexte[modifier | modifier le wikicode]

En septembre 1917, la Russie est la proie d'une famine et d'un chômage de masse dû à la désorganisation logistique, l'apathie, la démobilisation, le laissez-faire et la démission des instances politiques. Lénine préconisé une série de mesures contre le sabotage économique de la bourgeoisie pour noyer effervescence révolutionnaire des organisations ouvrières et paysannes révolutionnaires. Les sections qui vont suivre expliquent la nécessité des mesures préconisées par Lénine.

Les propositions de Lénine[modifier | modifier le wikicode]

La nationalisation des banques[modifier | modifier le wikicode]

Pour Lénine, il fallait nationaliser les banques et mettre en commun leur patrimoine pour crée une seule banque d’État. Car tout communiste révolutionnaire sait, que la nationalisation des banques est indispensable pour commander les secteurs de l'économie, que ce soit les transports ou la distribution. Afin d'en contrôler les capitaux sans pour autant exproprier le contenu des livres d'épargne. Pour la fusion de celles-ci dans un seul établissement bancaire, c'est pour faciliter tout contrôle sur les transactions financiers et la répartition des richesses sociales. Enfin, pour Lénine, la nationalisation des banques serait un énorme avantage pour les petits-commerçants, les petits-paysans ou les petits-artisans pour octroyer un crédit alors qu'une banque, et tout le monde le sait, les écrasent avec des taux d'intérêts prohibitifs. Pour résumé, la nationalisation des banques n'est pas seulement un acte vers l'expropriation de la grande bourgeoisie mais tout simplement pour réglementer directement la vie économique.

La nationalisation des syndicats patronaux[modifier | modifier le wikicode]

La raison de cette mesure c'est pour un contrôle direct sur les monopoles de l'énergie, de l'agroalimentaire ou du commerce. Cette mesure aurait le même objectif que la nationalisation des banques, c'est-à-dire la réglementation de la vie économique. L'absence de contrôle provoque un gaspillage du travail humain, une production austère et un enrichissement continu des familles capitalistes. Pour Lénine, en ce temps de crise, il faut économiser le travail humain et augmenter la production d'énergie ou de denrées alimentaires. 

La suppression du secret commercial[modifier | modifier le wikicode]

Le secret commercial est un dispositif législatif qui, dans le discours dominant, est sensé protéger les entreprises de la concurrence alors qu'en réalité, il sert à dissimuler les documents de production aux yeux des travailleurs et de la population. Pour Lénine, il convient de tout simplement le supprimé ! Afin de soumettre les grandes entreprises à la publication des livres de comptes aux yeux des organisations ouvrières et paysannes et de les rendre totalement transparante ! Dans ce contexte, Lénine fait valoir que la suppression de ce dispositif permettrait de dévoiler la gabegie du Trésor public quand les grandes entreprises industrielles et commerciales travaillent pour l’État, donc pour la guerre impérialiste.

La cartellisation forcée des entreprises[modifier | modifier le wikicode]

Une cartellisation est une mesure anticoncurrentielle afin de mettre fin à la concurrence entre industriels ou commerçants en les réunissant dans des cartels, c'est-à-dire en les regroupant horizontalement et contrôler étroitement un marché. Ici, d'une part, pour stimuler le développement du capitalisme (dans un pays semi-féodale rappelons-le) et d'autre part, pour faciliter son contrôle.

Le regroupement de la population en coopératives de consommation[modifier | modifier le wikicode]

Une coopérative de consommation est un regroupement mutualiste de consommateurs pour réaliser l'achat et la répartition des denrées et aussi l'écoulement des produits. Dans un contexte de crise, la carte de rationnement s'est imposée ! Pour Lénine, il faut réglementer intégralement la consommation afin d'assurer la subsistance de la population, d'assurer le service de travail pour les riches et le partage égal parmi la population de la totalité effective des produits de consommation ainsi que l'organisation du contrôle de façon que les classes pauvres de la population contrôlent la consommation des riches.

Introduction de Barta pour la republication de la brochure par l'Union Communiste[modifier | modifier le wikicode]

L'Union Communiste (Lutte Ouvrière aujourd'hui) republie La catastrophe imminente et les moyens de la conjurer en Octobre 1945 soit au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale où l'économie a été dévaste et qu'une bureaucratie parasitaire s'est mise en place, le contexte est sans rappeler semblable à celui où Lénine écrivit sa brochure (carte de rationnement, etc...). Barta écrit : « La brochure de Lénine non seulement met à nu le mécanisme gouvernemental et économique de tout pays dominé par le capital financier – c'est-à-dire comme la France par les banques et la grande industrie coalisées – mais enseigne aux masses travailleuses comment, par l'action directe, se saisir des leviers de commande qui, quoique décidant à chaque instant du sort de dizaines de millions d'hommes, sont actuellement aux mains de 200 familles capitalistes ». Barta proposait également à cette époque contre la gestion arbritaire du patronat au lendemain de la guerre : l'échelle mobile des salaires, l'échelle mobile du temps de travail, le contrôle ouvrier sur la production et la nationalisation sans indemnité, ni rachat des monopoles et des grandes banques.

Encore aujourd'hui, la brochure de Lénine est d'une brûlante actualité quand l'Etat injecte des fonds publics dans la production capitaliste sans contrôle des gestions, accentuant davantage la crise.

Notes et références[modifier | modifier le wikicode]