Taux de plus-value

De Wikirouge
Aller à : navigation, rechercher
Capital-VS-travail.jpg
Le taux de plus-value, ou taux d'exploitation est une grandeur utilisée dans l'économie marxiste pour "quantifier" (de façon simplifiée) l'exploitation du travail par le patronat. Elle est quasi-exclusivement utilisée comme outil conceptuel pour comprendre le capitalisme.

Définition[modifier]

Elle s'exprime comme le rapport de la plus-value tirée du travail exploité, et du capital variable (le salaire)[1].

Prenons l'exemple d'un ouvrier dont la valeur v de la force de travail est de 4 heures, qui travaille 8 heures. Il incorpore ces 8 h de travail dans les marchandises qu'il produit, tout en n'en coûtant que 4 à son patron. Son taux d'exploitation est donc :

                      (8-4)/8 = 1/2 = 50%

Evolution[modifier]

Depuis le début des années 1980, la tendance est à la hausse du taux d'exploitation dans la majorité des pays (aussi bien impérialistes que dominés)[2]. Les États-Unis et le Royaume-Uni font apparemment exception à cette tendance ; mais en réalité, la tendance est comparable à celle de l'Union Européenne si on défalque les très hauts salaires[3].

Fichier:TauxProfit-TauxPlusValue-CompositionCapital-Roelandts.jpg

Source : BEA & BLS[4]

Notes et sources[modifier]

  1. Cf. Karl Marx, Le Capital, Livre I, ch. 9 : "Le taux de la plus-value".
  2. Cette tendance est analysée par Michel Husson dans un article paru dans Imprecor n°534-535, janvier-février 2008 : [www.hussonet.free.fr/parvainp.pdf]
  3. Aux États-Unis, selon Ian Dew-Becker et Robert Gordon (cités par Michel Husson), les salaires des 1% de salariés les mieux payés représentent 8% du PIB.
  4. Vu sur capitalisme-et-crise.info.