Conférence de Stockholm (1917)

De Wikirouge
Aller à : navigation, rechercher

La troisième conférence de Zimmerwald ou la conférence de Stockholm de 1917 est la troisième et dernière conférence socialiste contre la première guerre mondiale, elle fait suite à la première conférence de Zimmerwald (1915) et à la conférence de Kiental (1916).

Après de nombreux reports et retardements la conférence s'est finalement tenue à Stockholm entre le 5 et le 12 septembre 1917[1].

Participants[modifier]

Les délégués suivants ont assisté à la conférence[2].

Pays neutres

République russe

Les pays de l'Entente

  • Le parti social-démocrate Roumain - Alexandru "Alecu" Constantinescuet Ion Costache Frimu.
  • La Ligue pour la propagande Socialiste Américaine - Ahsis.
  • Association internationale de la fraternité (International Brotherhood Welfare Association) - J. Eads How.

Les Empires centraux

  • Le parti social-démocrate indépendant d'Allemagne - Hugo Haase, Georg Ledebour, Arthur Stadthagen, Kathe Duncker, Adolf Hofer et Robert Wengel.
  • Des personnalités de l'opposition au sein du parti social-démocrate indépendant de l'Autriche Allemande - Therese Schlesinger et Elisabeth Luzzatto.
  • L'opposition au sein du parti social démocrate de Bulgarie (Opposition within the Bulgarian Social Democratic Workers Party Broad Socialists)- Kharlakov [5].

Autres

La Commission de l'Internationale Socialiste est constituée d'Angelica Balabanova, Ture Nerman, Carl Hoglund et Carl Carlson. Lindhagen est nommé président du présidium de la Conférence et Balabanova sa secrétaire[8].

Débats sur la participation[modifier]

Dès les Thèses d'avril, Lénine défendait le changement de nom du parti, de social-démocrate en parti communiste, pour marquer la rupture nette avec l'Internationale réformiste.

Or le parti bolchévik, qui acceptait difficilement les thèses de Lénine sur pouvoir des soviets, acceptait encore moins le changement de nom, qui n'eut lieu qu'en 1918. Beaucoup de militants restaient très attachés au lien avec des secteurs centristes de l'Internationale. Ainsi Kamenev défend la participation à la conférence de Stockholm, qui se veut une conférence pacifiste dans la lignée des conférences de Zimmerwald et Kienthal. Mais Lénine considérait que la décantation des différentes lignes avait déjà eu lieu, et que ces conférences étaient maintenant dominées par le pacifisme centriste, et que la gauche révolutionnaire n'avait rien à faire avec eux.

Lénine écrivait le 16 août :

« Le discours de Kamenev au Conseil Cen­tral Exécutif le 6 août, au sujet de la conférence de Stockholm ne peut pas ne pas être réprouvé par les bolcheviks fidèles à leur Parti et à leurs principes. »[9]

Plus loin, au sujet d'une phrase dans laquelle on disait que le drapeau révolutionnaire commen­çait à flotter sur Stockholm, Lénine écrivait :

« C'est une déclaration creuse dans l'esprit de Tchernov et de Tsérételli. C'est un mensonge révoltant. Ce n'est pas le drapeau révolutionnaire, mais le drapeau des transactions, des accords, de l'amnistie des social-impérialistes, des négociations des banquiers pour le par­tage des territoires annexés qui commence à flotter sur Stoc­kholm. »

Notes et références[modifier]

  1. (en) Olga Hess Gankin,Harold Henry Fisher, The Bolsheviks and the First World War: the origins of the Third International, San Francisco, Stanford University Press, (lire en ligne), pp.663-664
  2. (en) Olga Hess Gankin,Harold Henry Fisher, The Bolsheviks and the First World War: the origins of the Third International, San Francisco, Stanford University Press, (lire en ligne), pp.674-675
  3. (en) Olga Hess Gankin,Harold Henry Fisher, The Bolsheviks and the First World War: the origins of the Third International, San Francisco, Stanford University Press, (lire en ligne), p.675. Cette organisation est mentionné dans le rapport du Nachrichtendiest, mais un délégué n'apparaît pas dans la liste des délégués Balabanova
  4. (en) Olga Hess Gankin,Harold Henry Fisher, The Bolsheviks and the First World War: the origins of the Third International, San Francisco, Stanford University Press, (lire en ligne), p.675 Makadziub a assisté à l'une des réunions et des discussions de la Conférence, mais était absent lors de la rédaction de la résolution et a refusé de signer en raison de désaccords avec cette dernière
  5. (en) Olga Hess Gankin,Harold Henry Fisher, The Bolsheviks and the First World War: the origins of the Third International, San Francisco, Stanford University Press, (lire en ligne), p.675 Les quatre délégués bulgares soit arrivés trop tard ou sont partis avant l'ouverture de la conférence, mais étaient censés avoir « être entièrement d'accord avec les résolutions » de la Conférence. Kharlakov est arrivé à la fin de la conférence étant retardé par « quelques difficultés pendant le voyage »
  6. (en) Olga Hess Gankin,Harold Henry Fisher, The Bolsheviks and the First World War: the origins of the Third International, San Francisco, Stanford University Press, (lire en ligne), p.675 a du partir avant le début de la conférence
  7. (en) Olga Hess Gankin,Harold Henry Fisher, The Bolsheviks and the First World War: the origins of the Third International, San Francisco, Stanford University Press, (lire en ligne), p.675 est arrivé à la fin de la conférence étant retardé par «quelques difficultés pendant le voyage
  8. (en) Olga Hess Gankin,Harold Henry Fisher, The Bolsheviks and the First World War: the origins of the Third International, San Francisco, Stanford University Press, (lire en ligne), p.675
  9. Trotsky, Les leçons d'Octobre, 1924