Société de classe

De Wikirouge
Aller à : navigation, rechercher
PyramidCapitalism.jpg
L'analyse matérialiste de l'histoire met en lumière la distinction entre les sociétés de classes, et les sociétés sans classes.

Une société sans classes est une société sans classes sociales, c'est-à-dire :

  • sans rapports de production engendrant des différenciations de classes ;
  • sans inégalités sociales entre ses individus (par inégalités sociales, on entend les grandes différences de revenus ou de conditions de vie).

Une telle société fonctionnerait nécessairement sur un mode de production communiste, où tous les moyens de productions seraient mis à disposition de la communauté. Pour nous communistes révolutionnaires, cette société n'a rien d'utopique car elle s'appuie sur les contradictions du capitalisme et le mouvement - réel - des travailleurs.

Des précédents dans l'histoire

Communisme premier

Contrairement à ce que l'on entend dans certains discours, la société humaine n'a pas toujours été divisée en classes, cette division n'a donc rien de naturelle ni même de justifiable. En fait, l'apparition des sociétés de classe et ce qui en découle est assez récente.

Les communautés d'antan, antérieures à la découverte et au développement de l'agriculture, ne disposaient pas de surplus sociaux qui auraient pu être accaparés par quelques uns. Les individus vivaient en petits groupes ou clans où tous les membres participaient à la communauté, et les ressources étaient globalement partagées. Marx et Engels puis les marxistes employaient le terme de communisme primitif, ou premier.[1]

Il serait réducteur toutefois d'associer le communisme "moderne" au communisme primitif. Au contraire, la société communiste sans classes de demain suppose un accroissement des forces productives à l'échelle du monde entier (ce qu'a permis, en partie, le capitalisme), dans le cadre des nécessités écologiques.

Apparition des sociétés de classes

Les sociétés de classes sont apparues avec le développement de l'agriculture, il y a huit millénaires d'aujourd'hui. Elles prirent des formes différentes en fonction des époques et des modes de production associés, mais la classe dominante de nos jours est la bourgeoisie.

Le communisme

Fin des classes sociales

Pour Marx, la dictature du prolétariat ne peut être que le prélude à l'abolition des classes. Les inégalités sociales se rétréciront progressivement et à terme, les classes sociales disparaîtront. La société fonctionnera enfin selon l'adage de Louis Blanc : « De chacun selon ses capacités, à chacun selon ses besoins. »

Différence entre égalitarisme et équité.

Millénarisme ?

Certains raillent la perspective donnée par le matérialisme historique d'une société sans classes, y voyant une simple influence de la promesse chrétienne d'un paradis. Toutefois, qu'ils soient conservateurs ou réformistes de gauche, ils n'expliquent pas concrètement en quoi ce ne serait pas crédible, étant données les contradictions du capitalisme et le niveau actuel de la socialisation de la production. Et la nouveauté historique majeure, c'est que la seule classe susceptible de prendre le pouvoir, la classe ouvrière, ne peut pas devenir une classe dominante dans le cadre du système actuel. Et si elle abolit le capitalisme, c'est-à-dire rend la propriété des moyens de production sociale, elle abolit par là même les classes. Ce ne serait pas la "fin de l'histoire", comme ironisent certains, mais la fin d'un type d'histoire assez archaïque, caractérisé par la domination d'hommes sur d'autres hommes.

Notes et sources