Révolution néolithique en Mésopotamie

De Wikirouge
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La révolution néolithique qui a eu lieu en Mésopotamie vers -7000 -9000 ans est un bouleversement majeur qui a transformé notamment le Moyen-Orient et l'Europe. D'abord une révolution agricole, elle a rapidement conduit à la première révolution sociale qui a inauguré la société de classes.

Une agriculture prospère[modifier | modifier le wikicode]

Parmi les facteurs objectifs directs, il faut d'abord citer un climat propice et une région fertile, située entre le Tibre et l'Euphrate. En revanche les causes subjectives de l'adoption de l'agriculture et de l'élevage sédentaires par les peuples originels de chasseurs-cueilleurs sont encore sujettes à débat.

Toujours est-il que l'agriculture a été alors utilisée avec succès par les sociétés humaines locales, leur conférant un rayonnement d'envergure.

Vers -3700 ans la Mésopotamie connut un fort afflux de populations migrantes et sa population s'accru beaucoup, créant les premières réelles concentrations humaines.

Division du travail[modifier | modifier le wikicode]

Dans ce contexte où la productivité de l'agriculture permettait qu'une partie de la population soit libérée de tâches agricoles, une division du travail plus poussée a vu le jour. L'artisanat a pu gagner en importance, le commerce entre villes s'est renforcé, des individus recevaient la "fonction" de prêtre à part entière... Les progrès techniques étaient alors rapides : invention de la roue, d'outils agricoles...

Mais durant encore un certain temps, on ne peut parler de classes sociales, et ces sociétés n'étaient pas traversées de couches sociales aux intérêts divergents.

Pénurie et accaparation[modifier | modifier le wikicode]

Vers -2900, un changement climatique assez marqué s'amorça. L'assèchement de la Mésopotamie mit fin à l'abondance aisée des premiers temps. Un certain nombre de groupements émigrèrent (contribuant à répandre les techniques d'élevage et d'agriculture), tandis que dans les villes importantes (jusqu'à 150 000 habitants), un changement social profond eut lieu.

Afin de pallier au risque de pénurie, des mesures dirigistes furent entreprises. En particulier, la majeure partie de la population fut entraînée dans une politique de grands travaux (irrigation...). Ceux qui furent à la tête de ce mouvement furent des prêtres, qui s'accaparèrent le surproduit social, grâce à des hommes en armes et grâce à la religion qui justifiait des offrandes aux dieux... Les fonctions modernes de l'État et de l'idéologie se mettaient en place.

Des Cités-États rivales[modifier | modifier le wikicode]

Ce sont alors les premières Cités-États qui se forment et les classes dominantes à leur tête luttent pour s'assurer une plus grande influence sur des territoires agricoles.

3 types de champs : seigneurial, affermé, de subsistance

Viennent alors différentes phases d'expansions impérialistes : akkadienne, babylonienne, summerienne...

Le mode de production issu de cette première révolution sociale est assimilable à un féodalisme.

Notes et sources[modifier | modifier le wikicode]