Agis Stinas

De Wikirouge
Aller à : navigation, rechercher
Agis-Stinas.jpg

Agis Stinas (1900-1987) était un révolutionnaire grec, communiste puis anarchiste.

Biographie[modifier | modifier le wikicode]

Socialiste[modifier | modifier le wikicode]

Agis Stinas, de son vrai nom Spyros Priftis, est né dans l’île de Corfou en 1900, au sein d'une famille de marchands d'huile d'olive. Il s'intéresse aux idées révolutionnaires suite à la révolution d'Octobre 1917. Il a été encouragé par le médecin local, qui avait connu Lénine en Suisse, et qui lui a conseillé comme introduction au socialisme de lire la Logique de Hegel et le Faust de Goethe, ce qu'il fit.

Communiste[modifier | modifier le wikicode]

Stinas fut membre fondateur du Parti socialiste ouvrier grec (SEKE) qui devient le PC grec en 1924, et a rapidement joué un rôle de premier plan dans l'organisation des travailleurs et dans l'impression et la diffusion de bulletins clandestins. Initialement hostile aux idées de l'opposition de gauche trotskyste, il a finalement été convaincu par les conséquences pathétiques de la "troisième période" stalinienne, mises en pratique en Grèce au début des années 1930.

Trotskiste[modifier | modifier le wikicode]

Avec Poliopoulos, il devient l'un des leaders du mouvement trotskyste grec, et a été spécialement mentionné dans la résolution Un hommage à nos martyrs vivants et à nos morts héroïques, adoptée lors de la Conférence de Fondation de 1938 de la Quatrième Internationale.

Coupé de tout contact international pendant la Seconde guerre mondiale, il s’oppose avec son groupe (l’Union Communiste Internationaliste, KDE)à la défense de l’URSS (tout en continuant à penser qu'il s'agit d'un État ouvrier dégénéré) et soutient qu'il n'y jamais rien de progressiste dans quelque lutte nationale que ce soit. Pour cette raison, il est resté en dehors du mouvement de libération nationale de masse EAM / ELAS, dominé par les staliniens.

Anarchiste[modifier | modifier le wikicode]

La KDE participe en juillet 1946 à la réunification du mouvement trotskyste grec mais s’en sépare dès le printemps 1947. Stinas devient alors un anti-trotskiste et anti-léniniste endurci, et devient le principal représentant en Grèce du courant « Socialisme ou barbarie » de son ami Castoriadis au sein d’un groupe appelé «Ergatiko Metopo» (« Front des travailleurs »). En 1974-1977 Stinas participe à la revue anarchisante « Sosialismos I Varvarotita » (« Socialisme ou Barbarie »).

A la fin de sa vie, Stinas n'eut plus de véritable activité politique orga­nisée. Il meurt en 1987.

Notes et sources[modifier | modifier le wikicode]

Ses Mémoires, 60 ans sous le drapeau de la Révolution sociale, ont été publiées en 1977 à Athènes, rééditées en France en 1990 par La Brèche.