Abstraction

De Wikirouge
Aller à : navigation, rechercher

En science, l'abstraction n'est pas l'opposition entre l'abstrait et le concret. Abstrait et concret sont dialectiquement liés. L'abstraction permet de s'éloigner de la réalité concrète, réduite à nos sens (empirisme, observation), afin de définir les phénomènes globaux constituant ainsi un cadre théorique. L'abstraction peut se définir comme un processus mental de décomposition/classification mais de telle manière que chaque partie du tout (notion de base ou cellule) soit significative et représentative du tout (unité ou sphère). L'abstraction est une méthode du passage de l'abstrait au concret. Ou pour citer dire autrement, selon Paul Langevin, « le concret est l'abstrait rendu familier par l'usage. »[1]

Pratiques scientifiques

Ce processus mental est utilisé par les scientifiques de la lignée scientifique d'Hegel dont Marx.

Dans le livre d'Angel Rivière, la psychologie de Vygotsky (édition La Dispute) à la page 7 :

« [...] sur le plan méthodologie, il convient d'élaborer un type d'analyse en unités non décomposables, c'est-à-dire qui intègre les différents aspects significatifs de la conduite humaine. A ce propos, Vygotsky indique :  "Par unité de base nous entendons des produits de l'analyse tels qu'à la différence des éléments ils possèdent toutes les propriétés fondamentales du tout et sont des parties vivantes de cette unité qui ne sont plus décomposables [...] »(Vygotsky, 1985, p. 36)

Or, chez Alexandre Zinoviev, on retrouve également la même chose avec unité de base = cellule et tout = sphère.

Ainsi, en géologie, dans l'étude de lames minces (partie d'un tout ou cellule) issues d'un même bassin (le tout ou sphère), si on rate en effet un seul minuscule grain de quartz anguleux présent seulement dans une unique lame mince parmi moult autres lames sans de grain quartz anguleux, la détermination de la nature du bassin et de son histoire va être fausse. On en générera de fausse généralité.

Ce minuscule et unique grain de quartz d'une unique lame mince détruit toute l'histoire des milliers d'autres lames minces (micro et millimétrique) du même bassin (kilométrique). Dans la langue populaire, on parle souvent de jeter son grain de sable afin de détruire des généralités hâtives, spéculatives et idéologiques. Ce qui met en avant les erreurs d'une vérité considérée comme absolue. Ainsi, mettre en avant les erreurs est plus efficace que d'apporter une autre vérité ; ce qui fait que la vérité est l'erreur.

Par ailleurs, l'observation stricte de millier de lames minces, comme le font souvent les gens sur leur quotidien et de nombreux historiens, ne suffit pas. Généralement, on fait le tri et on nie ce qui est dérangeant pour nos vérités absolues ou nos généralités. On en oubli que les faits bien que réels ne font pas des faits scientifiques (c'est le premier principe d'épistémologie).

Ainsi, pour comprendre les choses et surtout ne pas faire d'erreur ("le succès"[2]), il faut aller voir le bassin en son entier, puis revenir aux lames minces et vis-versa. Abstraire ou Classifier de telle façon que l'histoire du bassin observée dans les lames minces soit significative et représentative de l'histoire du Bassin global.

Les cellules (après abstraction/classification) doivent être significatives et représentatives de la sphère et vice versa.

Alexandre Zinoviev appelle cela "méthode du passage de l'abstrait au concret" d'après sa thèse en 1954 sur la "logique complexe" du Capital de Marx. Il l'utilise sur sa société (URSS) caractérisée par une sphère communautaire. Marx l'a utilisé sur sa société caractérisée par ses aspects professionnels. Mais, cette sphère professionnelle est encore aliénée au privé (sphère communautaire mère) de la propriété des moyens de productions et de services (sphère professionnelle fille).

Pour construire leurs théories sociologiques liées dialectiquement, ils partent tous deux des petits riens de la vie quotidienne et non pas des phénomènes spectaculaires que l'on généralise hâtivement et qui conduisent à des conclusions absurdes reprises le plus souvent idéologiquement.

On retrouve entre autre le même processus d'abstraction chez Darwin, Wegener et Stephen Jay Gould.

Bibliographie de référence

Notes et références

  1. P. Langevin, La Notion de Corpuscules et d'Atomes, Hermann, Paris, 1934, p.44-46.
  2. selon la définition des études d'Yves Richez sur l'actualisation et l'émergence des talents