Soulèvement communiste de 1935 au Brésil

De Wikirouge
Aller à : navigation, rechercher

L'Intentona Comunista (en français, le Soulèvement communiste) est le nom par lequel est connue la mutinerie militaire communiste de 1935, au Brésil contre le gouvernement de Getúlio Vargas. C'était la dernière d'une série de révoltes militaires brésiliennes qui ont commencé en 1922 avec la révoltes des lieutenants. Ce mouvement prépara le chemin à l'instauration par Getúlio Vargas de l'Estado Novo en 1937.

Histoire[modifier | modifier le wikicode]

En 1932, l'Action intégraliste brésilienne (un parti clérico-fasciste) est créée. Plus tard, en mars 1935, une organisation appelée Alliance de libération nationale (en Portugais : Aliança National Libertadora - ANL) est créé, inspirée des fronts populaires qui ont émergé en Europe. Il a plaidé pour des mesures nationalistes mais aussi pour une réforme agraire. Dirigé par des nationalistes et des partis de gauche, il a réussi à devenir rapidement devenu un mouvement de masse. De nombreux militaires, catholiques, socialistes et libéraux, la plupart désilligés par la direction du processus politique commencée en 1930, lorsque Getúlio Vargas a assumé la présidence de la République, a rejoint le mouvement. Luís Carlos Prestes a été choisi comme président d'honneur en raison de son prestige, dans la gauche en général, en particulier avec les communistes (dont il est issu) et certains militaires.

Alors que le Parti communiste brésilien, alors stalinien, a été déclaré illégal en 1927, il est constitue rapidement la première force de gauche au Brésil. En juillet 1935, quelques mois seulement après sa création, l'ANL a été déclarée illégale par Getúlio Vargas mais il a continué à organiser des rassemblements et des manifestations contre le gouvernement. En août, l'organisation a intensifié les préparatifs d'un soulèvement armé visant à renverser Vargas du pouvoir. Le plan était de lancer des soulèvements militaires dans plusieurs régions avec le soutien de la classe ouvrière, ce qui déclencherait des grèves à travers le pays.

Le premier soulèvement militaire a éclaté le 23 novembre 1935 à Natal. Le lendemain, un autre soulèvement militaire a eu lieu à Recife. Le 27, une révolte éclate à Rio de Janeiro, capitale du pays. Mais le soutien de la classe ouvrière est restreinte aux trois villes, la rébellion a été rapidement et violemment rejetée. Dès lors, une forte répression a frappé non seulement les communistes, mais aussi tous les opposants au gouvernement. Des milliers de personnes ont été arrêtées dans tout le pays, y compris les membres du corps législatif brésilien et même le maire de Rio de Janeiro, Pedro Ernesto Batista.

Malgré son échec, cette révolte communiste avait donné de solides antécédents pour donner plus de pouvoir à Getúlio Vargas. Après novembre 1935, le Congrès brésilien a approuvé une série de lois qui ont limité son propre pouvoir, tandis que le pouvoir exécutif a acquis des pouvoirs de répression presque illimités. Ce processus a abouti au coup d'État du 10 novembre 1937 où la dictature de Vargas s'installe et qui a duré jusqu'en 1945.

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

  • Rubem Santos Leão Aquino et autres, Sociedade brasileira - Uma História através dos movimentos sociais - Da crise do escravismo ao apogeu do neoliberalismo, Record, 1999, Rio de Janeiro.