Izvestia

De Wikirouge
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
La Une des Izvestia du 26 octobre 1917, avec le décret sur la paix

Izvestia (en russe Известия, en français « Les Nouvelles ») est l'un des grands journaux russes. Il est issu du journal publié par le Soviet de Saint-Petersbourg (Petrograd).

Historique[modifier | modifier le wikicode]

Organe soviétique[modifier | modifier le wikicode]

Au cours de la révolution russe de 1905, une première version des Izvestia est publié par le soviet de Saint-Pétersbourg. Le Soviet est alors dirigé par Trotsky.

Le journal paraît à nouveau après la révolution de février 1917, à partir du 13 mars 1917 (a.s). Il est d'abord l'organe du Comité exécutif du Soviet de Petrograd. (Saint-Petersbourg a été renommée en Petrograd en 1914, par germanophobie).

Le 14 mars, la Commission de propagande du Soviet lança un appel dans les Izvestia, en direction des ouvriers des tramways et de l'industrie des transports. « N'attendez pas lundi pour reprendre le travail, » implorait le Soviet, tout en promettant d'intervenir sir les dirigeants des entreprises ne faisaient pas de concessions.[1]

Pendant cette période le journal est sous le contrôle des mencheviks et des socialistes-révolutionnaires, conciliateurs envers le gouvernement bourgeois. Le journal est de plus en plus hostile envers le parti bolchevik qui adopte une ligne clairement révolutionnaire.

En juin 1917 a lieu le premier Congrès des Soviets d'ouvriers et de soldats de toute la Russie. Il élit un Comité Exécutif Central (VTsIK), et les Izvestia en deviennent l'organe central. A partir du 1er août 1917 (n° 132) le journal est publié sous le nom des Izvestia du Comité exécutif central et du Soviet de Pétrograd des ouvriers et des soldats. (Izvestiya Tsentral'nogo Ispolnitel'nogo Komiteta Sovetov rabotchikh i soldatskikh deputatov, souvent abrégé en « Izvestia TsIK »).

Le 27 octobre 1917, le IIe Congrès panrusse des Soviets donne la majorité aux bolchéviks, donc également la majorité au VTsIK et le contrôle des Izvestia. Le gouvernement provisoire étant renversé par le pouvoir des soviets, les Izvestia deviennent l'organe officiel du gouvernement, le Soviet des Commissaires du Peuple (Sovnarkom).

A partir du transfert à Moscou du VTsIK et du Sovnarkom en 1918, le journal a été publié à Moscou.

Au cours de la révolte de Kronstadt (mars 1921), les insurgés firent paraître un quotidien du même nom, à la ligne politique opposée au gouvernement bolchevique.[2]

Organe stalinien[modifier | modifier le wikicode]

Un archipel en mer de Kara découvert en 1932 fut nommé Izvestia TsIK[3].

Izvestia reçoit l'Ordre du Drapeau rouge du Travail en 1946, l'Ordre de Lénine en 1967, et l'Ordre de la Révolution d'Octobre en 1977.

À partir de 1987, la ligne éditoriale des Izvestia s'aligne sur la perestroïka de Mikhaïl Gorbatchev.

Organe poutinien[modifier | modifier le wikicode]

En 1997, le journal subit une crise financière et voit une partie de ses journalistes créer un nouveau quotidien : Novye Izvestia. Il se rétablit malgré tout et reste un grand journal de référence en Russie.

À la suite de la prise d'otages de Beslan de 2004, le rédacteur en chef du journal fut destitué par les autorités[4].

Notes et références[modifier | modifier le wikicode]

Site officiel du journal actuel : http://www.izvestia.ru

  1. Tony Cliff, Lénine, Volume 2 : Tout le pouvoir aux soviets, ch. 12, 1976
  2. Tous les numéros des Kronstadt Izvestia sur Marxists.org
  3. https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%8Eles_Izvesti_TSIK
  4. La documentation photographique, n° 8045, « La Russie entre deux mondes », p. 7.