Crise de 1816-1817

De Wikirouge
Aller à : navigation, rechercher

La crise de 1816-1817 fut une crise qui annonçait par certains aspects les crises modernes, propres au capitalisme.

Déroulement[modifier]

En guerre depuis 1793 avec la France, la Grande-Bretagne avait gonflé ses dépenses publiques et militaires, émis beaucoup de monnaie, favorisé son agriculture dont les prix des denrées s’étaient élevés. Avec Waterloo, une fièvre spéculative se déclare. Les industriels anglais pensent pouvoir inonder en produits textiles et mécaniques une Europe qui leur avait été largement fermée par le Blocus continental. Mais l’Europe, appauvrie, mieux dominée par les produits français et belges, n’absorbe pas la quantité de produits espérée. D’où engorgement de stocks. La reprise du commerce international permet l’entrée de produits alimentaires importés : les prix agricoles anglais s’effondrent. L’affolement, l’inflation, la spéculation créent une crise monétaire, avec de nombreuses faillites de banques.

Tous les secteurs de l’économie sont désormais atteints, alors qu’une mauvaise récolte en 1817 accentue la misère et la lutte de classe. On appellera l'année 1916 « l'année sans été », car un l'été a été littéralement remplacé par un hiver volcanique.

Les Etats-Unis, surpris par le retour du commerce anglais vers le continent européen, voient leurs exportations diminuer. La France connaît une grave crise agricole qu’elle ne peut pas compenser par des ventes industrielles face à une concurrence anglaise acharnée.

Puis, la stagnation industrielle et commerciale permet d’éponger les surplus et l’économie redémarre vers 1818, sans grands soubresauts.

Commentaires[modifier]

Par la généralisation du blocage à tous les secteurs, et son début d'extension mondiale, cette crise est moderne dans une large mesure.

Ricardo, qui en fut le témoin, nomma cette crise une « crise de reconversion ». Suite au redémarrage rapide de l'économie, Ricardo concluait qu’une crise de surproduction prolongée était impossible, que l’équilibre se rétablirait toujours naturellement.

Notes et sources[modifier]