Lettre à Albert Goldman, 9 août 1940

De Marxists-fr
Aller à la navigation Aller à la recherche
Auteur·e(s) Léon Trotski
Écriture 9 août 1940

MIA-bannière.gif

Source : numéro 31 de Quatrième Internationale, août-septembre 1946.


A propos d'un philistin

9 août 1940.

Cher ami,

Je ne sais si vous avez vu l'article de Dwight Mac Donald dans le numéro d'avril de sa Partisan Review.

Ce personnage était un disciple du snob intellectuel Burnham. Après la désertion de Burnham, Dwight Mac Donald resta le seul représentant de la « Science » dans le parti de Shachtman.

Sur la question du fascisme, Mac Donald nous sert une pauvre compilation de plagiats tirés de notre arsenal théorique qu'il présente comme ses propres découvertes et auxquelles il oppose quelques banalités qu'il présente comme nos propres idées. Le tout sans la moindre perspective, sans relation et sans la plus élémentaire honnêteté intellectuelle.

Cependant, cela n'est pas le pire. L'orphelin de Burnham proclame : « Nous devons examiner, d'un œil froid et sceptique, les bases les plus fondamentales du marxisme » (page 250). Et que fait le pauvre « Workers Party » durant cette période d'examen ? Que doit faire le prolétariat ? Ils doivent, bien entendu, attendre les résultats de l'étude de Dwight Macdonald. Le résultat sera probablement la désertion de Mac Donald lui-même vers le camp de Burnham.

Les quatre dernières lignes de l'article ne peuvent être autre chose que la préparation à la désertion personnelle. « C'est seulement si nous affrontons les terribles années agitées qui viennent à la fois avec scepticisme et foi — scepticisme envers toutes les théories, gouvernements et systèmes sociaux ; foi dans la lutte révolutionnaire des masses — alors seulement que nous pourrons nous justifier en tant qu'intellectuels. »

L'activité révolutionnaire basée sur un scepticisme théorique est la plus dangereuse des contradictions. « La foi dans la lutte révolutionnaire des masses » est impossible sans la compréhension théorique des lois de cette lutte révolutionnaire. La foi révolutionnaire n'est possible que si l'on acquiert l'assurance que cette foi est raisonnable et justifiée ; qu'elle correspond à ses buts. Une telle assurance peut seulement être créée par un examen théorique approfondi de la lutte des classes. « Le scepticisme envers toutes les théories » n'est rien d'autre que la préparation à la désertion personnelle.

Shachtman reste muet ; en tant que « Secrétaire Général » il est trop occupé pour défendre les « bases les plus fondamentales du marxisme » contre les philistins et snobs petits bourgeois...

Fraternellement,

L. Trotsky