Nervis du patronat

De Wikirouge
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Tract intersyndical contre les nervis du SNPMI

Un nervi est un homme de main qui agit au nom d'un donneur d'ordre pour menacer, brutaliser ou tuer.

Dans l'histoire du mouvement ouvrier, il était arrivé fréquemment que des travailleur·ses, en particulier des syndicalistes et des grévistes, soient attaqués par des nervis du patronat. Ceux-ci, souvent d'extrême droite, sont parfois regroupés dans des « syndicats » jaunes, ou « syndicat maison ».

1 Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Mot marseillais signifiant « voyou »[1]. Les nervis tirent leur nom du nerf de bœuf, dont ils se servaient pour menacer les passants et leur soutirer leur portefeuille dans les années 1840[2].

À l'origine, ils sont de simples voyous tapageurs. Puis ils multiplient les faits criminels jusqu'à devenir des figures incontournables du crime à Marseille au début du 20e siècle.

Aujourd'hui l'expression est utilisée pour désigner un homme de main, qui au nom de son donneur d'ordre, menace ou brutalise. Il effectue les basses besognes selon les ordres de son chef[3].

2 Historique[modifier | modifier le wikicode]

🚧 Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue !

Le 25 février 1972, l'ouvrier Pierre Overney est tué par un vigile de la régie Renault de Billancourt.

Dans la nuit du 4 au 5 juin 1977, l'ouvrier verrier Pierre Maître (CGT) était assassiné à Reims par des nervis des membres de l'encadrement de Citroën et de la Confédération française du travail, syndicat jaune.[4]

Le Syndicat national du patronat moderne indépendant (SNPMI), anciennement syndicat national des petites et moyennes industries, fut un outil des patrons les plus réactionnaires (pétainistes, anciens de l'OAS...) au début des années 1980. A Cluses (Haute-Savoie), la section locale du SNPMI était particulièrement extrême. Voulant instiller une terreur chez les ouvriers passait, elle passait en 4×4 dans les rues de Cluses avec des fusils de chasse.

A l’automne 1980, suite à un mouvement de grève chez EDF au cours duquel les grévistes avaient coupé le courant à certaines usines, une soixantaine de patrons de la SNPMI attaque les bureaux de l’EDF à l’Epinette et les saccagent.

En février 1982, pendant un lock-out chez JP Dubosson, une soixantaine de membres du SNPMI font obstruction à deux contrôleuses du travail demandant à vérifier les fiches de paie.

Trois mois plus tard, l’Union Locale CGT de Cluses est vandalisée pendant la nuit et le mois suivant, le 9 juin 1982, une action coordonnée voit la mise à sac des unions locales de Thonon, d’Annemasse et de Sallanches. Les vitrines sont brisées, les murs tagués par « CGT = Cancer Généralisé du Travail », et les documents sont volés et dispersés ou noyés sous du purin, comme ce fut le cas à Sallanches.

Au mois de juillet 1982, alors qu’il est certain que les lois Auroux vont être adoptées, le SNPMI va jouer son va-tout. Dans la semaine du 5 juillet 1982, il organise des dizaines d’actions de blocage des trains dans le pays. On en recense à Rennes, Angoulême, Lyon, en Lorraine, dans le Tarn-et-Garonne, en Charente, en Alsace, dans le Centre, etc.

C’est dans ce contexte que le « syndicat national des décolleteurs de Savoie » répond à l’appel en invitant au blocage le 5 juillet de la ligne TGV Genève-Paris en gare de Bellegarde. Le SNPMI se rattache à l’action qui voit 200 patrons se rassembler avant d’être dispersés par les gaz lacrymogènes. Les protestataires finiront par déverser une remorque de gravier sur la route de Culoz.

Au mois de juillet 1982, alors qu’il est certain que les lois Auroux vont être adoptées, le SNPMI va jouer son va-tout. Dans la semaine du 5 juillet 1982, il organise des dizaines d’actions de blocage des trains dans le pays. On en recense à Rennes, Angoulême, Lyon, en Lorraine, dans le Tarn-et-Garonne, en Charente, en Alsace, dans le Centre, etc.

C’est dans ce contexte que le « syndicat national des décolleteurs de Savoie » répond à l’appel en invitant au blocage le 5 juillet de la ligne TGV Genève-Paris en gare de Bellegarde. Le SNPMI se rattache à l’action qui voit 200 patrons se rassembler avant d’être dispersés par les gaz lacrymogènes. Les protestataires finiront par déverser une remorque de gravier sur la route de Culoz.[5]

En mai 2021, une patronne est arrêtée pour avoir commandité l'assassinat d'un syndicaliste qui la gênait.[6]

3 Notes et sources[modifier | modifier le wikicode]

  1. « NERVI : Définition de NERVI », sur www.cnrtl.fr (consulté le 21 avril 2019)
  2. Philippe Poisson, « Les nervis, ces voyous devenus « maîtres de Marseille » », sur Criminocorpus (consulté le 21 avril 2019)
  3. « Nervi : Définition simple et facile du dictionnaire », sur www.linternaute.fr (consulté le 22 avril 2019)
  4. L'Humanité, L'assassin était chez Citröen, juin 2007
  5. Arve à gauche, Articles sur la SNPMI, 2020
  6. France 3, AIN : des tueurs à gage en lien avec les renseignements devaient tuer un syndicaliste, une cheffe d'entreprise écrouée, mai 2021