Logos des partis politiques

De Wikirouge
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les logos des partis politiques sont un élément de leur propagande, et sont liés à la lutte idéologique et donc indirectement à la lutte des classes.

Panorama[modifier | modifier le wikicode]

8841334676156.jpg

De gauche à droite[modifier | modifier le wikicode]

Le constat le plus facile à faire et à analyser est celui du clivage droite-gauche. La droite nie la lutte des classes et au contraire cherche à aviver le nationalisme pour faire croire que chaque "citoyen" a les mêmes intérêts. En France par exemple, le drapeau tricolore est sur le logo de l'UMP, les trois couleurs sont sur la flamme du FN...

A gauche on trouve plus facilement la couleur rouge, reste des anciens partis ouvriers. L'extrême gauche elle, conserve en général le rouge et/ou des symboles traditionnels.

Evolutions dans le temps[modifier | modifier le wikicode]

On peut remarquer aussi que les symboles républicains (bonnet phrygien, Marianne...), qui avaient au début de l'époque bourgeoise une forte connotation révolutionnaire, et sont longtemps restés l'apanage des républicains (classés à gauche ou au centre) se sont retrouvés poussés vers la droite à mesure de l'émergence des partis ouvriers et de leur symbolique propre (drapeau rouge, faucille et marteau, étoile rouge...). A l'extrême gauche, des symboles vieillis sont abandonnés : la faucille et le marteau ont été supprimés du logo de la LCR, et il s'estompe sur celui de Lutte ouvrière.

FaucilleMarteau-LO-LCR.png


En revanche des symboles en apparence récents s'inscrivent en fait dans une longue filiation. Par exemple le porte-voix du NPA rappelle de nombreuses images communistes.

ImagesPorte-voix.png

Dans la période récente, les écritures en italique ou style manuscrit cèdent plutôt la place à des caractères droits. Certains y voient un signe d'institutionnalisation, lié à une volonté de rassurer.

Notes et sources[modifier | modifier le wikicode]

De l'UMP au PS, comment sont conçus les logos des partis politiques, 2012