Substitutisme

De Wikirouge
Aller à : navigation, rechercher

Le substitutisme est un travers politique consistant à négliger l'importance de l'auto-organisation des masses par rapport à l'importance des organisations existantes (partis, syndicats...).

Exemples

Trotsky contre Lénine

Aux débuts du Parti ouvrier social-démocrate de Russie (POSDR), les rédacteurs du journal Iskra étaient unis dans l'objectif de centraliser le mouvement ouvrier et marxiste russe alors faible et dispersé. C'est dans ce but que Lénine rédigera sa brochure Que faire ?

Mais lors du congrès de 1903, une polémique éclate entre deux groupes, les bolchéviks (derrière Lénine) et les menchéviks (derrière Martov). Les votes ont eu lieu sur deux formulations légèrement différentes au sujet des conditions d'adhésion au parti, Martov étant pour des conditions plus souples tandis que Lénine voulait que la participation à un comité de base soit impérative. Mais au delà des formulations, les débats se sont en fait élargis à des oppositions de conception du parti (le futur parti, car il restait à construire véritablement).

Trotsky, qui était alors du côté menchévik, a écrit une brochure centrée sur la dénonciation de Lénine et des bolchéviks comme « substitutistes ». Il écrivait :

« Dans la politique interne du Parti ces méthodes conduisent l'organisation du Parti à se « substituer » au Parti, le Comité central à l'organisation du Parti, et finalement le dictateur à se substituer au Comité central ; d'autre part, cela amène les comités à fournir l' « orientation » et à la changer, pendant que « le peuple garde le silence » ; en politique « extérieure » ces méthodes se manifestent dans les tentatives pour faire pression sur les autres organisations sociales, en utilisant la force abstraite des intérêts de classe du prolétariat, et non la force réelle du prolétariat conscient de ses intérêts de classe. »[1]

Lénine contre les otzovistes

Plus tard, Lénine a accusé les otzovistes (un courant gauchiste au sein des bolchéviks) de substitutisme. Zinoviev écrira plus tard : « par leur absurde conception d'un petit parti qui pût se substituer au gros des masses ouvrières et « activer » le mouvement, les « otzovistes » furent réellement dangereux pour la révolution. »[2]

Critiques des bolchéviks

De nombreux marxistes ont critiqué les bolchéviks, considérant qu'ils ont au lendemain de la prise du pouvoir en Octobre fait preuve de substitutisme.[3]

Notes et sources