Journée de huit heures

De Wikirouge
Aller à : navigation, rechercher
F Centenaire 08 B Application 8heures.gif
La journée de 8 heures, ou revendication à travailler au maximum 8 heures par jour, est une revendication historique du mouvement ouvrier dans tous les pays.

Contexte

La Révolution industrielle survient à la fin du 18e siècle et au début du 19e siècle tout d’abord au Royaume-Uni en Belgique et en France où les nombreuses manufactures, les mines ou les chantiers embauchent des ouvriers en masse.

À l'époque, la durée de la journée de travail d'un ouvrier est de 10 h, voire plus, dans la plupart des pays industrialisés ; elle peut aller jusqu'à 12 ou 14 heures.

Le slogan « 8 heures de travail, 8 heures de loisir, 8 heures de repos » est lancé par Robert Owen en 1817.

Les premières réglementations concernent le travail des enfants, eux aussi employés à l’usine où ils effectuent les tâches subalternes dans les mêmes mauvaises conditions que les adultes. On trouve ainsi des enfants dans les cotton mills du Nord de l’Angleterre, dans les docks et les ateliers textiles des États-Unis ou dans les filatures françaises. En Angleterre, le Factory Act de 1833 interdit, dans l’industrie textile, le travail des enfants de moins de 9 ans, et limite le temps de travail journalier en fonction de l’âge (10 heures pour les enfants de 9 à 14 ans, 12 heures pour ceux entre 14 et 18 ans) ; cette loi n’est élargie à l’ensemble des activités qu’en 1853.

En Angleterre, les femmes et les enfants obtiennent la journée de 10 heures en 1847, tandis qu'en France la loi des 10 heures instaurée lors de Révolution française de 1848 est abrogée quelques mois plus tard et des journées de 12 heures à nouveau imposées aux travailleurs français.

Seule l'Australie commence à bénéficier dès 1856 d'une réglementation limitant la journée de travail des maçons à 8 heures, en raison d'un manque chronique d'ouvriers du bâtiment.

Les manifestations du 1er mai

La journée de 8 heures est une revendication historique de la Première Internationale, créée en 1864 à Londres, qui l'inscrit à son programme dès 1866.

Aux États-Unis, au cours de leur congrès de 1884, les syndicats américains se donnent deux ans pour imposer aux patrons une limitation de la journée de travail à huit heures. Ils choisissent de lancer leur action le 1er mai, date du moving day parce que beaucoup d’entreprises américaines entament ce jour-là leur année comptable, et que les contrats ont leur terme ce jour-là, l'ouvrier devant déménager (d'où le terme de moving day) pour retrouver du travail. La grève générale du 1er mai 1886, impulsée par les anarchistes, est largement suivi. Ils sont environ 340 000 dans tout le pays.

À Chicago, la grève se prolonge dans certaines entreprises, et le 3 mai 1886, une manifestation fait trois morts parmi les grévistes de la société McCormick Harvester. Le lendemain a lieu une marche de protestation et dans la soirée, lors de la dispersion a lieu le Massacre de Haymarket Square.

En 1889, la IIe_Internationale socialiste se réunit à Paris, à l'occasion du centenaire de la Révolution_française et de l’exposition universelle.

Sous l’impulsion de Jules Guesde et de son PO (Guesde inventera le terme de « fêtes du travail » en 18906.) et sur une proposition de Raymond Lavigne, cette Internationale décide le 20 juillet 1889 de faire de chaque 1er mai une journée de manifestation avec pour objectif la réduction de la journée de travail à huit heures (soit 48 heures hebdomadaires, le dimanche seul étant chômé).

Le 1er mai 1890, l'événement est ainsi célébré dans la plupart des pays, avec des participations diverses.

Le 1er mai 1891, à Fourmies, dans le Nord, en France, la manifestation tourne au drame : la police tire sur les ouvriers et fait neuf morts (voir la Fusillade de Fourmies et affaire de Clichy). Avec ce nouveau drame, le 1er mai s’enracine dans la tradition de lutte des ouvriers européens. Les militants épinglent une églantine écarlate (Rosa canina ou Rosa rubiginosa), fleur traditionnelle du Nord, en souvenir du sang versé et en référence à Fabre d'Eglantine.

Mise en place

À l'exception de l'Australie, à la veille de la Première Guerre mondiale, la durée légale du travail dans les pays industrialisés, quand elle existe, est toujours de 10 heures voire 12 ou 14 h en France.

C'est durant l'entre-deux-guerres que cette législation se met en place dans les pays industrialisés, et qu'émerge l'idée d'une législation internationale.

En 1917 en Russie comme ailleurs, la journée de 8 heures est une revendication ouvrière, et après l'essor du mouvement ouvrier qui fait suite à la victoire de Février, elle est revendiquée avec inistance. Les socialistes modérés (menchéviks et S-R), qui dominent les soviets, sont pourtant peu enthousiastes pour défendre cette revendication. Ils affirment qu'il faut soutenir la bourgeoisie libérale et son gouvernement provisoire, et que l'heure n'est pas à lutter à la fois contre le tsarisme et contre la bourgeoisie (révolution par étapes). Les soviets votent de motions qui appellent les ouvriers en grève à reprendre le travail. Mais ceux-ci n'écoutent pas les réformistes. Pour eux, il n'est pas question que la vie reste comme avant la révolution). Dans la moitié des usines de Pétrograd (surtout les plus grosses), les ouvriers quittent unanimement après 8 heures de travail écoulées. Si bien que le 10 mars, les industriels de Pétrograd cèdent et acceptent la journée de 8 heures. Un mouvement similaire se développe à Moscou, où la journée de 8 heures est accordée le 21 mars. Ce sont les bolchéviks qui sont surtout à l'initiative de ces luttes. Pris de cours, les socialistes réformistes demandent au gouvernement provisoire d'acter la journée de 8 heures pour l'ensemble de la Russie, mais celui-ci refuse. Etant donné la situation de guerre, les bourgeois déclenchent une campagne de propagande pour essayer de monter les soldats contre les ouvriers, en soulignant que l'égoïsme des ouvriers menace le ravitaillement du front, que sur le front on ne compte pas ses heures... Mais les socialistes parviennent rapidement à une victoire morale par une contre-campagne efficace : des soldats sont invités à venir voir les conditions de travail en usine, les profits et spéculations des bourgeois sont dénoncés, l'alliance ouvriers/soldats est réaffirmée... La réduction du temps de travail eut un impact très positif sur la suite de la révolution. Les quelques heures gagnées permirent pour les ouvriers plus de temps pour la lecture (notamment de textes politiques), de maniement des armes (notamment avec la création de gardes rouges), la participation aux soviets... Ce n'est qu'après la Révolution d'Octobre que le gouvernement bolchevique fixe la journée de huit heures et la semaine de 48 heures.

Le philosophe anglais Bertrand Russel écrit après son son voyage en Russie en 1920 :

« La journée de huit heures a été introduite en grande fanfare, mais du fait de la guerre elle a été portée à dix heures dans plusieurs industries. Aucune stipulation n’existe contre le travail supplémentaire consacré à d’autres métiers, et beaucoup de gens travaillent à un autre métier parce que les salaires officiels ne permettent pas de vivre. Cela n’est d’ailleurs pas la faute du gouvernement, dans la plupart des cas ; c’est principalement le résultat de la guerre et du blocus. » [1]

Le 23 avril 1919, sur proposition du gouvernement Clemenceau qui craint une grève générale, le Sénat français ratifie la loi des huit heures et fait du 1er mai 1919 une journée chômée.

Notes et sources

  1. Bertrand Russell, Pratique et théorie du bolchevisme, 1920