Réponses à une question sur le Birobidjan

De Marxists-fr
Aller à la navigation Aller à la recherche
Auteur·e(s) Léon Trotski
Écriture octobre 1934

MIA-bannière.gif

La traduction de ces deux lettres a été retrou­vée parmi les papiers de John G. Wright après sa mort. Ce questionnaire fut envoyé au bureau de rédaction parisien du Bulletin de l'Opposition, or­gane des bolchéviques léninistes russes, par un groupe d'oppositionnels juifs qui signaient « Ykslagor » et qui militaient à l'intérieur de l'Union Soviétique, dans des conditions de sévère répression. La réponse de Trotsky fut écrite en oc­tobre 1934. La réponse signée « Schwartz» (pseu­donyme de Léon Sedov, le fils de Trotsky), fait allusion au « Gezerd ». nom yiddish de l'O.Z.E.T. ou Association pour le placement rural des tra­vailleurs juifs, fondée en 1926 pour s'occuper de l'installation des juifs au Birobidjan, et dissoute par Staline en 1938-1939 sous prétexte que c'était un « repaire » de trotskystes et autres opposi­tionnels.
Mots-clés : Juifs, Lettre, Sionisme, URSS, Birobidjan


Lettre de Léon Trotsky

Suite à la lettre de Ykslagor ; la caractérisation du Birobidjan comme sionisme de gauche me semble tout à fait incorrecte. Le sionisme détourne les travailleurs de la lutte des classes en faisant miroiter l'espoir irréalisable de fonder un état juif sous le régime capitaliste. Mais un gouverne­ment des travailleurs est lié par l'obligation d'as­surer aux juifs, comme à toute autre nation, les meilleures conditions pour leur développement culturel; ce qui implique, entre autres, d'offrir aux juifs qui le désirent leurs propres écoles, leur propre presse, leur propre théâtre, etc. et leur propre territoire avec une administration auto­nome pour leur développement. Le prolétariat in­ternational n'agira pas autrement une fois qu'il se sera rendu maître de la terre entière. Dans le domaine de la question nationale, on ne doit souffrir aucune restriction; au contraire il faut pourvoir aux besoins culturels de toutes les na­tionalités et de tous les groupes ethniques. Si tel ou tel regroupement national est condamné à dé­périr (d'un point de vue national), alors, que ce soit le résultat d'un processus naturel, mais ja­mais la conséquence de quelconques difficultés d'ordre territorial, économique ou administratif.

L.TROTSKY.


Bureau de rédaction du bulletin des bolchévi­ques léninistes

Chers camarades,

Nous avons bien reçu votre lettre, et si nous n'y avons pas répondu immédiatement, c'est seu­lement parce que nous travaillons dans des condi­tions extrêmement difficiles. En ce qui concerne votre question sur le Birobidjan, nous voulions vous fournir une réponse de source bien informée. Comme vous savez, l'auteur de cette réponse vit et travaille dans des conditions extrêmement dif­ficiles. Voilà la raison de notre retard à vous ré­pondre. En ce qui concerne votre autre question sur l'adhésion au Gezert, nous ne sommes pas en mesure de vous donner notre opinion, faute d'in­formation suffisante. Nous tâcherons au mieux de vous répondre sur ce point dès que nous recevrons l'information nécessaire.

Salutations fraternelles,

SCHWARTZ