Appel à tout les camarades du Parti Communiste Chinois - Partie 1

De Marxists-fr
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Auteur·e(s) Chen Duxiu
Écriture décembre 1929


The Militant, Vol. III No. 33, 15 November 1930, p. 5.
Recueil(s): The Militant


Le document suivant, initialement intitulé Appel à tous les camarades du Parti Communiste Chinois, est d'une importance énorme pour l’ensemble des travailleurs révolutionnaires du monde entier. C'est pourquoi le Militant a décidé de le publier intégralement, malgré sa longueur. L'appareil Staline-Boukharine a depuis des années réprimé le point de vue de l'opposition bolchevique sur la révolution chinoise. Avec une égale hargne, il a cherché à empêcher le mouvement de savoir exactement comment il avait détruit la révolution chinoise avec sa politique menchevik. Le document du camarade Tchen est une contribution de première importance pour clarifier les problèmes censurés. Il est intéressant de noter que le camarade Tchen n'était pas seulement le fondateur et le leader du Parti chinois pendant des années, mais son secrétaire général au moment de la révolution de 1925-27. Comme il le raconte, il a fidèlement mené la politique de Staline-Boukharine et a reçu à ce moment-là des remarques très critiques de la part de Trotski. Cela rend d'autant plus important maintenant sa reconnaissance de l'exactitude du point de vue et des critiques du camarade Trotski. Les révolutions chinoise, indienne - en fait, toutes les révolutions coloniales et semi-coloniales - ne peuvent être comprises aujourd'hui, ni les bonnes politiques adoptées pour leur victoire, sans comprendre hier. Les staliniens - pour cause! - ont cherché et cherchent toujours à cacher leur honteux bilan d'hier, et donc à empêcher les progrès d'aujourd'hui et de demain. Le document du camarade Tchen, au contraire, contribue à rendre possible le succès de demain. Nous invitons tous les lecteurs à le suivre de près. - Ed.

Chers camarades! Depuis que j'ai suivi nos camarades pour fonder le Parti communiste chinois, j'ai sincèrement appliqué la politique opportuniste des dirigeants internationaux, Staline, Zinoviev, Boukharine et d'autres qui font que la révolution chinoise souffrent d'un échec honteux et triste. Même si j'ai travaillé jour et nuit, mes démérites dépassent mes mérites. Bien sûr, je ne devrais pas imiter les aveux hypocrites de certains des anciens empereurs chinois: « Moi, une seule personne, je suis responsable de tous les péchés du peuple », je prends sur mes épaules toutes les erreurs qui ont causé l'échec. Néanmoins, j'ai honte d'adopter parfois l'attitude de certains camarades responsables - ne critiquant que les erreurs passées de l'opportunisme et s'excluant des autocritiques. Chaque fois que mes camarades ont souligné mes erreurs opportunistes passées, je les ai sincèrement reconnues. Je ne suis absolument pas disposé à ignorer les expériences de la révolution chinoise, obtenues dans le passé au prix le plus élevé (de la conférence du 7 août à nos jours, non seulement je n'ai pas rejeté les critiques juste contre moi, mais j’ai même gardé le silence sur les accusations abusives contre moi.) Non seulement je suis prêt à reconnaître mes erreurs passées, mais aussi celles actuelles ou futures. Si j'ai commis, ou devrais commettre des erreurs opportunistes dans la pensée ou l'action; de même, je m'attends à ce que des camarades me critiquent sans merci avec des arguments et des faits théoriques. J'accepte humblement ou accepterai toutes les critiques, mais pas les rumeurs et les fausses accusations. Je n’ai pas avoir une aussi grande confiance en moi que Qu Qiubai et Li Lisan.

Je reconnais clairement qu'il n'est jamais facile pour personne ou pour tout parti d'éviter les erreurs opportunistes. Même des vétérans marxistes comme Kautsky et Plekhanov ont viré vers un impardonnable opportunisme dans leur vieillesse ; ceux qui ont suivi Lénine pendant longtemps, comme Staline et Boukharine, commettent maintenant eux aussi un opportunisme honteux; comment des marxistes superficiels comme nous peuvent-ils être satisfaits d'eux-mêmes? Chaque fois qu'un homme est satisfait de lui-même, il s'empêche de progresser. Même la bannière de l'Opposition n'est pas l'incantation du «Maître céleste» Chang (le chef de la religion taoïste qui a le «pouvoir» de chasser les démons). Si ceux qui n'ont pas fondamentalement effacé l'idéologie de la petite bourgeoisie, ont clairement compris le système de l'opportunisme passé et ont participé de manière décisive aux luttes, se tiennent simplement sous la bannière de l'opposition pour attaquer l'opportunisme de Staline et Li Lisan, puis pensent que les démons de l’opportunisme ne s'approcheront jamais d’eux, ils s’illusionne. La seule façon d'éviter les erreurs opportuniste est d'apprendre continuellement et humblement des enseignements de Marx et de Lénine dans les luttes des masses prolétariennes et dans la critique mutuelle des camarades. Je reconnais de façon décisive que les raisons objectives de l'échec de la dernière révolution chinoise sont seconde en importance, et que le point principal est l'erreur opportuniste dans notre politique face au parti bourgeois Kuo Min Tang.[1]

Tous les camarades responsables du Comité central à cette époque, en particulier moi-même, devraient reconnaître ouvertement et courageusement que cette politique était sans aucun doute erronée. Mais il ne suffit pas simplement de reconnaître l'erreur. Nous devons sincèrement et pleinement reconnaître que l'erreur en elle-même contenait une politique opportuniste, quelles étaient les causes et les résultats de cette politique, et les révéler clairement. Nous pouvons alors espérer arrêter de continuer les erreurs du passé et de repétéer notre ancien opportunisme lors de la prochaine révolution. Lorsque notre Parti a été fondé pour la première fois, même s'il était assez jeune, cependant, sous la direction de l'Internationale léniniste, nous n'avons commis aucune grande erreur. Par exemple, nous avons mené de manière décisive des luttes ouvrières et reconnu la nature de classe du Kuo Min Tang.

En 1921, notre Parti a incité les délégués du Kuo Min Tang et d’autres organisations de la même origine sociales à participer à la Conférence des travailleurs d'Extrême-Orient, convoquée par la Troisième Internationale. Les résolutions de la conférence étaient que dans les pays coloniaux de l'Est, une lutte pour la révolution démocratique devait être menée, et que dans cette révolution des soviets paysans devaient être organisés. En 1922, lors de la deuxième conférence du Parti chinois, la politique du front commun dans la révolution démocratique a été adoptée, et sur cette base, nous avons établis notre attitude envers la situation politique. Dans le même temps, le représentant de la Jeune Internationale Communiste, Dalin, est venu en Chine et a suggéré au Kuo Min Tang la politique d'un front commun des groupes révolutionnaires. Le chef du Kuo Min Tang, Sun Yat Sen, l’a refusé de manière rigide, autorisant uniquement les membres du Parti communiste chinois et de la Ligue de la jeunesse à rejoindre le Kuo Min Tang et à lui obéir, niant toute alliance hors de ce parti. Peu après l'ajournement de la conférence de notre parti, l'Internationale Communiste a envoyé son délégué, Maring, en Chine invitant tous les membres du Comité central du Parti communiste chinois à tenir une réunion au lac ouest de Hangchow, dans la province de Chekiang, où il a suggéré au Parti chinois de rejoindre l'organisation Kuo Min Tang. Il soutenait fermement que le Kuo Min Tang n'était pas un parti de la bourgeoisie, mais un parti commun de différentes classes, et que le parti prolétarien devait le rejoindre afin d'améliorer ce parti et faire avancer la révolution.

A cette époque, les cinq membres du Comité central du PC chinois - Lee-Shu Chang, Chang Teh Li, Tsai Ho Sung, Kan Chiun Yu et moi - nous sommes unanimement opposés à la proposition. La raison principale était: rejoindre le Kuo Min Tang serait plongé dans la confusion nos organisations de classe et freinerait notre politique indépendante. Enfin, le délégué de la Troisième Internationale a demandé si le Parti chinois obéirait à la décision de l'Internationale. Alors, dans un souci de respect de la discipline internationale, le Comité central du PCC ne pouvait qu'accepter la proposition de la III Internationale, et rejoindre le Kuo Min Tang. Après cela, le délégué international et les représentants du Parti chinois ont passé près d'un an à poursuivre le mouvement de réorganisation du Kuo Min Tang. Mais dès le début, le Kuo Min Tang a complètement négligé cette initiative et l’a refusé. Plusieurs fois, Sun Yat Sen a dit au délégué de l'Internationale:

Jusqu'à présent, le PC chinois a rejoint le Kuo Min Tang; il doit obéir à la discipline du KMT et ne doit pas le critiquer ouvertement. Si les communistes n'obéissent pas au Kuo Min Tang, je les en expulserai; si la Russie soviétique se range du côté du PCC, je m'opposerai immédiatement à la Russie soviétique.

A cette époque, les communistes chinois n'étaient pas très entachés d'opportunisme, de sorte que nous avons pu mener la grève des cheminots le 7 février 1923, et le « mouvement du 30 mai » de 1925, puisque nous n'étions pas gênés par la politique du KMT, et nous avons pu parfois sévèrement critiquer la politique compromettante du K.M.T. Dès que le prolétariat a relevé la tête dans le mouvement du « 30 mai », la bourgeoisie s'est immédiatement réveillée. Lors de la conférence élargie du Comité central du PC, tenue à Pékin en octobre de la même année, j'ai soumis la proposition suivante au Comité pour les Résolution Politique; Les pamphlets de Tai Chi Sao ne sont pas accidentels, mais indiquent que la bourgeoisie tente de renforcer son propre pouvoir dans le but de contrôler le prolétariat et de passer à la contre-révolution. Nous devons être prêts immédiatement à nous retirer du Kuo Min Tang. Nous devons maintenir notre apparition politique, diriger les masses et ne pas être contrôlés par la politique du Kuo Min Tang. A cette époque, le délégué de la III Internationale et les camarades responsables du Comité central s'opposèrent à l'unanimité à ma suggestion, disant qu'il s'agissait de proposer aux camarades et aux masses de prendre la voie de l'opposition au Kuo Min Tang. Moi, qui n’ai pas un caractère très assuré, n’a pas insisté sur ma proposition, et ai respecter la discipline internationale et l'avis de la majorité du Comité central.

Le coup d’État de Chiang Kai-Shek du 20 mars 1926 a été fait pour appliquer les principes de Tai Chi Sao. Ayant arrêté les communistes en grand nombre, désarmé les gardes des comités de grève de Canton et de Hong Kong du groupe russe soviétique en visite (la plupart des membres de ce groupe étaient membres du Comité central de l'URSS) et des conseillers soviétiques, le Comité central du Kuo Min Tang a décidé que tous les éléments communistes seraient retirés du siège du KMT, que la critique du Sun Yat Senisme par les communistes était interdite et que la liste des noms des membres du Parti communiste et de la Ligue, qui a rejoint le KMT être remis à ce dernier. Tout cela, nous les avons acceptés. Dans le même temps, nous avons décidé d’organiser des forces militaires indépendantes afin d'être sur un pied d’égalité face aux forces de Chiang Kai-Shek. Le camarade Peng Shu Chin a été envoyé à Canton en tant que représentant du Comité central du Parti chinois pour consulter le délégué international sur notre plan. Mais ce dernier n'était pas d'accord avec nous, et s'efforçait constamment de soutenir Chiang Kai-Shek. Il a fermement préconisé que nous épuisions toutes nos forces pour soutenir la dictature militaire de Chiang Kai-Shek, renforcer le gouvernement de Canton et poursuivre l'expédition du Nord. Nous lui avons demandé de retirer 5 000 fusils de ceux donnés à Chiang Kai Shek et Lee Chi Shing, afin de pouvoir armer les paysans de la province de Kwantung. Il a refusé, déclarant:

Les paysans armés ne peuvent pas combattre avec les forces de Chen Chuin Ming ni participer à l'expédition du Nord, mais ils peuvent encourir la suspicion du Kuo Min Tang et inciter les paysans à s'y opposer.

Ce fut une période critique. Concrètement, c'est l'époque où le K.M.T. bourgeois appela ouvertement le prolétariat à suivre sa direction, et que le prolétariat a été formellement déclaré par nous décidé à se rendre à la bourgeoisie, à la suivre, et à être disposé à être subordonné de la bourgeoisie. (Le délégué international a déclaré ouvertement: « La période actuelle est une période pendant laquelle les communistes doivent faire un travail de coolie pour le Kuo Min Tang. ») A cette époque, le Parti n'était déjà plus le parti du prolétariat, étant devenu complètement l’extrême gauche de la bourgeoisie, et commençait à tomber dans l’abysse profonde de l'opportunisme.

Après le coup d'État du 20 mars, j'ai déclaré dans un rapport à la IIIe Internationale mon opinion personnelle que la coopération avec le Kuo Min Tang par le biais d'un travail conjoint en son sein devait être transformée en coopération en dehors du K.M.T. Sinon, nous ne serions pas en mesure de mener notre propre politique indépendante, ou de gagner la confiance des masses.

Après avoir lu mon rapport, l'Internationale a publié un article de Boukharine dans la Pravda, critiquant sévèrement l’idée que le Parti chinois puisse se retirer du Kuo Min Tang, disant :

Il y a eu deux erreurs: les plaidoyers pour que les communistes se retirent des syndicats jaunes et du Comité syndical anglo-russe; maintenant la troisième erreur a été commise: le Parti chinois plaide pour le retrait du Kuo Min Tang.

Dans le même temps, le chef du Bureau d'Extrême-Orient, Wu Ting Kong, a été envoyé en Chine pour corriger notre tendance à se retirer du KMT: à ce moment-là, je n'ai de nouveau pas maintenu ma proposition fermement, dans le but d'honorer la discipline de l'Internationale et l'avis de la majorité des membres du Comité central. Plus tard, avec l'expédition du Nord, l'armée partit. Nous étions très persécutés par le K.M.T., parce que dans Le Guide, nous avons critiqué la réduction du mouvement ouvrier à l'arrière et la collecte obligatoire de fonds militaire auprès des paysans pour alimenter l'expédition du Nord. Entre-temps, les travailleurs de Shanghai étaient sur le point de se soulever pour évincer les troupes de Chihili-Shantung. Si le soulèvement réussissait, le problème du pouvoir en place se poserait. À cette époque, dans le procès-verbal de la résolution politique de la Conférence élargie du Comité central, j'ai suggéré:

La révolution chinoise voit se dessiner deux voies: L'une est qu'elle soit dirigée par le prolétariat, de façon à ce que nous puissions atteindre l'objectif de la révolution; l'autre est qu'elle soit dirigée par la bourgeoisie, et donc que cette dernière trahisse la révolution sur la route. Et bien que nous puissions coopérer avec la bourgeoisie à l'heure actuelle, nous devons néanmoins saisir la direction du pouvoir.

Cependant, tous les membres du Bureau d'Extrême-Orient de la III Internationale résidant à Shanghai se sont unanimement opposés à mon opinion, affirmant qu'une telle opinion inciterait nos camarades à s'opposer trop tôt à la bourgeoisie. En outre, ont-ils déclaré, si le soulèvement de Shanghai réussit, le direction du pouvoir devra appartenir à la bourgeoisie, et qu'il n'était pas nécessaire d’y faire participer des délégués des travailleurs. À ce moment-là, j'ai à nouveau retirer mon opinion à cause de leurs critiques.

  1. Staline à déclaré :
    « La politique des bolcheviks en 1905 était-elle correcte ? Oui, elle était correct. Mais pourquoi, alors qu’il existait des soviets et la politique correcte des bolcheviks, mais pourtant la révolution de 1905 n’a pas pu réussir? En fait, le pouvoir des reliques féodales et du gouvernement despotique était plus fort que celui du mouvement révolutionnaire. Ne pouvons-nous pas dire que la politique du Parti communiste chinois n'a pas amélioré la puissance de combat du prolétariat, rendu les relations entre le prolétariat et les larges masses plus intimes et accru le prestige du prolétariat parmi les masses? De toute évidence, nous ne pouvons pas le dire. » La politique correcte, bien sûr, n'est pas la seule garantie de succès, mais une politique erronée est la principale garantie d'échec. Si nous pensons que le pouvoir de l'ennemi est plus fort bien qu'il y ait une politique correcte, et donc que la révolution ne peut pas réussir, alors l'échec de la révolution russe en 1905 et l'échec de la révolution chinoise en 1927, et tous les autres échecs du mouvement révolutionnaire des travailleurs, sont prédestinés. Je ne veux pas que Staline défende le Parti chinois comme ça, et je suis encore plus réticent à me défendre avec les paroles de Staline.