Alexandre Oulianov

De Wikirouge
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Alexandre Oulianov 1887.jpg

Alexandre Ilitch Oulianov (1866-1887), en russe Александр Ильич Ульянов, était un militant du groupe Narodnaïa Volia, entre l'anarchisme, le nihilisme et le populisme. Il était le frère aîné de quatre ans de Lénine.

Biographie[modifier | modifier le wikicode]

Alexandre naît le 1er avril 1866 à Nijni Novgorod. Il fut ami de Nikolaï Roubakine.

Il rejoint le reliquat du groupe terroriste Narodnaïa Volia (« La Volonté du Peuple ») qui avait commis l'assassinat de l'empereur Alexandre II en 1881. Six personnes y participèrent. Trois d’entre eux, parmi lesquels Oulianov, se considéraient comme membres de Narodnaïa Volia, trois autres se proclamaient sociaux-démocrates. La distinction entre les premiers et les seconds n’était cependant pas très claire.

Il écrivit pour le groupe un Programme de la fraction terroriste du parti Narodnaïa Volia, qui montre une influence nette du marxisme, même si le populisme reste dominant. Ce programme affirmait que la principale force révolutionnaire résidait non pas dans la paysannerie, mais dans la classe ouvrière industrielle. Le socialisme était le « résultat nécessaire de la production capitaliste et de la structure de classe capitaliste »[1]. Ceci n’excluait cependant pas « la possibilité d’une autre transition, plus directe, au socialisme, à condition qu’il y ait des conditions favorables spéciales dans les habitudes des gens et le caractère de l’intelligentsia et du gouvernement ». Le capitalisme n’était pas une étape nécessaire avant le socialisme. Le capitalisme n’était nécessaire que là où « le processus de transition se développe de façon spontanée, s’il n’y a pas d’intervention consciente de la part d’un groupe social. » Le Programme reconnaissait la nécessité « d’organiser et d’éduquer la classe ouvrière », mais cette tâche devait être remise à plus tard, l’activité révolutionnaire au sein des masses étant « presque impossible… sous le régime politique existant. » L’autocratie devait être renversée au moyen du terrorisme, pour que la classe ouvrière puisse faire son entrée sur l’arène politique.

Avec ses complices, il prépara une tentative d'assassinat d'Alexandre III. Le complot devait avoir lieu le 1er mars 1887 (ancien style), 6 ans jour pour jour après l'attentat contre Alexandre II, mais la police éventa le complot et en mai 1887, les conspirateurs furent arrêtés. On appelait ces comploteurs les Pervomartovtsi ( « Ceux du 1er mars »). Alexandre en était l'un des meneurs.

Au cours de son procès, Alexandre Oulianov prononça un discours politique justifiant le recours au terrorisme devant le tribunal[2]. Il fut condamné à mort.

Il est pendu le 8 mai 1887 à la forteresse de Chlisselbourg, en compagnie de ses camarades Pakhomi Andreïouchkine, Vassili Gueneralov, Vassili Ossipanov et Pierre Chevirev. Il avait 21 ans.

L'exécution de son frère Alexandre fut une des sources de radicalisation de Lénine. Mais cela ne sa passa pas comme le prétend le mythe fondateur stalinien, qui fait croire qu'aussitôt Lénine sait qu'il vengera son frère mais en suivant la voie scientifique du marxisme.[3]

Notes et références[modifier | modifier le wikicode]

  1. N.K. Karataev, Народническая экономическая литература, Moscou 1958, p. 631.
  2. Orlando Figes, La Révolution russe, Denoël, p. 205.
  3. Tony Cliff, Lénine : 1893-1914. Construire le parti – chapitre 1, 1975