De Wikirouge
Aller à : navigation, rechercher

Richard C. Lewontin (Richard Charles "Dick" Lewontin) (né le 29 mars 1929 à New York) est biologiste, généticien et philosophe de la biologie, professeur titulaire de la chaire Alexander Agassiz à l'Université de Harvard. Il est commentateur social de sensibilité ouvertement marxiste. Il est d'un point de vue philosophique un matérialiste de type dialectique.

Carrière universitaire

Il a enseigné la génétique, les statistiques et l'évolution à l'Université d'État de Caroline du Nord, à l'Université de Rochester, à l'Université de Chicago et à l'Université de Harvard. Il a été Président de la Société pour l'étude de l'évolution, de la Société Américaine des Naturalistes et de la Société pour la Biologie Moléculaire et l'Évolution. Depuis quelques années, il est coéditeur de The American Naturalist.

Théoricien de l'évolution

C'est un des chefs de file du développement de la base mathématique de la théorie de l'évolution et de la génétique des populations. Il a introduit les techniques de biologie moléculaire comme l'électrophorèse sur gel dans la recherche sur la génétique des populations en 1966. Dans un article écrit en collaboration avec J.L. Hubby dans le magazine Genetic de 1966, il a ouvert la voie au domaine de la recherche sur l'évolution moléculaire. En 1979, Lewontin et Stephen Jay Gould ont introduit le terme de « trompe » dans la théorie de l'évolution. Il consacre ainsi ses études à la variation génétique dans les protéines et dans l'ADN au sein des espèces.

Militantisme

"Tout en estimant que toute science doit-être cultivée pour elle-même et que, dans aucune recherche scientifique, on ne doit se soucier de ces conséquences éventuelles, il était cependant d'avis que le savant, s'il ne voulait pas s'abaisser lui-même, ne devait jamais cesser de participer activement à la vie publique et ne devait rester confiné dans son cabinet de travail ou dans son laboratoire, comme un ver dans son fromage, sans jamais se mêler à la vie et aux luttes politiques et sociales de ses contemporains" (Paul Lafargue, Marx, Souvenirs personnels)

La guerre du Viêt-Nam

Dans les années 60 et 70, en tant que membre de Science for the People, il a dénoncé l'implication d'éminent scientifique dans les programmes du Pentagone visant à développer des armements pour la guerre du Viêt Nam.

Le déterminisme génétique et le néodarwinisme

D'un point de vue sociologique et social, Lewontin s'oppose fermement au déterminisme génétique et au néodarwinisme tels qu'ils s'expriment dans les domaines de la sociobiologie et de la psychologie évolutionniste.

Suite au développement scientifique dans les années 60 et 70 de la génétique, à partir de 1975 la sociobiologie et la psychologie évolutionniste est créé par Edward O. Wilson. Ils se fondent sur l'idéologie du déterminisme génétique que génère l'idée - devenue fausse[1] - de programme génétique. Celles-ci prend plus de place dans le domaine scientifique qu'elle est soutenue par le lobby économique naissante de la génomique.

De la sorte, c'est à dire selon une conception évolutionniste (linéaire et réductionniste[2]) générée par le néodarwinisme et le mythe du Graal[3] de la génétique, ces deux domaines débordent sur la sphère sociale et politique. Les résultats de la sociobiologie et la psychologie évolutionniste vont être reprises par l'extrême droite et par les néolibéraux.

Contre ces points de vue Richard C. Lewontin et Stephen Jay Gould s'insurgent quand bien même Edward O. Wilson et Richard Dawkins s'en défendent en répliquant que la science ne doit se soucier de ces conséquences éventuelles. Soit ! Wilson et Dawkins critiquent Richard C. Lewontin d'idéologue.

Cependant, ce que leurs détracteurs ne mettent pas en avant et que Lewontin et Gould apportent en même temps une conception scientifique qui va à l'encontre de la sociobiologie et la psychologie évolutionniste, du néodarwinisme. Elle se base selon une pensée dialectique. En effet, "Les explications dialectiques cherchent à rendre compte de l'univers matériel d'une façon cohérente, unitaire, mais non réductionniste. Pour la dialectique, l'univers est unitaire, mais en changement constant; les phénomènes observables à tout instant font partie de processus, processus qui ont une histoire et un futur, dont les voies ne sont pas uniquement déterminés par leurs unités constitutives. Les "touts" sont composés d'unités dont on peut décrire les propriétés, mais l'interaction de ces unités, lors de la constitution des "touts", engendre des complexités qui font que les produits obtenus sont qualitativement différents des parties constitutives." (Lewontin, Steven Rose, Nous ne sommes pas programmés, 1985, p28-29)

C'est ainsi que Stephen Jay Gould, Richard C. Lewontin et quelques autres du groupe de Science for the People ont démarré la polémique encore en cours sur la sociobiologie et la psychologie évolutionniste.

Le complexe génético-industriel

En 1980, le pouvoir des Etats-Unis reconnait la brevabilité du vivant sauf de l'être humain. En 1992, l’Union européenne reconnaît à son tour la brevetabilité du vivant et accorde un brevet pour la création d’une souris transgénique. Elle adopte en 1998 la directive sur la brevetabilité des inventions biotechnologiques : sont désormais brevetables les inventions sur des végétaux et animaux, ainsi que les séquences de gènes. En 1998, l’Europe adopte une Directive fondamentale relative à la protection des inventions biotechnologiques : sont désormais brevetables les inventions sur des végétaux et animaux, ainsi que les séquences de gènes.

Dans le même temps les premiers Mouvement anti-OGM se forment contre le lobby du « complexe génético-industriel »[4] dans le domaine de l'OGM. C'est ainsi que Richard Lewontin prend part à la lutte dénonçant, avec Pierre Berlan, ce complexe. Il considère en tant que généticien que ce que l'on nomme les OGM (organismes génétiquement modifiés) sont en réalité des CCB (clones chimériques brevetés)[5]. Cela ouvre de nombreux débats politiques et médiatiques, divers et variés, sur l'OGM conduisant à des réglementations.

Bibliographie

  • avec K. Kojima (1960) The evolutionary dynamics of complex polymorphisms, Evolution 14 (4): 458–472. DOI:10.2307/2405995. JSTOR 2405995.
  • Is Nature Probable or Capricious?". BioScience 16: 25–27. (1966). DOI:10.2307/1293548.
  • avec J. L. Hubby (1966), A molecular approach to the study of genic heterozygosity in natural populations. II. Amount of variation and degree of heterozygosity in natural populations of Drosophila pseudoobscura. Genetics 54 (2): 595–609. PMC 1211186. PMID 5968643.
  • Population Biology and Evolution, Syracuse univ press +, 1968
  • The Units of Selection. Annual Reviews of Ecology and Systematics 1: 1–18. (1970)DOI:10.1146/annurev.es.01.110170.000245.
  • The Apportionment of Human Diversity. Evolutionary Biology, vol. 6 (1972) pp. 391–398.
  • The genetic basis of evolutionary change, New York: Columbia University Press. (1974) . ISBN 0-231-03392-3.
  • Adattamento, Enciclopedia Einaudi, (1977) vol. 1, 198-214.
  • Adaptation, Scientific American, vol. 239, (1978) 212-228.
  • avec Gould, S.J. (1979), The spandrels of San Marco and the Panglossion paradigm: a critique of the adaptationist programme. Proc R Soc Lond B 205 (1161): 581–598. DOI:10.1098/rspb.1979.0086. PMID 42062.
  • Human diversity (2nd ed.). New York: Scientific American Library. (1995) .ISBN 0-7167-6013-4.
    • Richard C. Lewontin, La diversité des hommes - L'inné, l'acquis et la génétique, Belin, 1984
  • The Organism as Subject and Object of Evolution, Scientia vol. 188 (1983) 65-82.
  • avec Steven Rose and Leon J. Kamin, Not in Our Genes: Biology, Ideology and Human Nature (1984) ISBN 0-394-72888-2
    • Nous ne sommes pas programmés, La Découverte, 1985
  • avec Richard Levins, The Dialectical Biologist , Harvard University Press (1985) ISBN 0-674-20283-X
  • Biology as Ideology: The Doctrine of DNA(1991) ISBN 0-06-097519-9
  • Le rêve du génome humain, 48p., 1992.
  • The Triple Helix: Gene, Organism, and Environment, Harvard University Press (2000) ISBN 0-674-00159-1
    • La triple hélice : Les gènes, l'organisme, l'environnement, Seuil, 2003
  • It Ain't Necessarily So: The Dream of the Human Genome and Other Illusions, New York Review of Books (2000)
  • avec Richard Levins, Biology Under The Influence: Dialectical Essays on the Coevolution of Nature and Society , (2007)
  • Sean Carroll, Anthony Griffiths, Susan Wessler (collectif) Introduction à l'analyse génétique, 5e édition, De Boeck, 2010

Notes et références

  1. Jean-Jacques Kupiec , Olivier Gandrillon, Michel Morange, Marc Silberstein (sous la direction de) Le hasard au cœur de la cellule. Probabilités, déterminisme, génétique, Paris, Syllepse, 2009. Nouvelle édition revue et augmentée aux Éditions Matériologiques, 2011.
  2. Stephen Jay Gould dans Le renard et le hérisson - Comment combler le fossé entre la science et les humanités montre que le terme de Consilience employé par Edward O. Wilson dans l'Unité du savoir est employé comme synonyme de réductionnisme, c'est à dire une vision linéaire du mouvement des choses et non de celui de consilience défini par William Whewell et S.J. Gould.
  3. Richard Lewontin, Le rêve du génome humaine, Politique et écologie n°5, 1993
  4. Jean-Pierre Berlan et Richard C. Lewontin, La menace du complexe génético-industriel, le Monde diplomatique, décembre 1998
  5. Jean-Pierre Berlan et Richard Lewontin, OGM ou CCB ? - Les organismes génétiquement modifiés sont, en réalité, des clones chimériques brevetés, 2004