De Wikirouge
Aller à : navigation, rechercher

Un ouvrier est un travailleur manuel vendant sa force de travail contre un salaire.

Ouvriers des manufactures et des usines

Développement des manufactures

Travailleurs1.jpg
La Révolution industrielle et le développement des rapports de production capitalistes a eu des conséquences majeures sur la composition de la société.

Dans un premier temps, les bourgeois ont pu acquérir la propriété des moyens de production. Les anciens ouvriers artisans continuaient à utiliser leur savoir-faire d'une façon très proche de l'époque où ils étaient indépendants, mais ils n'étaient déjà plus propriétaires de ce qu'ils produisaient, et reçevaient non plus un paiement pour leur travail accompli, mais un salaire pour leur "temps de travail" passé à produire pour le compte du bourgeois.

Initialement les ouvriers travaillaient même parfois chez eux. Puis se sont développées les manufactures, avec les premières concentrations de travailleurs, qui sont en miroir de l'accumulation du capital.

Prolétaires de l'industrie

Ouvrière-tourneuse-USA-1940.jpg
La bourgeoisie a ensuite rapidement achevé de transformer les rapports de production en devenant totalement maîtresse de l'organisation de la production. Les usines ont centralisé les moyens de production à un stade jamais atteint, ceux-ci n'ont plus rien à voir avec des outils individuels, mais ils sont au contraire d'utilisation collective puisqu'ils nécessitent un grand nombre de travailleurs.

De plus en plus de travailleurs, paysans ou artisans, ont été arrachés à leurs moyens de production, prolétarisés. Cela a entraîné l'apparition d'un prolétariat industriel nombreux. C'est pour cela que les premiers socialistes ont employé le terme d'ouvrier (et de classe ouvrière) pour désigner la nouvelle classe travailleuse exploitée.

En France, on distingue notamment traditionnellement entre ouvrier spécialisé (OS) et un manœuvre qui est aussi un ouvrier polyvalent, mais peu qualifié sur un chantier.

Ouvriers par extension

L'évolution du capitalisme a créé de nombreux emplois non-industriels (agents d'entretien, instituteurs, caissiers, camioneuses...) qui font néanmoins partie du prolétariat, la classe des salariés exploités.

C'est pourquoi l'utilisation socialiste et syndicaliste du mot ouvrier et de ses dérivés, forgée depuis près de deux siècles, est encore souvent utilisé par des militants communistes pour désigner l'ensemble des prolétaires.

Adjectif "ouvrier"

L'adjectif ouvrier est souvent utilisé pour renvoyer à la classe ouvrière dans le sens élargi de prolétariat :

Ouvriers agricoles

Le capitalisme a profondément transformé l'agriculture. Avant tout, dans les pays industrialisés, elle a détruit la petite paysannerie en créant de vastes entreprises agro-industrielles. Ces installations emploient des ouvriers qui sont dans la même condition de prolétaires que ceux de l'industrie, et d'ailleurs classés dans cette catégorie dans de nombreuses statistiques.

De plus, même dans les exploitations de taille plus modestes, moins capitalistiques et moins industrialisées, la forme moderne du salariat est très répandue (saisonniers, vendangeurs...).


OuvriersAgricoles.png

Ouvriers artisans

On peut trouver dès 1155, dans le Roman de Brut, la définition d'ouvrier comme «celui qui loue ses services moyennant salaire». Mais au Moyen-Âge, le terme d'ouvrier désignait souvent les artisans.

Or, malgré le point commun du travail manuel, il y a une différence de taille avec le sens moderne d'ouvrier : l'artisan n'était pas payé pour sa force de travail mais pour le fruit de son travail. C'est un travailleur très qualifié, et ses outils conjugés à son savoir-faire représentaient pour lui un véritable capital. En ce sens, le maître charpentier, tailleur, orfèvre ou autre horologer s'apparentait plutôt à des petits-bourgeois. Ces maîtres employaient des ouvriers apprentis qui étaient salariés tant qu'ils n'étaient pas devenus compagnons, puis maîtres à leur tour.

ouvrier2.jpg


Aujourd'hui, il ne reste que des survivances de cet ancienne signification. Par exemple, le titre de "Meilleur Ouvrier de France" est une toute une institution qui récompense des artisans de façon très solennelle et patriotarde. Cela n'empêche pas qu'il y a effectivement des talents rares et précieux parmis ces artisans, qui d'ailleurs subissent partiellement le décalage qu'il y a entre la société actuelle et leurs activités retranchées dans le luxe[1]...

MOF-Médaille.jpg

Notes et sources

Sur le CNRTL : Étymologie / Lexicographie

  1. Privé de chantiers, un meilleur ouvrier de France veut rendre sa médaille