Banquet au Gürzenich

De Marxists-fr
Aller à la navigation Aller à la recherche
Neue Rheinische Zeitung n°251, 21 mars 1849
Publié en français dans le recueil La Nouvelle Gazette Rhénane aux Éditions sociales (1963-1971). Numérisé par MIA et l'UQAC.
Mots-clés : Allemagne, Démocratie, Banquet


Cologne, le 20 mars.

Un banquet a eu lieu hier soir au Gürzenich pour célébrer les combats sur les barricades de Berlin l'an passé. Si le concert bourgeois du 18 « pour célébrer la promesse » d'une Constitution, etc., etc. avait déjà convenablement rempli la plus grande salle de notre ville, il s'en fallait hier que la salle fût en mesure de contenir même la moitié du public qui affluait. Tandis qu'en haut 5 500 à 6 000 personnes se tenaient serrées les unes contre les autres, plusieurs milliers attendirent en vain de pouvoir entrer. La salle s'était remplie si rapidement que plusieurs orateurs eux-mêmes ne réussirent à se faufiler qu'après neuf heures.

Karl Schapper présidait et ouvrit la séance par un toast au peuple souverain, unique source de tout pouvoir légal. Les autres toasts furent ensuite portés par H. Becker, aux morts des 18 et 19 mars; par le citoyen Wachter, à l'amélioration du sort du Michel allemand[1] ; par le citoyen Weill, à la révolution complète et non à une demi-révolution; par le citoyen Rittinghausen, un pereat à l'empereur allemand; par C. Cramer, aux femmes démocrates qui assistent à notre banquet; par W. Wolff , rédacteur à la Nouvelle Gazette rhénane, à la république italienne; par Ernst Dronke, rédacteur à la Nouvelle Gazette rhénane, à la révolution prolétarienne; par P. Nothjung, à la victoire des Magyars et de Kossuth; par H. Bürgers, rédacteur à la Nouvelle Gazette rhénane, à la chute de l'Autriche; par F. Wolff, rédacteur de la Nouvelle Gazette rhénane, aux accusés de Bourges[2] ; par Friedrich Engels, rédacteur à la Nouvelle Gazette rhénane, aux insurgés de juin à Paris; par Karl Schapper, aux Chartistes anglais et à leurs chefs les plus révolutionnaires, Ernest Jones et G. J. Harney; par Carl Cramer, aux Polonais; par Chr. Esser, rédacteur de l'Arbeiter-Zeitung, à la république rouge.

Le banquet qui se déroula dans l'ordre, le plus parfait et dans le plus grand calme, se termina à onze heures par un vivat général, porté à la république rouge.

À côté du concert des Hurleurs qui a eu lieu le 18 au Gürzenich, nous nous réjouissons du fait que jamais encore à Cologne une fête n'ait réuni un public si nombreux et en même temps si plein de tact que celui du banquet d'hier soir tenu sous les auspices du drapeau rouge.

  1. Alors que le paysan français porte le nom de Jacques (cf. les jacqueries), le paysan allemand est désigné par celui de Michel.
  2. Procès contre les chefs de la manifestation du 15 mai 1848 à Paris. Il se déroula du 7 mars au 3 avril 1849 à Bourges. Barbès et Albert furent condamnés à la déportation à vie, Blanqui à 10 ans de détention, de Flotte, Sobrier, Raspail et autres à diverses peines de prison.