Guerre du Kosovo

De Wikirouge
Aller à : navigation, rechercher

La guerre du Kosovo est un conflit en Europe centrale, dans lequel l'OTAN est intervenu, en 1999.

Histoire officielle[modifier]

Après la fin de la guerre froide, un monde à la géopolitique plus complexe apparaît. Le Kosovo est un peu l'emblème de ces nouvelles politiques occidentales. Officiellement, l'OTAN est intervenue pour "mettre fin au génocide des albano-kosovars par le régime serbe de Slobodan Milosevic".

Quelques éléments plus officieux
[modifier]

  • Le Kosovo est une région riche (Selon un rapport de la Banque mondiale publié en décembre 2007, on estime à plus de 13 milliards de dollars les richesses de sous-sol du Kosovo.)
  • Le Kosovo est une région stratégique, à l'intersection notamment du corridor pan-européen n°10 et du corridor 8 états-unien, et surtout le lieu d'un projet de pipeline provenant de la mer Caspienne.
  • La Yougoslavie est alors en plein morcellement. Cet ex-régime stalinien subit la chute du bloc de l'est et la montée des nationalismes. La propagande US diabolisera le "serbo-communisme" et Slobodan Milosevic, présenté comme un véritable Hitler. Autant par haine de tout "socialisme" que pour remonter dans l'estime des musulmans dans le monde (après l'Irak et le silence sur la Tchétchénie) en se plaçant du côté "croato-albanais".
  • Il est pourtant avéré que le régime de Frando Tudjman a conduit un nettoyage ethnique sur les serbes de Croatie, alors que Milosevic, malgré la guerre contre l'UCK (indépendantistes kosovars armés) et son autoritarisme, n'a pas mené de génocide. Le Tribunal Pénal International pour la Yougoslavie piloté par les occidentaux s'est donc acharné sur Milosevic et a fermé les yeux sur le reste.
  • Les Etats-Unis ont donc un prétexte de guerre, et parviennent à entraîner avec eux l'ensemble des occidentaux via l'OTAN, qui a été le siège de nombreuses divergences à ce moment-là. L'idée de ridiculiser les tentatives européennes de politique internationale et de se réaffirmer comme puissance a aussi probablement joué pour eux.
  • A l'occasion de cette guerre, les États-Unis installent une base permanente (Camp Bondsteel, confiée à Halliburton). Cette base n’est pas ouverte aux inspections du Comité contre la Torture du Conseil de l'Europe (CPT) et lors d'une visite surprise en 2005, Alvaro Gil-Robles, l'envoyé spécial des droits de l'homme du Conseil de l'Europe a déclaré «L'endroit ressemblait à une reconstitution de Guantánamo, en plus petit».

Aujourd'hui le Kosovo reste un quasi-État fragile. On parle "d'échec" de la mission des Nations Unies, mais "la question est de savoir si on ne laisse pas pourrir la situation exprès pour que des groupes rachètent à très bas prix les richesses du Kosovo." (Alexis Trouda)

Notes et sources[modifier]