Alexandre Soljenitsyne

De Wikirouge
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Alexandre Soljenitsyne (1918 - 2008) était un écrivain et dissident russe, réputé autant pour son œuvre que pour ses propos réactionnaires et antisémites.

Soljenitsyne.jpg

Biographie[modifier | modifier le wikicode]

Soljenitsyne a été condamné à huit ans de camp de travail en 1945, suivis de quatre années de relégation, pour avoir critiqué Staline, ce qui fomentera sa haine contre les bolchéviks et communistes en général. Kroutchev le pardonnera en autorisant, en 1962, la publication d’Une journée d’Ivan Denissovitch mais à partir de 1965, tous ses écrits sont interdits en Union soviétique.

Il s'exile aux États-Unis durant vingt ans pour publier ses romans. Chantre d'une Russie mythique et passéiste, il s'attire les foudres du pouvoir mais aussi d'intellectuels juifs qui le condamne pour ses propos antisémites et "grand-russes". Il soutint la guerre en Tchétchénie. Il remâcha ses rancunes recuites contre les "juifs bolcheviques".

En 2007, Soljenitsyne avait reçu Poutine chez lui pour se voir remettre de ses mains un prix d’État. Ce qui amènera Viktor Erofeev, son éditeur en Russie, à déclarer :

« C’était vraiment un paradoxe douloureux de voir comment l’ancien prisonnier pouvait sympathiser avec l’ancien officier du KGB. En tant que conscience de la nation, Soljenitsyne aurait dû aussi prendre la parole plusieurs fois ces derniers temps, quand il voyait le pays sombrer dans l’autoritarisme. Je ne sais pas pourquoi il a gardé le silence. Peut-être ses idées politiques lui ont-elles joué un mauvais tour.  »

En 2001-2002, Soljenitsyne publia une somme sur l’histoire des juifs en Russie, Deux siècles ensemble, qui lui valut de sérieux reproches d’antisémitisme.

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

  • Roy Medvedev, autre dissident russe (aux convictions politiques marxistes)

Notes et sources[modifier | modifier le wikicode]

Bibliographie de référence[modifier | modifier le wikicode]