Vladimir Alexandrovitch Kareline : Différence entre versions

De Wikirouge
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
(Page créée avec « '''right|325x400px|Vladimir Kareline.jpgVladimir Alexandrovitch Kareline''' (1891-1938) fut un des leaders du Parti_socialiste-révolution... »)
 
m
 
(Une révision intermédiaire par le même utilisateur non affichée)
Ligne 5 : Ligne 5 :
 
Kareline est le principal représentant des SR de gauche au Second [[Congrès_pan-russe_des_soviets|congrès pan-russe des soviets]], qui se tient au lendemain de l'insurrection d'Octobre.
 
Kareline est le principal représentant des SR de gauche au Second [[Congrès_pan-russe_des_soviets|congrès pan-russe des soviets]], qui se tient au lendemain de l'insurrection d'Octobre.
  
Les socialistes [[conciliateurs|conciliateurs]] ([[menchéviks|menchéviks]] et [[SR_de_droite|SR de droite]]), qui ont toujours défendu l'alliance avec la bourgeoisie, dénoncent l'[[insurrection_d'Octobre|insurrection]] comme un coup de force. En nette minorité, ils quittent le congrès.
+
Les socialistes [[Conciliateurs|conciliateurs]] ([[Menchéviks|menchéviks]] et [[SR_de_droite|SR de droite]]), qui ont toujours défendu l'alliance avec la bourgeoisie, dénoncent l'[[Insurrection_d'Octobre|insurrection]] comme un coup de force. En nette minorité, ils quittent le congrès.
  
Le jeune Parti SR de gauche est encore hésitant. La plupart de ses membres sont enthousiasmés par les mots d'ordres clairs et populaires des bolchéviks ([[Paix_de_Brest-Litovsk|la paix]], [[Mouvement_paysan_en_1917|la terre aux paysans]], le [[contrôle_ouvrier|contrôle ouvrier]]...), et certains ont directement participé à l'insurrection au sein du [[Comité_militaire_révolutionnaire|Comité militaire révolutionnaire]]. Mais ils ont très peur de l'isolement suite à la rupture avec les autres socialistes.
+
Le jeune Parti SR de gauche est encore hésitant. La plupart de ses membres sont enthousiasmés par les mots d'ordres clairs et populaires des bolchéviks ([[Paix_de_Brest-Litovsk|la paix]], [[Mouvement_paysan_en_1917|la terre aux paysans]], le [[Contrôle_ouvrier|contrôle ouvrier]]...), et certains ont directement participé à l'insurrection au sein du [[Comité_militaire_révolutionnaire|Comité militaire révolutionnaire]]. Mais ils ont très peur de l'isolement suite à la rupture avec les autres socialistes.
  
Kareline intervient pour défendre l'idée d'un gouvernement de coalition incluant les socialistes qui ont quitté le congrès. Mais il prend soin d'affirmer que ''« les bolchéviks ne sont pas responsables de leur sortie »''. Il précise même : ''« Nous ne voulons pas marcher dans la voie d'un isolement des bolcheviks, car nous comprenons qu'au sort de derniers se rattache celui de toute la révolution : leur perte est celle de la révolution même. »''
+
Kareline intervient pour défendre l'idée que le [[Sovnarkom|gouvernement soviétique]] soit formé d'une coalition incluant les socialistes qui ont quitté le congrès. Mais il prend soin d'affirmer que ''« les bolchéviks ne sont pas responsables de leur sortie »''. Il précise même : ''« Nous ne voulons pas marcher dans la voie d'un isolement des bolcheviks, car nous comprenons qu'au sort de derniers se rattache celui de toute la révolution : leur perte est celle de la révolution même. »''
  
En conclusion, il annonce que les SR de gauche vont voter contre la composition du nouveau gouvernement, mais seulement pour mieux pouvoir faire la médiation avec les autres socialistes et les appelant à rejoindre le gouvernement. Selon [[Trotsky|Trotsky]], Kareline était proche de [[Soukhanov|Soukhanov]] à ce moment-là.
+
En conclusion, il annonce que les SR de gauche vont voter contre la composition du nouveau gouvernement, mais seulement pour mieux pouvoir faire la médiation avec les autres socialistes et les appeler à rejoindre le gouvernement. Selon [[Trotsky|Trotsky]], Kareline était proche de [[Soukhanov|Soukhanov]] à ce moment-là.
  
 
Kareline est élu au présidium du nouvel exécutif soviétique ([[VTsIK|VTsIK]]) renouvelé.
 
Kareline est élu au présidium du nouvel exécutif soviétique ([[VTsIK|VTsIK]]) renouvelé.
Ligne 32 : Ligne 32 :
  
 
Léon Trotsky, ''[https://www.marxists.org/francais/trotsky/livres/hrrusse/hrr48.htm Histoire de la révolution russe - 48. Le congrès de la dictature soviétique]'', 1930
 
Léon Trotsky, ''[https://www.marxists.org/francais/trotsky/livres/hrrusse/hrr48.htm Histoire de la révolution russe - 48. Le congrès de la dictature soviétique]'', 1930
 
 
  
 
[[Category:Russie / URSS]] [[Category:Socialistes]]
 
[[Category:Russie / URSS]] [[Category:Socialistes]]

Version actuelle datée du 23 juillet 2017 à 17:54

Vladimir Kareline.jpg

Vladimir Alexandrovitch Kareline (1891-1938) fut un des leaders du Parti socialiste-révolutionnaire de gauche pendant la révolution russe de 1917.

Aux côtés des bolchéviks[modifier | modifier le wikicode]

Kareline est le principal représentant des SR de gauche au Second congrès pan-russe des soviets, qui se tient au lendemain de l'insurrection d'Octobre.

Les socialistes conciliateurs (menchéviks et SR de droite), qui ont toujours défendu l'alliance avec la bourgeoisie, dénoncent l'insurrection comme un coup de force. En nette minorité, ils quittent le congrès.

Le jeune Parti SR de gauche est encore hésitant. La plupart de ses membres sont enthousiasmés par les mots d'ordres clairs et populaires des bolchéviks (la paix, la terre aux paysans, le contrôle ouvrier...), et certains ont directement participé à l'insurrection au sein du Comité militaire révolutionnaire. Mais ils ont très peur de l'isolement suite à la rupture avec les autres socialistes.

Kareline intervient pour défendre l'idée que le gouvernement soviétique soit formé d'une coalition incluant les socialistes qui ont quitté le congrès. Mais il prend soin d'affirmer que « les bolchéviks ne sont pas responsables de leur sortie ». Il précise même : « Nous ne voulons pas marcher dans la voie d'un isolement des bolcheviks, car nous comprenons qu'au sort de derniers se rattache celui de toute la révolution : leur perte est celle de la révolution même. »

En conclusion, il annonce que les SR de gauche vont voter contre la composition du nouveau gouvernement, mais seulement pour mieux pouvoir faire la médiation avec les autres socialistes et les appeler à rejoindre le gouvernement. Selon Trotsky, Kareline était proche de Soukhanov à ce moment-là.

Kareline est élu au présidium du nouvel exécutif soviétique (VTsIK) renouvelé.

Peu après, alors qu'il apparaît clair que les opposants menchéviks et SR de droite s'opposeront de toutes leurs forces aux bolchéviks, les SR de gauche acceptent d'entrer au gouvernement.

En décembre 1917, Kareline devient Commissaire du peuple pour les propriétés d'Etat. Il était aussi membre du collège du Commissariat du peuple à la Justice.

Il fit partie de la délégation soviétique lors des négociations de paix à Brest-Litovsk.

Contre les bolchéviks[modifier | modifier le wikicode]

En mars 1918, il démissionne du gouvernement pour protester contre la signature du traité de Brest-Litovsk. Il fut l'un des organisateurs de la révolte des SR de gauche en juillet 1918, et il dut se cacher suite à la répression.

En november 1918, il est condamné par contumace à 3 ans de prison.

En février 1919 il est arrêté, puis relâché. Il s'enfuit à l'étranger et participera à des activités contre le gouvernement bolchévik.

Sources[modifier | modifier le wikicode]

Léon Trotsky, Histoire de la révolution russe - 48. Le congrès de la dictature soviétique, 1930