Parti ouvrier social-démocrate ukrainien : Différence entre versions

De Wikirouge
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
 
Ligne 53 : Ligne 53 :
 
Au 4<sup>e</sup> congrès de l'USDRP qui se tint du 10 au 12 janvier 1919, une scission eut lieu. L'aile gauche ([[Anatol Pisotsky]], [[Vasyl Mazurenkos|Vasyl]] et [[Yuriy Mazurenkos]], [[Mykhailo Tkachenko]]...) prônait une république soviétique ukrainienne, mais indépendante, et reprochait au Parti communiste d'Ukraine (bolchévik) de n'être qu'une émanation de la Russie voulant s'imposer par la violence. Cette aile gauche se détacha et forma un nouveau parti du même nom, qui seront appelés les ''indépendants''. Ils furent soutenus militairement par Danylo Zeleny, un seigneur de guerre qui combattit les Blancs, les Rouges et les troupes du Directoire.
 
Au 4<sup>e</sup> congrès de l'USDRP qui se tint du 10 au 12 janvier 1919, une scission eut lieu. L'aile gauche ([[Anatol Pisotsky]], [[Vasyl Mazurenkos|Vasyl]] et [[Yuriy Mazurenkos]], [[Mykhailo Tkachenko]]...) prônait une république soviétique ukrainienne, mais indépendante, et reprochait au Parti communiste d'Ukraine (bolchévik) de n'être qu'une émanation de la Russie voulant s'imposer par la violence. Cette aile gauche se détacha et forma un nouveau parti du même nom, qui seront appelés les ''indépendants''. Ils furent soutenus militairement par Danylo Zeleny, un seigneur de guerre qui combattit les Blancs, les Rouges et les troupes du Directoire.
  
La faction majoritaire de l'USDRP (dits SD « officiels ») préconisait seulement la démocratie bourgeoise, la socialisation progressive des secteurs économiques clés et la défense de la République populaire ukrainienne et de son Directoire. Lors du ''Congrès du travail'' en janvier 1919, ses délégués votèrent en faveur d'un parlement démocratique et la mise en œuvre de réformes sociales.
+
La faction majoritaire de l'USDRP (dits SD « officiels ») préconisait seulement la démocratie bourgeoise, la socialisation progressive des secteurs économiques clés et la défense de la République populaire ukrainienne et de son Directoire. Lors du ''Congrès du travail'' en janvier 1919, ses délégués votèrent en faveur d'un parlement démocratique et la mise en œuvre de réformes sociales. Mais les ''officiels'' étaient toujours divisés entre des social-démocrates conservant des principes, comme [[Volodymyr Vynnytchenko|Vynnytchenko]], et d'autres évoluant toujours plus vers le [[nationalisme]] pur, dont [[Petlioura]] n'était que la pointe avancée.
  
 
Lorsque le nouveau Premier ministre, Serhy Ostapenko (non membre de l'USDRP) commença les pourparlers pour parvenir à un accord avec les puissances de l'Entente en février 1919, l'USDRP demanda à ses membres au sein du Conseil des ministres nationaux de la [[République populaire ukrainienne|République nationale ukrainienne]] de démissionner. [[Volodymyr Vynnytchenko|Vynnytchenko]] démissionna et émigra avec ses partisans.
 
Lorsque le nouveau Premier ministre, Serhy Ostapenko (non membre de l'USDRP) commença les pourparlers pour parvenir à un accord avec les puissances de l'Entente en février 1919, l'USDRP demanda à ses membres au sein du Conseil des ministres nationaux de la [[République populaire ukrainienne|République nationale ukrainienne]] de démissionner. [[Volodymyr Vynnytchenko|Vynnytchenko]] démissionna et émigra avec ses partisans.
  
Il fut remplacé par [[Symon Petlioura]] qui démissionna de l'USDRP pour devenir le nouveau chef du Directoire de la République nationale ukrainienne. Une partie de l'USDRP restante en Ukraine, y compris les membres du Comité central comme [[Andry Livytsky]], Ivan Romanchenko et Mykola Chadloun, continuèrent à soutenir le Directoire. Borys Martos devint Premier ministre jusqu'en août, Livytsky vice-premier ministre, Isaac Mazepa, Chadloun et Hryhory Syrotenko obtinrent des portefeuilles. Mazepa servit comme Premier ministre d'août 1919 à mai 1920.
+
Il fut remplacé par [[Symon Petlioura]] qui lui, démissionna de l'USDRP pour devenir le nouveau chef du Directoire de la République nationale ukrainienne. Une partie de l'USDRP restante en Ukraine, y compris les membres du Comité central comme [[Andry Livytsky]], Ivan Romanchenko et Mykola Chadloun, continuèrent à soutenir le Directoire. Borys Martos devint Premier ministre jusqu'en août, Livytsky vice-premier ministre, Isaac Mazepa, Chadloun et Hryhory Syrotenko obtinrent des portefeuilles. Mazepa servit comme Premier ministre d'août 1919 à mai 1920.
  
 
Du 9 au 13 septembre 1919 se tint une conférence du Parti à Vienne. Les membres du Comité central, dont [[Volodymyr Vynnytchenko|Vynnytchenko]], exigèrent que l'USDRP retire son soutien au Directoire de [[Symon Petlioura|Petlioura]]. Après avoir perdu le vote sur leur motion ils quittèrent l'USDRP.
 
Du 9 au 13 septembre 1919 se tint une conférence du Parti à Vienne. Les membres du Comité central, dont [[Volodymyr Vynnytchenko|Vynnytchenko]], exigèrent que l'USDRP retire son soutien au Directoire de [[Symon Petlioura|Petlioura]]. Après avoir perdu le vote sur leur motion ils quittèrent l'USDRP.

Version actuelle datée du 8 octobre 2019 à 23:37

Simon Petlioura, social-démocrate puis leader nationaliste ukrainien.

Le Parti ouvrier social-démocrate ukrainien (USDRP) est un parti politique marxiste fondé en décembre 1905 suite à l'implosion du Parti révolutionnaire ukrainien. Ce parti jouera un rôle essentiel dans la création de l'État ukrainien en 1917 avec le Parti ukrainien des socialistes-révolutionnaires (UPSR).

Origines[modifier | modifier le wikicode]

Le Parti révolutionnaire ukrainien, fondé le 11 février 1900 par des étudiants marxisants à Kharkiv, se donnait pour objectif à la fois l'indépendance de l'Ukraine et la révolution démocratique. Mais rapidement, des divisions internes surgirent sur la priorité à donner à l'un ou l'autre de ces objectifs. Le parti explosa alors en trois blocs :

  • une frange purement nationaliste, le Parti ukrainien du Peuple (qui resta sans influence),
  • une frange qui mit nettement au second plan le nationalisme, et rejoignit le Parti ouvrier social-démocrate de Russie,
  • une frange qui maintint les deux objectifs et devint le Parti ouvrier social-démocrate ukrainien.

Historique[modifier | modifier le wikicode]

Premières années[modifier | modifier le wikicode]

Sous l'impulsion de la révolution de 1905, le Parti révolutionnaire ukrainien se reforme (décembre 1905) avec certains de ses membres et décide de former l'USDRP, en adoptant le programme social-démocrate allemand Erfurt.

De premier plan parmi les membres fondateurs se trouvaient notamment Dmytro Antonovytch, Dmytro Dontsov, Andry Livytsky, Borys Martos, Lev Matsyevytch, Isaac Mazepa, Mykola Porch (idéologue et premier leader), Symon Petlioura et Volodymyr Vynnytchenko.

On retrouve dans le parti deux sensibilités, l'une plus nationaliste/démocrate (représentée par Petlioura), l'autre plus sociale/révolutionnaire (Vynnytchenko).

Le parti envisage de s'intégrer au Parti ouvrier social-démocrate de Russie, à condition de devenir le seul parti à organiser les militants en Ukraine (de nombreux militants adhéraient déjà directement au POSDR). Le POSDR rejette cette demande, notamment lors de son 4e congrès (avril 1906). Le POSDR considère que l'USDRP est trop nationaliste.

En 1906, l'USDRP subit des arrestations massives et de nombreux conflits internes eurent lieu. En mars 1907, après son congrès, le Parti était en sommeil. Toutefois, ses membres coopérèrent avec les mencheviks et le Bund. Beaucoup de ses membres éminents fuirent vers la Galicie et l'Europe centrale, où ils se sont officiellement unis avec le Parti social-démocrate ukrainien Spilka à la fin de l'année 1911.

Dans la première décennie de son existence, l'USDRP publia Vil'na Ukraïna (1906), Nasha Douma (1907) à Saint-Pétersbourg, Borot'ba (1906), Slovo (de 1907 à 1909) à Kiev et Sotsiial-Démocrate (1907) à Poltava.

La guerre[modifier | modifier le wikicode]

Pendant la Première Guerre mondiale, le parti se divise entre plusieurs attitudes[1] :

  • certains (Dontsov, Doroshenko) formèrent, avec des nationalistes bourgeois, l'Union pour la libération de l'Ukraine, qui s'aligna sur les Empires centraux en espérant ainsi être libérés de la Russie,
  • un autre groupe s'aligna au contraire sur la Russie tsariste (autour de Petlioura et du journal Ukrainskaya zhyzn, publié à Moscou)
  • les autres conservèrent des positions internationalistes contre la guerre, notamment ceux qui publiaient le journal Borotba (Combat) à Genève.

Pendant la révolution russe de 1917[modifier | modifier le wikicode]

L'USDRP se réactiva après la Révolution de Février 1917. Lors de sa conférence à Kiev les 17 et 18 avril 1917, le Parti vota en faveur de l'autonomie ukrainienne et soutint la création d'une fédération avec une Russie démocratique.

C'était alors le premier parti d'Ukraine. En alliance avec d'autres partis socialistes, il dominait la nouvelle Rada (conseil) centrale d'Ukraine, fondée le 4 mars. Son dirigeant, Volodymyr Vynnytchenko, vice-président de la Rada, fut à la tête du Secrétariat général d'Ukraine, qui est proclamé devant la Rada le 26 juin. Symon Petlioura, Mykola Porch, Valentyn Sadovsky et Mykhaïlo Tkachenko tinrent quant à eux des portefeuilles. Une délégation du gouvernement provisoire de Petrograd dirigée par Kerensky arrive aussitôt en Ukraine pour fixer des limites à ce nouveau gouvernement autonome.

En juillet 1917 se déroula le premier Congrès des travailleurs ukrainiens. L'USDRP constate cependant vite qu'elle n'a pas le soutien des masses, en raison de son attitude conciliatrice envers Petrograd et envers les classes dominantes, qui se traduit en particulier par sa position timide sur la socialisation de la terre. Sur ce plan, le Parti ukrainien des socialistes-révolutionnaires (UPSR) gagne rapidement du terrain, parmi les paysans et les soldats, et les bolchéviks également.

Les dirigeants ukrainiens sont tellement hostiles aux bolchéviks, qu'ils passent aussitôt de l'autonomisme à l'indépendantisme lorsque les bolchéviks prennent le pouvoir en Russie. Aussitôt après la révolution d'Octobre, le 7 novembre, la Rada proclame une République démocratique ukrainienne immédiatement reconnue par la France et le Royaume-Uni, qui envoient à Kiev des représentants.

Les bolcheviks réagissent et déclarent hors la loi les représentants de la Rada. Ils installent en même temps à Kharkov un gouvernement de la République socialiste soviétique ukrainienne. Début 1918, les troupes rouges de Mouraviev marchent sur Kiev qui, défendue par Petlioura, subit 12 jours de bombardement avant de tomber, le 9 février, aux mains des bolcheviks.

A ce moment-là, une parti de la gauche de l'USDRP, autour de Yevhen Neronoych, rejoint les bolchéviks.

Vynnytchenko servit comme premier ministre jusqu'au 30 janvier 1918.

Entre occupation allemande et révolution sociale[modifier | modifier le wikicode]

Après la paix de Brest-Litovsk (mars 1918) qui cède l'Ukraine aux Empires centraux, le pays est plongé dans le chaos et des cosaques et militaires font alors un coup d'Etat le 29 avril 1918. Un « Hetmanat » est constitué avec le soutien de l'occupant allemand. L'USDRP souffrit de la répression. Petlioura et Vynnytchenko ainsi que d'autres dirigeants furent emprisonnés. Le Parti participa à l'Union Nationale Ukrainienne qui mena l'insurrection victorieuse contre le gouvernement de l'Hetmanat et l'Armée allemande.

Le Parti prit alors le pouvoir en décembre 1918, restaurant la République populaire ukrainienne. Vynnytchenko en fut le président et Petlioura devint le commandant en chef de l'Armée. Volodymyr Tchekhivsky servit comme premier ministre. Dmytro Antonovytch, Borys Martos, Borys Matiouchenko, Vasyl Mazurenko et Leonid Mykhaïliv furent responsables de portefeuille jusqu'en février 1919.

Au 4e congrès de l'USDRP qui se tint du 10 au 12 janvier 1919, une scission eut lieu. L'aile gauche (Anatol Pisotsky, Vasyl et Yuriy Mazurenkos, Mykhailo Tkachenko...) prônait une république soviétique ukrainienne, mais indépendante, et reprochait au Parti communiste d'Ukraine (bolchévik) de n'être qu'une émanation de la Russie voulant s'imposer par la violence. Cette aile gauche se détacha et forma un nouveau parti du même nom, qui seront appelés les indépendants. Ils furent soutenus militairement par Danylo Zeleny, un seigneur de guerre qui combattit les Blancs, les Rouges et les troupes du Directoire.

La faction majoritaire de l'USDRP (dits SD « officiels ») préconisait seulement la démocratie bourgeoise, la socialisation progressive des secteurs économiques clés et la défense de la République populaire ukrainienne et de son Directoire. Lors du Congrès du travail en janvier 1919, ses délégués votèrent en faveur d'un parlement démocratique et la mise en œuvre de réformes sociales. Mais les officiels étaient toujours divisés entre des social-démocrates conservant des principes, comme Vynnytchenko, et d'autres évoluant toujours plus vers le nationalisme pur, dont Petlioura n'était que la pointe avancée.

Lorsque le nouveau Premier ministre, Serhy Ostapenko (non membre de l'USDRP) commença les pourparlers pour parvenir à un accord avec les puissances de l'Entente en février 1919, l'USDRP demanda à ses membres au sein du Conseil des ministres nationaux de la République nationale ukrainienne de démissionner. Vynnytchenko démissionna et émigra avec ses partisans.

Il fut remplacé par Symon Petlioura qui lui, démissionna de l'USDRP pour devenir le nouveau chef du Directoire de la République nationale ukrainienne. Une partie de l'USDRP restante en Ukraine, y compris les membres du Comité central comme Andry Livytsky, Ivan Romanchenko et Mykola Chadloun, continuèrent à soutenir le Directoire. Borys Martos devint Premier ministre jusqu'en août, Livytsky vice-premier ministre, Isaac Mazepa, Chadloun et Hryhory Syrotenko obtinrent des portefeuilles. Mazepa servit comme Premier ministre d'août 1919 à mai 1920.

Du 9 au 13 septembre 1919 se tint une conférence du Parti à Vienne. Les membres du Comité central, dont Vynnytchenko, exigèrent que l'USDRP retire son soutien au Directoire de Petlioura. Après avoir perdu le vote sur leur motion ils quittèrent l'USDRP.

Avec les indépendants qui avaient quitté l'USDRP avant eux, ils forment en janvier 1920 le Parti communiste ukrainien (dit « oukapiste »), communiste mais opposé au Parti communiste d'Ukraine constitué par la Russie bolchévique.

Guerre soviéto-polonaise et démembrement de l'Ukraine[modifier | modifier le wikicode]

Après la guerre entre la Russie soviétique et la Pologne, le traité de Riga (mars 1921) découpe l'Ukraine : la Galicie et une grande partie de la Volhynie reviennent à la Deuxième République de Pologne, et le reste du territoire ukrainien se retrouve incorporé à l'Union soviétique en tant que République socialiste soviétique d'Ukraine.

Bien que l'USDRP ne fit pas partie du gouvernement en exil de la République populaire ukrainienne, il lui resta fidèle et l'ancien membre de l'USDRP, Andry Livytsky, servit comme premier ministre jusqu'en 1947. Après la Seconde Guerre mondiale les anciens membres de l'USDRP aidèrent à fonder le Conseil national ukrainien en 1947 et le Parti socialiste d'Ukraine (1950). L'USDRP fut interdit dans l'Ukraine soviétique.

Congrès du parti[modifier | modifier le wikicode]

  • 1er congrès, 1905, Kharkiv
  • 2e congrès, 17-18 avril 1917
  • 3e congrès
  • 4e congrès, 12-14 janvier 1919, Kiev (scission entre les "officiels" et les "indépendants"
  • Conférence du 9 septembre 1919 (Vienne)

Presse du parti[modifier | modifier le wikicode]

  • Slovo (« Mot »), hebdomadaire, 1907–1909 à Kiev.
  • Pratsia (« Travail »)
  • Robitnyk (« Travailleur »), en juin 1917 à Kharkov (3 fois par semaine) et en 1919–1923 irrégulièrement à Chernivtsi
  • Nash Holos (« Notre voix »), à Lviv
  • Robitnycha Hazeta (« Gazette du travailleur »)

Notes[modifier | modifier le wikicode]

  1. Klymenko, A. Passionaries of the Ukrainian Revolution. How supporters of independence became Communists (Пасіонарії Української революції. Як прихильники незалежності комуністами стали). DS News. 14 October 2017