Ferdinand Lassalle : Différence entre versions

De Wikirouge
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
 
Ligne 1 : Ligne 1 :
  
'''[[File:Ferdinand Lassalle.jpg|right|144x212px|Ferdinand Lassalle.jpg]]Ferdinand Lassalle''' ([[Date::1825]]-[[Date fin::1864]]) était un des pionniers du [[Socialisme|socialisme]] allemand. Allié puis rival de [[Marx|Marx]] et [[Engels|Engels]], il a contribué à créer les premiers vrais [[Partis_ouvriers|partis_ouvriers]], mais a laissé un héritage théorique et programmatique très critiqué par les marxistes.
+
'''[[File:Ferdinand Lassalle.jpg|right|144x212px|Ferdinand Lassalle.jpg]]'''
  
== Biographie ==
+
'''Ferdinand Lassalle''' ([[Date::1825]]-[[Date fin::1864]]) était un des pionniers du [[Socialisme|socialisme]] allemand. Allié puis rival de [[Marx|Marx]] et [[Engels|Engels]], il a contribué à créer les premiers vrais [[Partis_ouvriers|partis ouvriers]], mais a laissé un héritage théorique et programmatique très critiqué par les marxistes.
 +
 
 +
==Biographie==
  
 
Ferdinand Lassalle est né à Breslau (aujourd'hui Wrocław dans l'actuelle Pologne) le 11 avril 1825, dans une famille juive prospère, les Lassal.
 
Ferdinand Lassalle est né à Breslau (aujourd'hui Wrocław dans l'actuelle Pologne) le 11 avril 1825, dans une famille juive prospère, les Lassal.
  
=== Jeunesse ===
+
===Jeunesse===
  
 
Ferdinand étudie de 1835 à 1840 au Maria-Magdalenen-Gymnasium de Breslau, puis l'année scolaire 1840-1841 au Matthias-Gymnasium. Son père, négociant en soieries, le  destinait à reprendre son commerce et l'envoya à l'école de commerce de Leipzig.
 
Ferdinand étudie de 1835 à 1840 au Maria-Magdalenen-Gymnasium de Breslau, puis l'année scolaire 1840-1841 au Matthias-Gymnasium. Son père, négociant en soieries, le  destinait à reprendre son commerce et l'envoya à l'école de commerce de Leipzig.
Ligne 22 : Ligne 24 :
 
Il réside ensuite en Rhénanie, dans la suite de la comtesse, jusqu'en 1859. Après la fin des procès Hatzfeldt (1854), il finit son travail sur Héraclite. Il publie aussi un ouvrage relatif à la philosophie du droit. Ces livres lui valent une bonne réputation dans le monde savant. À cette époque, il ne prend part à aucune agitation politique, mais continue toutefois à s'intéresser au [[Mouvement_ouvrier|mouvement ouvrier]].
 
Il réside ensuite en Rhénanie, dans la suite de la comtesse, jusqu'en 1859. Après la fin des procès Hatzfeldt (1854), il finit son travail sur Héraclite. Il publie aussi un ouvrage relatif à la philosophie du droit. Ces livres lui valent une bonne réputation dans le monde savant. À cette époque, il ne prend part à aucune agitation politique, mais continue toutefois à s'intéresser au [[Mouvement_ouvrier|mouvement ouvrier]].
  
=== Retour à Berlin ===
+
===Retour à Berlin===
  
 
En 1859, Lassalle retourne à Berlin, entrant dans la ville déguisé en charretier, et grâce à l'influence d'Alexander von Humboldt, reçoit la permission d'y rester. Il fait paraître une tragédie historique, ''Franz von Sickingen'' (Berlin, 1859), qui témoigne de son enthousiasme passionné pour la cause de l'[[Unité_allemande|unité allemande]].
 
En 1859, Lassalle retourne à Berlin, entrant dans la ville déguisé en charretier, et grâce à l'influence d'Alexander von Humboldt, reçoit la permission d'y rester. Il fait paraître une tragédie historique, ''Franz von Sickingen'' (Berlin, 1859), qui témoigne de son enthousiasme passionné pour la cause de l'[[Unité_allemande|unité allemande]].
Ligne 30 : Ligne 32 :
 
Même tendance dans son article sur Fichtes politisches Vermœchtniss und die neueste Gegenwart (dans les Demokratische Studien de Valesrode ; Hambourg, 1860) et dans son discours sur Die Philosophie Fichtes und die Bedeutung des deutschen Volksgeistes (Berlin, 1862). En 1862, Lassalle essaya de pousser les membres du Parti progressiste à la résistance passive et à une déposition en masse de leur mandat. Il échoua et crut le moment venu de fonder lui-même un nouveau parti démocratique pour tenter de résoudre la question sociale.
 
Même tendance dans son article sur Fichtes politisches Vermœchtniss und die neueste Gegenwart (dans les Demokratische Studien de Valesrode ; Hambourg, 1860) et dans son discours sur Die Philosophie Fichtes und die Bedeutung des deutschen Volksgeistes (Berlin, 1862). En 1862, Lassalle essaya de pousser les membres du Parti progressiste à la résistance passive et à une déposition en masse de leur mandat. Il échoua et crut le moment venu de fonder lui-même un nouveau parti démocratique pour tenter de résoudre la question sociale.
  
=== <span class="mw-headline" id="La_cr.C3.A9ation_de_l.27Association_g.C3.A9n.C3.A9rale_des_travailleurs_allemands_.28ADAV.29">L'Association générale des travailleurs allemands (ADAV)</span> ===
+
===<span class="mw-headline" id="La_cr.C3.A9ation_de_l.27Association_g.C3.A9n.C3.A9rale_des_travailleurs_allemands_.28ADAV.29">L'Association générale des travailleurs allemands (ADAV)</span>===
  
 
Au début de l'année 1862, la lutte entre [[Otto_von_Bismarck|Otto von Bismarck]] et les libéraux prussiens commença. Lassalle affirmait que le politicien libéral [[Hermann_Schulze-Delitzsch|Hermann Schulze-Delitzsch]] et son schéma de sociétés coopératives était inadéquat pour améliorer la condition de la [[Classe_ouvrière|classe ouvrière]]. Lassalle se lança dans une nouvelle carrière d'agitateur politique, voyageant dans toute l'Allemagne, donnant des discours et écrivant des pamphlets, dans le but d'organiser et de sensibiliser la classe ouvrière.
 
Au début de l'année 1862, la lutte entre [[Otto_von_Bismarck|Otto von Bismarck]] et les libéraux prussiens commença. Lassalle affirmait que le politicien libéral [[Hermann_Schulze-Delitzsch|Hermann Schulze-Delitzsch]] et son schéma de sociétés coopératives était inadéquat pour améliorer la condition de la [[Classe_ouvrière|classe ouvrière]]. Lassalle se lança dans une nouvelle carrière d'agitateur politique, voyageant dans toute l'Allemagne, donnant des discours et écrivant des pamphlets, dans le but d'organiser et de sensibiliser la classe ouvrière.
Ligne 40 : Ligne 42 :
 
L'ADAV fut la première réelle organisation de masse. Pourtant Lassalle était déçu. Il considérait amèrement que les ouvriers allemands étaient apathiques&nbsp;:
 
L'ADAV fut la première réelle organisation de masse. Pourtant Lassalle était déçu. Il considérait amèrement que les ouvriers allemands étaient apathiques&nbsp;:
 
<blockquote>''«&nbsp;Donc, environ 1 000 membres dans toute notre association&nbsp;! Tels sont donc, pour l'instant, les fruits de notre activité&nbsp;! C'est pour en arriver à ce résultat que je me suis usé les doigts à force d'écrire, et les poumons à force de parler&nbsp;! N'est-ce pas, cher Vahlteich, que cette apathie des masses est désespérante&nbsp;! Une telle apathie pour un mouvement qui n'existe que pour elles, que dans leur intérêt&nbsp;; pour des moyens d'agitation immenses, au point de vue spirituel, qui, mis en œuvre auprès d'un peuple comme le peuple français, auraient déjà produit d'énormes résultats l Quand ce peuple obtus secouera-t-il sa léthargie&nbsp;!&nbsp;» Lettre à Vahlteich du 29 août 1863''</blockquote>  
 
<blockquote>''«&nbsp;Donc, environ 1 000 membres dans toute notre association&nbsp;! Tels sont donc, pour l'instant, les fruits de notre activité&nbsp;! C'est pour en arriver à ce résultat que je me suis usé les doigts à force d'écrire, et les poumons à force de parler&nbsp;! N'est-ce pas, cher Vahlteich, que cette apathie des masses est désespérante&nbsp;! Une telle apathie pour un mouvement qui n'existe que pour elles, que dans leur intérêt&nbsp;; pour des moyens d'agitation immenses, au point de vue spirituel, qui, mis en œuvre auprès d'un peuple comme le peuple français, auraient déjà produit d'énormes résultats l Quand ce peuple obtus secouera-t-il sa léthargie&nbsp;!&nbsp;» Lettre à Vahlteich du 29 août 1863''</blockquote>  
=== Mort en duel ===
+
===Mort en duel===
  
L'activité qu'il déployait dans son rôle d'agitateur avait ébranlé sa santé et, après un voyage triomphal dans les districts ouvriers de la région rhénane (mai 1864), il se rendit en Suisse pour se soigner (juin 1864). Il y retrouva une jeune femme, Hélène von Dönniges (qu'il avait connue à Berlin) et lors de l'été 1864 ils décidèrent de se marier. Le père d'Hélène, diplomate bavarois résidant à Genève, voyait d'un très mauvais œil cette union avec Lassalle. Hélène fut emprisonnée dans sa propre chambre, et finalement, sûrement sous la pression, renonça à son union avec Lassalle au profit d'un autre homme, Iancu Racoviță (Iancou Racovitza), [[Boyard|boyard]] originaire des Principautés de Roumanie. Lassalle décida de lancer un défi au père d'Hélène ainsi qu'à Racoviță, qui l'accepta. C'est près de Veyrier au pied du Salève, que se tint le duel au matin du 28 août 1864. Lassalle fut mortellement blessé par balle à l'abdomen, et mourut le 31 août à Carouge, petite ville à proximité de Genève. Les derniers événements de sa vie furent décrits par George Meredith dans Les Comédiens tragiques (1880).<br/> Lassalle fut enterré dans le vieux cimetière juif de sa ville natale Breslau.
+
L'activité qu'il déployait dans son rôle d'agitateur avait ébranlé sa santé et, après un voyage triomphal dans les districts ouvriers de la région rhénane (mai 1864), il se rendit en Suisse pour se soigner (juin 1864). Il y retrouva une jeune femme, Hélène von Dönniges (qu'il avait connue à Berlin) et lors de l'été 1864 ils décidèrent de se marier. Le père d'Hélène, diplomate bavarois résidant à Genève, voyait d'un très mauvais œil cette union avec Lassalle. Hélène fut emprisonnée dans sa propre chambre, et finalement, sûrement sous la pression, renonça à son union avec Lassalle au profit d'un autre homme, Iancu Racoviță (Iancou Racovitza), [[Boyard|boyard]] originaire des Principautés de Roumanie. Lassalle décida de lancer un défi au père d'Hélène ainsi qu'à Racoviță, qui l'accepta. C'est près de Veyrier au pied du Salève, que se tint le duel au matin du 28 août 1864. Lassalle fut mortellement blessé par balle à l'abdomen, et mourut le 31 août à Carouge, petite ville à proximité de Genève. Les derniers événements de sa vie furent décrits par George Meredith dans Les Comédiens tragiques (1880).<br /> Lassalle fut enterré dans le vieux cimetière juif de sa ville natale Breslau.
  
== Postérité ==
+
==Postérité==
  
 
Après la mort de Lassalle, l'ADAV fusionnera en 1875 avec le [[Parti_ouvrier_social-démocrate_d'Allemagne|parti d'Eisenach]] (marxiste) pour donner naissance au [[Parti_social-démocrate_d'Allemagne|Parti_social-démocrate_d'Allemagne]] (SPD).
 
Après la mort de Lassalle, l'ADAV fusionnera en 1875 avec le [[Parti_ouvrier_social-démocrate_d'Allemagne|parti d'Eisenach]] (marxiste) pour donner naissance au [[Parti_social-démocrate_d'Allemagne|Parti_social-démocrate_d'Allemagne]] (SPD).
Ligne 58 : Ligne 60 :
 
Rudolf Meinert réalise en 1918 un film muet nommé ''Ferdinand Lassalle''.
 
Rudolf Meinert réalise en 1918 un film muet nommé ''Ferdinand Lassalle''.
 
<div style="position: relative;  top: 0pt;  margin-right: auto;  margin-left: auto;  z-index: 99999"><!-- End of Website Analytics Code --> </div>  
 
<div style="position: relative;  top: 0pt;  margin-right: auto;  margin-left: auto;  z-index: 99999"><!-- End of Website Analytics Code --> </div>  
== Le ''«&nbsp;lassallisme&nbsp;»'' ==
+
==Le ''«&nbsp;lassallisme&nbsp;»''==
  
=== Le communisme ===
+
===Le communisme===
  
 
Lassalle a été membre de la [[Ligue_communiste|Ligue communiste]] comme Marx, et il avait un idéal lointain de [[Communisme|société communiste]].
 
Lassalle a été membre de la [[Ligue_communiste|Ligue communiste]] comme Marx, et il avait un idéal lointain de [[Communisme|société communiste]].
Ligne 69 : Ligne 71 :
  
  
 
+
===État et démocratie===
=== État et démocratie ===
 
  
 
L'objectif politique central pour Lassalle est la démocratie. Déçu de la modération de la [[Bourgeoisie|bourgeoisie]] allemande, il veut s'appuyer sur la classe ouvrière. Mais il ne s'agit pas pour lieu d'opposer radicalement les intérêts des bourgeois et des prolétaires. Au contraire, il met en avant le fait qu'une démocratie permettrait de régler la question sociale dans l'intérêt de toutes les classes&nbsp;:
 
L'objectif politique central pour Lassalle est la démocratie. Déçu de la modération de la [[Bourgeoisie|bourgeoisie]] allemande, il veut s'appuyer sur la classe ouvrière. Mais il ne s'agit pas pour lieu d'opposer radicalement les intérêts des bourgeois et des prolétaires. Au contraire, il met en avant le fait qu'une démocratie permettrait de régler la question sociale dans l'intérêt de toutes les classes&nbsp;:
Ligne 78 : Ligne 79 :
 
Lassalle était pour que le vote soit obligatoire, sous peine de perte de ses droits civiques pendant 10 ans.
 
Lassalle était pour que le vote soit obligatoire, sous peine de perte de ses droits civiques pendant 10 ans.
  
=== La question nationale ===
+
===La question nationale===
  
 
Malgré les proximités d'origine entre Lassalle et [[Marx|Marx]] et entre les organisations qu'ils ont dirigé (un an et demi seulement sépare la fondation de l'[[ADAV|ADAV]] et celle de l'[[AIT|AIT]]), les deux hommes ont abordé de façon très différente la [[Question_nationale|question nationale]] et l'[[Internationalisme|internationalisme]].
 
Malgré les proximités d'origine entre Lassalle et [[Marx|Marx]] et entre les organisations qu'ils ont dirigé (un an et demi seulement sépare la fondation de l'[[ADAV|ADAV]] et celle de l'[[AIT|AIT]]), les deux hommes ont abordé de façon très différente la [[Question_nationale|question nationale]] et l'[[Internationalisme|internationalisme]].
Ligne 84 : Ligne 85 :
 
Lors de la [[Campagne_d'Italie_(1859)|guerre d'Italie]] (1859), Lassalle appelle la Prusse à se ranger du côté franco-italien, et non du côté de l'Autriche. Dans le débat sur l'[[Unification_allemande|unification allemande]],&nbsp;Lassalle s'est donc vu accusé d'être contre la ''«&nbsp;Grande Allemagne&nbsp;»'' (unification englobant l'Autriche et l'Allemagne actuelle), notamment par Marx. Il met en avant le fait que&nbsp;:
 
Lors de la [[Campagne_d'Italie_(1859)|guerre d'Italie]] (1859), Lassalle appelle la Prusse à se ranger du côté franco-italien, et non du côté de l'Autriche. Dans le débat sur l'[[Unification_allemande|unification allemande]],&nbsp;Lassalle s'est donc vu accusé d'être contre la ''«&nbsp;Grande Allemagne&nbsp;»'' (unification englobant l'Autriche et l'Allemagne actuelle), notamment par Marx. Il met en avant le fait que&nbsp;:
  
*le roi Victor-Emmanuel veut unifier l'Italie sous le régime de monarchie constitutionnelle mis en place en Sardaigne, qui est très libéral&nbsp;;  
+
*le roi Victor-Emmanuel veut unifier l'Italie sous le régime de monarchie constitutionnelle mis en place en Sardaigne, qui est très libéral&nbsp;;
*les républicains français soutiennent la campagne d'Italie de Napoléon III (qui apporte son soutien à l'Italie contre l'Autriche)&nbsp;;  
+
*les républicains français soutiennent la campagne d'Italie de Napoléon III (qui apporte son soutien à l'Italie contre l'Autriche)&nbsp;;
*le Second Empire de Napoléon III est dirigé par un gouvernement réactionnaire, mais basé sur des principes démocratiques, alors que l'Empire austro-hongrois est réactionnaire jusque dans les principes qu'il défend&nbsp;;  
+
*le Second Empire de Napoléon III est dirigé par un gouvernement réactionnaire, mais basé sur des principes démocratiques, alors que l'Empire austro-hongrois est réactionnaire jusque dans les principes qu'il défend&nbsp;;
*l'Empire austo-hongrois doit être détruit, pour que ses morceaux italiens et hongrois soient libérés et que la partie allemande puisse être unifiée avec le reste de l'Allemagne.  
+
*l'Empire austo-hongrois doit être détruit, pour que ses morceaux italiens et hongrois soient libérés et que la partie allemande puisse être unifiée avec le reste de l'Allemagne.
  
 
Lassalle répond ainsi à Engels qui avait pris position pour la grande Allemagne dans ''Le Pô et le Rhin''.
 
Lassalle répond ainsi à Engels qui avait pris position pour la grande Allemagne dans ''Le Pô et le Rhin''.
Ligne 93 : Ligne 94 :
 
Marx qualifiera le pamphlet de Lassalle, ''Der italienische Krieg und die Aufgabe Preussens'', comme une ''«&nbsp;énorme bévue&nbsp;»''.
 
Marx qualifiera le pamphlet de Lassalle, ''Der italienische Krieg und die Aufgabe Preussens'', comme une ''«&nbsp;énorme bévue&nbsp;»''.
  
=== Les coopératives ===
+
===Les coopératives===
  
 
Beaucoup d'ouvriers-artisans se racrochent à cette époque à l'espoir des sociétés [[Coopératives|coopératives]] qu'ils forment. Le libéral [[Schultze-Delitsch|Schultze-Delitsch]] en fait le coeur de son programme destiné à toucher les ouvriers. C'est pourquoi Lassalle sera amené à se positionner par rapport aux coopératives, mêmes si elles ne sont pour lui qu'un moyen.
 
Beaucoup d'ouvriers-artisans se racrochent à cette époque à l'espoir des sociétés [[Coopératives|coopératives]] qu'ils forment. Le libéral [[Schultze-Delitsch|Schultze-Delitsch]] en fait le coeur de son programme destiné à toucher les ouvriers. C'est pourquoi Lassalle sera amené à se positionner par rapport aux coopératives, mêmes si elles ne sont pour lui qu'un moyen.
Ligne 101 : Ligne 102 :
 
La seule façon de l'emporter serait que l'Etat ''«&nbsp;fasse passer les gros bataillons du côté des ouvriers, du côté des associations.&nbsp;»'' Là encore, ses revendications débouchent sur le rôle central de l'Etat. Selon lui, les mesures transitoires à prendre seraient les suivantes&nbsp;:
 
La seule façon de l'emporter serait que l'Etat ''«&nbsp;fasse passer les gros bataillons du côté des ouvriers, du côté des associations.&nbsp;»'' Là encore, ses revendications débouchent sur le rôle central de l'Etat. Selon lui, les mesures transitoires à prendre seraient les suivantes&nbsp;:
  
*l'unification des banques en une Banque d'Allemagne, qui permettrait d'avoir ''«&nbsp;le double ou le triple de l'argent nécessaire aux associations&nbsp;»''  
+
*l'unification des banques en une Banque d'Allemagne, qui permettrait d'avoir ''«&nbsp;le double ou le triple de l'argent nécessaire aux associations&nbsp;»''
*la taxation des capitalistes et des propriétaires fonciers  
+
*la taxation des capitalistes et des propriétaires fonciers
*l'utilisation de cet argent public pour aider 400 000 ouvriers à s'associer  
+
*l'utilisation de cet argent public pour aider 400 000 ouvriers à s'associer
*les taxes sur ces coopératives permettraient ensuite d'enclencher un cercle vertueux  
+
*les taxes sur ces coopératives permettraient ensuite d'enclencher un cercle vertueux
  
 
Il critique aussi les sociétés de crédit, qui ne peuvent que prolonger la mort de la [[Petite-bourgeoisie|petite-bourgeoisie]] face au capital, et les coopératives de consommation&nbsp;:
 
Il critique aussi les sociétés de crédit, qui ne peuvent que prolonger la mort de la [[Petite-bourgeoisie|petite-bourgeoisie]] face au capital, et les coopératives de consommation&nbsp;:
 
<blockquote>''«&nbsp;Le préjudice qui frappe la classe ouvrière ne I'atteint (...) que comme productrice et non comme consommatrice. C'est donc prêter une fausse assistance a l'ouvrier que de vouloir l'aider comme consommateur, au lieu de le seconder là où le bât le blesse vraiment, c'est-à-dire au niveau de la production.&nbsp;»''</blockquote>  
 
<blockquote>''«&nbsp;Le préjudice qui frappe la classe ouvrière ne I'atteint (...) que comme productrice et non comme consommatrice. C'est donc prêter une fausse assistance a l'ouvrier que de vouloir l'aider comme consommateur, au lieu de le seconder là où le bât le blesse vraiment, c'est-à-dire au niveau de la production.&nbsp;»''</blockquote>  
=== La loi d'airain des salaires ===
+
===La loi d'airain des salaires===
  
 
Lassalle s'est beaucoup moins occupé d'[[Économie|économie]] que Marx. A part sa critique des limites des coopératives, il a aussi cherché à démonter le discours de certains libéraux qui promettaient à la classe ouvrière que le laissez-faire conduirait à un [[Plein-emploi|plein-emploi]] et à une hausse générale des [[Salaires|salaires]].
 
Lassalle s'est beaucoup moins occupé d'[[Économie|économie]] que Marx. A part sa critique des limites des coopératives, il a aussi cherché à démonter le discours de certains libéraux qui promettaient à la classe ouvrière que le laissez-faire conduirait à un [[Plein-emploi|plein-emploi]] et à une hausse générale des [[Salaires|salaires]].
Ligne 120 : Ligne 121 :
 
Les critiques formulées par Marx contre la loi d'airain des salaires reposent sur deux arguments principaux&nbsp;:
 
Les critiques formulées par Marx contre la loi d'airain des salaires reposent sur deux arguments principaux&nbsp;:
  
*son [[Malthusianisme|malthusianisme]] implicite,  
+
*son [[Malthusianisme|malthusianisme]] implicite,
*une conception erronée du salaire comme prix du travail et non comme prix de la [[Force_de_travail|force de travail]].  
+
*une conception erronée du salaire comme prix du travail et non comme prix de la [[Force_de_travail|force de travail]].
  
=== Rapport à Hegel ===
+
===Rapport à Hegel===
  
 
Comme Marx, Lassalle a été influencé par la philosophie de l'histoire de [[Hegel|Hegel]] tout en critiquant les positions réactionnaires auxquelles Hegel arrivait. Lassalle distinguait la méthode [[Dialectique|dialectique]] de Hegel d'un côté (bonne) et son ''«&nbsp;système&nbsp;»'' de l'autre (à corriger). Lassalle annonçait même qu'il voulait réécrire un Système de la philosophie de l'esprit, mais il n'eut jamais le temps.
 
Comme Marx, Lassalle a été influencé par la philosophie de l'histoire de [[Hegel|Hegel]] tout en critiquant les positions réactionnaires auxquelles Hegel arrivait. Lassalle distinguait la méthode [[Dialectique|dialectique]] de Hegel d'un côté (bonne) et son ''«&nbsp;système&nbsp;»'' de l'autre (à corriger). Lassalle annonçait même qu'il voulait réécrire un Système de la philosophie de l'esprit, mais il n'eut jamais le temps.
Ligne 129 : Ligne 130 :
 
La philosophie de l'histoire de Lassalle est basée sur les éléments suivants:
 
La philosophie de l'histoire de Lassalle est basée sur les éléments suivants:
  
*Au sein du [[Tiers_état|Tiers_état]], émerge un ''«&nbsp;quatrième état, le dernier, le plus déshérité&nbsp;»'', dont ''«&nbsp;le coeur ne contient pas le moindre privilège en germe, et qui se confond par cela même avec tout le genre humain.&nbsp;»''  
+
*Au sein du [[Tiers_état|Tiers_état]], émerge un ''«&nbsp;quatrième état, le dernier, le plus déshérité&nbsp;»'', dont ''«&nbsp;le coeur ne contient pas le moindre privilège en germe, et qui se confond par cela même avec tout le genre humain.&nbsp;»''
*Après le Tiers état qui se définissait comme «&nbsp;non noble&nbsp;», l'état ouvrier se définit comme «&nbsp;non possédant&nbsp;» (pas uniquement les ouvriers d'industrie).  
+
*Après le Tiers état qui se définissait comme «&nbsp;non noble&nbsp;», l'état ouvrier se définit comme «&nbsp;non possédant&nbsp;» (pas uniquement les ouvriers d'industrie).
*Lassalle parle ''«&nbsp;d'état ouvrier&nbsp;»'' au sens d'exclusion juridique, parce qu'en Allemagne le [[Suffrage_censitaire|suffrage censitaire]] exclut l'immense majorité des citoyens du vote.  
+
*Lassalle parle ''«&nbsp;d'état ouvrier&nbsp;»'' au sens d'exclusion juridique, parce qu'en Allemagne le [[Suffrage_censitaire|suffrage censitaire]] exclut l'immense majorité des citoyens du vote.
*Contrairement à Marx chez qui l'universalité portée en germe par la classe ouvrière doit se réaliser par la révolution, la négation de la société bourgeoise, Lassalle pense que la démocratie permettra de concilier les contradictions de classe. L'accès des classes inférieures à l'Etat sera la réalisation de l'Etat.  
+
*Contrairement à Marx chez qui l'universalité portée en germe par la classe ouvrière doit se réaliser par la révolution, la négation de la société bourgeoise, Lassalle pense que la démocratie permettra de concilier les contradictions de classe. L'accès des classes inférieures à l'Etat sera la réalisation de l'Etat.
  
== Écrits ==
+
==Écrits==
  
=== Publications ===
+
===Publications===
  
*''Die Philosophie Herakleitos des Dunklen von Ephesos'' (Berlin, 1858)  
+
*''Die Philosophie Herakleitos des Dunklen von Ephesos'' (Berlin, 1858)
*[https://archive.org/details/franzvonsickinge00tranrich ''Franz von Sickingen''], 1859  
+
*[https://archive.org/details/franzvonsickinge00tranrich ''Franz von Sickingen''], 1859
*''Über Verfassungswesen''  
+
*''Über Verfassungswesen''
*''Le programme ouvrier''  
+
*''Le programme ouvrier''
*''Offenes Antwortschreiben an das Zentralkomitee zur Berufung eines Allgemeinen Deutschen Arbeiter-Kongresses zu Leipzig''  
+
*''Offenes Antwortschreiben an das Zentralkomitee zur Berufung eines Allgemeinen Deutschen Arbeiter-Kongresses zu Leipzig''
*''Zur Arbeiterfrage''  
+
*''Zur Arbeiterfrage''
*''Arbeiterlesebuch''  
+
*''Arbeiterlesebuch''
*''Herr Bastiat-Schulze von Delitzsch, der ökonomische Julian, oder Kapital und Arbeit''  
+
*''Herr Bastiat-Schulze von Delitzsch, der ökonomische Julian, oder Kapital und Arbeit''
*[https://www.marxists.org/francais/general/lassalle/constitution.htm ''Qu'est-ce qu'une constitution&nbsp;?''] 1862  
+
*[https://www.marxists.org/francais/general/lassalle/constitution.htm ''Qu'est-ce qu'une constitution&nbsp;?''] 1862
  
=== Correspondance ===
+
===Correspondance===
  
*[https://www.marxists.org/francais/general/lassalle/works/1844/lettre12061844.htm Lettre à son père], 1844  
+
*[https://www.marxists.org/francais/general/lassalle/works/1844/lettre12061844.htm Lettre à son père], 1844
*[https://www.marxists.org/francais/general/lassalle/works/1844/lettre30071844.htm Lettre à sa mère], 1844  
+
*[https://www.marxists.org/francais/general/lassalle/works/1844/lettre30071844.htm Lettre à sa mère], 1844
*[https://www.marxists.org/francais/general/lassalle/works/1845/lettre071845.htm Lettre au baron Hubert von Stucker], 1845  
+
*[https://www.marxists.org/francais/general/lassalle/works/1845/lettre071845.htm Lettre au baron Hubert von Stucker], 1845
*[https://www.marxists.org/francais/general/lassalle/works/1845/lettre091845.htm Lettre à Arnold Mendelssohn, Alexandre Oppenheim et Albert Lehfeldt], 1845  
+
*[https://www.marxists.org/francais/general/lassalle/works/1845/lettre091845.htm Lettre à Arnold Mendelssohn, Alexandre Oppenheim et Albert Lehfeldt], 1845
  
== Notes et sources ==
+
==Notes et sources==
  
*[http://www.marxists.org/francais/bios/lassalle.htm Biographie de Lassalle sur Marxists.org]  
+
*[http://www.marxists.org/francais/bios/lassalle.htm Biographie de Lassalle sur Marxists.org]
*Karl Marx, ''[https://www.marxists.org/francais/marx/works/1868/10/km18681013.htm Lettre à J. - B. von Schweitzer]'', 1868  
+
*Karl Marx, ''[https://www.marxists.org/francais/marx/works/1868/10/km18681013.htm Lettre à J. - B. von Schweitzer]'', 1868
*Sonia Dayan-Herzbrun, ''[https://books.google.fr/books/about/L_invention_du_Parti_Ouvrier.html?id=hjQ8XAalYE4C&redir_esc=y&hl=fr L'Invention du parti ouvrier&nbsp;: aux origines de la social-démocratie], 1848-1864'', L'Harmattan, 1990  
+
*Sonia Dayan-Herzbrun, ''[https://books.google.fr/books/about/L_invention_du_Parti_Ouvrier.html?id=hjQ8XAalYE4C&redir_esc=y&hl=fr L'Invention du parti ouvrier&nbsp;: aux origines de la social-démocratie], 1848-1864'', L'Harmattan, 1990
*Sonia Dayan-Herzbrun, ''[http://www.jstor.org/discover/10.2307/3807001?uid=3738016&uid=2129&uid=2&uid=70&uid=4&sid=21104642811363 Le socialisme scientifique de Ferdinand Lassalle]'', ''Le Mouvement Social'', 1976  
+
*Sonia Dayan-Herzbrun, ''[http://www.jstor.org/discover/10.2307/3807001?uid=3738016&uid=2129&uid=2&uid=70&uid=4&sid=21104642811363 Le socialisme scientifique de Ferdinand Lassalle]'', ''Le Mouvement Social'', 1976
*Sonia Dayan-Herzbrun, [https://books.google.fr/books?id=XRCcyXfj5vIC&printsec=frontcover&hl=fr&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false ''Mythes et mémoire du mouvement ouvrier: le cas Lassalle''], Paris, L'Harmattan, 1990  
+
*Sonia Dayan-Herzbrun, [https://books.google.fr/books?id=XRCcyXfj5vIC&printsec=frontcover&hl=fr&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false ''Mythes et mémoire du mouvement ouvrier: le cas Lassalle''], Paris, L'Harmattan, 1990
*David Riazanov, ''[https://www.marxists.org/archive/riazanov/1928/07/lassalle.htm Lassalle and Bismarck]'', juillet 1928  
+
*David Riazanov, ''[https://www.marxists.org/archive/riazanov/1928/07/lassalle.htm Lassalle and Bismarck]'', juillet 1928
  
 
<references /> <!-- -->
 
<references /> <!-- -->
  
[[Category:Socialistes]] [[Category:Allemagne]]
+
[[Category:Socialistes]]  
 +
[[Category:Allemagne]]

Version actuelle datée du 10 septembre 2019 à 21:58

Ferdinand Lassalle.jpg

Ferdinand Lassalle (1825-1864) était un des pionniers du socialisme allemand. Allié puis rival de Marx et Engels, il a contribué à créer les premiers vrais partis ouvriers, mais a laissé un héritage théorique et programmatique très critiqué par les marxistes.

Biographie[modifier | modifier le wikicode]

Ferdinand Lassalle est né à Breslau (aujourd'hui Wrocław dans l'actuelle Pologne) le 11 avril 1825, dans une famille juive prospère, les Lassal.

Jeunesse[modifier | modifier le wikicode]

Ferdinand étudie de 1835 à 1840 au Maria-Magdalenen-Gymnasium de Breslau, puis l'année scolaire 1840-1841 au Matthias-Gymnasium. Son père, négociant en soieries, le  destinait à reprendre son commerce et l'envoya à l'école de commerce de Leipzig.

Mais Ferdinand a d'autres envies. Il quitte secrètement Leipzig (été 1844), passe l'Abitur, puis obtient de son père l'autorisation d'étudier aux universités de Breslau et de Berlin la philosophie, la philologie et l'archéologie. Il se lie de bonne heure avec des savants célèbres, comme Bœckh et Alexandre de Humboldt, ou encore Heinrich Heine. Lassalle devint un disciple enthousiaste de la philosophie de Hegel. Il était encore à l'université qu'il préparait déjà un ouvrage sur le philosophe grec Héraclite du point de vue hégélien. Mais ses études furent interrompues pendant l'hiver de 1844-45 et son travail ne sera publié qu'en 1858.

Ferdinand fréquente les socialistes français lors d'un voyage à Paris en 1845. C'est à ce moment qu'il francise son nom en Lassalle.

À Berlin, vers la fin de l'année 1845, il rencontre la comtesse Sophie von Hatzfeldt. Bien que séparée de son mari depuis de nombreuses années, elle a toujours des problèmes avec ce dernier au sujet de propriétés ou de la garde de leurs enfants. Lassalle s'investit personnellement dans la cause de la comtesse, il entreprend des études de droit, et après avoir longuement plaidé sa cause devant trente-six tribunaux, il parvient à réduire la somme demandée par son ex-mari. Les péripéties de celle-ci l'amenèrent en prison en mai 1848, accusé d'être l'instigateur du vol d'une certaine cassette. Il fût acquitté au mois d'août, à la suite d'un plaidoyer brillant.

Quand il fut sorti de prison, il entama sa vie politique. Il sera rédacteur de la "Nouvelle gazette rhénane". Prenant part à la révolution de 1848. Il prend place parmi les chefs de la démocratie radicale, dans la Ligue communiste, aux côtés de Freiligrath et de Marx ; il se lie particulièrement avec ce dernier et devient socialiste.

Un discours tenu à Neuss le fit poursuivre pour avoir excité le peuple à la révolte à main armée contre le pouvoir royal. Après six mois passés en prison, il fut acquitté par les jurés de Dusseldorf (3 mai 1849). Mais on le retint en prison pour avoir, dans le même discours, excité la garde nationale à la résistance contre les fonctionnaires, et le tribunal correctionnel le condamna le 5 juillet 1849 à six mois de prison supplémentaires. Il est également banni de la ville de Berlin.

Il réside ensuite en Rhénanie, dans la suite de la comtesse, jusqu'en 1859. Après la fin des procès Hatzfeldt (1854), il finit son travail sur Héraclite. Il publie aussi un ouvrage relatif à la philosophie du droit. Ces livres lui valent une bonne réputation dans le monde savant. À cette époque, il ne prend part à aucune agitation politique, mais continue toutefois à s'intéresser au mouvement ouvrier.

Retour à Berlin[modifier | modifier le wikicode]

En 1859, Lassalle retourne à Berlin, entrant dans la ville déguisé en charretier, et grâce à l'influence d'Alexander von Humboldt, reçoit la permission d'y rester. Il fait paraître une tragédie historique, Franz von Sickingen (Berlin, 1859), qui témoigne de son enthousiasme passionné pour la cause de l'unité allemande.

La même année, il publie un pamphlet sur la guerre en Italie et comment les Prussiens devraient agir[1] : il conseillait à la Prusse d'utiliser la guerre pour mettre la main sur le Slesvig-Holstein et pour faire l'unité allemande aux dépens de l'Autriche. En 1861, Lassalle publie System der erworbenen Rechte (Système des droits acquis) sur ce sujet.

Même tendance dans son article sur Fichtes politisches Vermœchtniss und die neueste Gegenwart (dans les Demokratische Studien de Valesrode ; Hambourg, 1860) et dans son discours sur Die Philosophie Fichtes und die Bedeutung des deutschen Volksgeistes (Berlin, 1862). En 1862, Lassalle essaya de pousser les membres du Parti progressiste à la résistance passive et à une déposition en masse de leur mandat. Il échoua et crut le moment venu de fonder lui-même un nouveau parti démocratique pour tenter de résoudre la question sociale.

L'Association générale des travailleurs allemands (ADAV)[modifier | modifier le wikicode]

Au début de l'année 1862, la lutte entre Otto von Bismarck et les libéraux prussiens commença. Lassalle affirmait que le politicien libéral Hermann Schulze-Delitzsch et son schéma de sociétés coopératives était inadéquat pour améliorer la condition de la classe ouvrière. Lassalle se lança dans une nouvelle carrière d'agitateur politique, voyageant dans toute l'Allemagne, donnant des discours et écrivant des pamphlets, dans le but d'organiser et de sensibiliser la classe ouvrière.

Il exposa son programme dans une réunion publique (12 avril 1862), à la suite de laquelle il fut arrêté pour avoir compromis la paix publique en excitant les membres de l'État à la haine des uns contre les autres. Il fut condamné à quatre mois de prison le 16 janvier 1863, mais acquitté en seconde instance. Le 10 février 1863, un comité d'ouvriers, réuni à Leipzig et qui voulait convoquer un congrès général des ouvriers allemands, s'adressa à Lassalle pour lui demander son opinion sur ce congrès et sur la question sociale. Lassalle répondit au bout de deux semaines par une brochure où il exposait son programme socialiste : Offenes Antwortschreiben an das Zentralkomitee, etc. (Zurich, 1863). Il préconisait dans cette brochure la fondation de sociétés coopératives de production avec l'aide de l'État. Il engagea le comité qui s'adressait à lui à ne pas convoquer de congrès, mais à créer une «association générale des ouvriers allemands» dont le but immédiat serait d'obtenir le suffrage universel direct au scrutin secret, pour conquérir ainsi la puissance légale nécessaire à la réalisation du programme socialiste.

Le comité suivit son conseil ; il chargea Lassalle de développer ses idées dans des discours tenus à Leipzig, à Francfort et ailleurs, et le 23 mai 1863 l'Allgemeiner deutscher Arbeiterverein (ADAV) était fondé à Leipzig. Il comptait environ 600 membres venus de toutes les régions de l'Allemagne. Lassalle fut nommé président. Il gagna plusieurs milliers d'adhérents. Ses attaques violentes contre la bourgeoisie libérale le firent impliquer dans une série de procès criminels. Il fut même accusé de haute trahison pour avoir publié une brochure (An die Arbeiter Berlins, 1863), où il appelait les ouvriers à rejoindre l'ADAV afin de détruire la constitution prussienne. Il fut acquitté dans ce procès le 12 mars 1864, mais condamné dans d'autres procès. II publia la même année un volume où il critiquait la thèse des économistes classiques de l'école de Manchester et où il exposait les théories scientifiques qui servaient de base à son socialisme (Capital et travail ou M. Bastiat-Schulze [de Delitzsch]).

L'ADAV fut la première réelle organisation de masse. Pourtant Lassalle était déçu. Il considérait amèrement que les ouvriers allemands étaient apathiques :

« Donc, environ 1 000 membres dans toute notre association ! Tels sont donc, pour l'instant, les fruits de notre activité ! C'est pour en arriver à ce résultat que je me suis usé les doigts à force d'écrire, et les poumons à force de parler ! N'est-ce pas, cher Vahlteich, que cette apathie des masses est désespérante ! Une telle apathie pour un mouvement qui n'existe que pour elles, que dans leur intérêt ; pour des moyens d'agitation immenses, au point de vue spirituel, qui, mis en œuvre auprès d'un peuple comme le peuple français, auraient déjà produit d'énormes résultats l Quand ce peuple obtus secouera-t-il sa léthargie ! » Lettre à Vahlteich du 29 août 1863

Mort en duel[modifier | modifier le wikicode]

L'activité qu'il déployait dans son rôle d'agitateur avait ébranlé sa santé et, après un voyage triomphal dans les districts ouvriers de la région rhénane (mai 1864), il se rendit en Suisse pour se soigner (juin 1864). Il y retrouva une jeune femme, Hélène von Dönniges (qu'il avait connue à Berlin) et lors de l'été 1864 ils décidèrent de se marier. Le père d'Hélène, diplomate bavarois résidant à Genève, voyait d'un très mauvais œil cette union avec Lassalle. Hélène fut emprisonnée dans sa propre chambre, et finalement, sûrement sous la pression, renonça à son union avec Lassalle au profit d'un autre homme, Iancu Racoviță (Iancou Racovitza), boyard originaire des Principautés de Roumanie. Lassalle décida de lancer un défi au père d'Hélène ainsi qu'à Racoviță, qui l'accepta. C'est près de Veyrier au pied du Salève, que se tint le duel au matin du 28 août 1864. Lassalle fut mortellement blessé par balle à l'abdomen, et mourut le 31 août à Carouge, petite ville à proximité de Genève. Les derniers événements de sa vie furent décrits par George Meredith dans Les Comédiens tragiques (1880).
Lassalle fut enterré dans le vieux cimetière juif de sa ville natale Breslau.

Postérité[modifier | modifier le wikicode]

Après la mort de Lassalle, l'ADAV fusionnera en 1875 avec le parti d'Eisenach (marxiste) pour donner naissance au Parti_social-démocrate_d'Allemagne (SPD).

Les marxistes ont considéré que Lassalle était un traître à la classe ouvrière, parce qu'il négociait avec Bismarck pour obtenir le suffrage universel.

Durant la Seconde Guerre mondiale, les nazis saccagèrent son caveau. En 1946, le Parti socialiste polonais le reconstruisit entièrement. Aujourd'hui encore, il est régulièrement entretenu par l'actuel parti de gauche polonais, et tous les ans, le 30 avril, y est organisé une discrète célébration en sa mémoire.

En 1975 a été érigé dans le parc du château de Kalkum un mémorial en son honneur à l'occasion du 150e anniversaire de sa naissance.

Le socialiste révisionniste Eduard Bernstein publia en 1913 un livre : Ferdinand Lassalle, le réformateur social.

Rudolf Meinert réalise en 1918 un film muet nommé Ferdinand Lassalle.

Le « lassallisme »[modifier | modifier le wikicode]

Le communisme[modifier | modifier le wikicode]

Lassalle a été membre de la Ligue communiste comme Marx, et il avait un idéal lointain de société communiste.

Il pensait qu'il valait mieux ne pas en parler publiquement. Il écrivait par exemple à Rodbertus :

« Supprimer la propriété foncière et le capital - voilà précisément ce qui constitue le noyau le plus intime de ma pensée, depuis que je réfléchis à l'économie ! C'est l'idée que vous avez déjà exprimée à la fin de votre troisième Lettre sociale, et c'est pourquoi depuis lors je vous suis chaudement dévoué. Ce sont des choses qu'il n'est pas encore possible de dire aujourd'hui à la populace, aussi, dans ma brochure, les ai-je largement esquivées. » Lettre du 28 avril 1863

Pour lui, la question sociale sera résolue « dans 100 ou 150 ans », et la révolution est un processus très lent.


État et démocratie[modifier | modifier le wikicode]

L'objectif politique central pour Lassalle est la démocratie. Déçu de la modération de la bourgeoisie allemande, il veut s'appuyer sur la classe ouvrière. Mais il ne s'agit pas pour lieu d'opposer radicalement les intérêts des bourgeois et des prolétaires. Au contraire, il met en avant le fait qu'une démocratie permettrait de régler la question sociale dans l'intérêt de toutes les classes :

« Je n'ai naturellement rien contre les membres d'un état[2] auquel j'appartiens moi-même! Je m'élêve seulement contre le mouvement morne et frileux issu de la bourgeoisie comme classe, et qu'elle ne peut impulser que comme classe, contre le mouvement libéral-progressiste. [...] C'est à un mouvement démocratique national et général que j'appelle et non à un simple mouvement de masse; aucun véritable démocrate ne reculera d'effroi devant le fait que le sort de la classe ouvrière sera amélioré par une assemblée élue au suffrage universel. Aucun cœur véritablement démocratique ne frémira a la pensée que les intelligences de la société, unies, doivent aider la classe nécessiteuse au moyen de mesures politiques. Là est au contraire le véritable intérêt de toutes les classes. » (Arbeiterlesebuch)'

Lassalle considère l'Etat comme un organe garantissant droit et justice, contrairement à Marx pour qui c'est avant tout un Etat au service de la classe dominante.

Lassalle était pour que le vote soit obligatoire, sous peine de perte de ses droits civiques pendant 10 ans.

La question nationale[modifier | modifier le wikicode]

Malgré les proximités d'origine entre Lassalle et Marx et entre les organisations qu'ils ont dirigé (un an et demi seulement sépare la fondation de l'ADAV et celle de l'AIT), les deux hommes ont abordé de façon très différente la question nationale et l'internationalisme.

Lors de la guerre d'Italie (1859), Lassalle appelle la Prusse à se ranger du côté franco-italien, et non du côté de l'Autriche. Dans le débat sur l'unification allemande, Lassalle s'est donc vu accusé d'être contre la « Grande Allemagne » (unification englobant l'Autriche et l'Allemagne actuelle), notamment par Marx. Il met en avant le fait que :

  • le roi Victor-Emmanuel veut unifier l'Italie sous le régime de monarchie constitutionnelle mis en place en Sardaigne, qui est très libéral ;
  • les républicains français soutiennent la campagne d'Italie de Napoléon III (qui apporte son soutien à l'Italie contre l'Autriche) ;
  • le Second Empire de Napoléon III est dirigé par un gouvernement réactionnaire, mais basé sur des principes démocratiques, alors que l'Empire austro-hongrois est réactionnaire jusque dans les principes qu'il défend ;
  • l'Empire austo-hongrois doit être détruit, pour que ses morceaux italiens et hongrois soient libérés et que la partie allemande puisse être unifiée avec le reste de l'Allemagne.

Lassalle répond ainsi à Engels qui avait pris position pour la grande Allemagne dans Le Pô et le Rhin.

Marx qualifiera le pamphlet de Lassalle, Der italienische Krieg und die Aufgabe Preussens, comme une « énorme bévue ».

Les coopératives[modifier | modifier le wikicode]

Beaucoup d'ouvriers-artisans se racrochent à cette époque à l'espoir des sociétés coopératives qu'ils forment. Le libéral Schultze-Delitsch en fait le coeur de son programme destiné à toucher les ouvriers. C'est pourquoi Lassalle sera amené à se positionner par rapport aux coopératives, mêmes si elles ne sont pour lui qu'un moyen.

Sa critique rejoint celle des marxistes : les coopératives de production sont impossibles à généraliser sous le règne du libre marché, étranglées par les grandes fabriques. « Rien n'est plus facile à la libre concurrence que de terrasser une poignée d'ouvriers associés. »

La seule façon de l'emporter serait que l'Etat « fasse passer les gros bataillons du côté des ouvriers, du côté des associations. » Là encore, ses revendications débouchent sur le rôle central de l'Etat. Selon lui, les mesures transitoires à prendre seraient les suivantes :

  • l'unification des banques en une Banque d'Allemagne, qui permettrait d'avoir « le double ou le triple de l'argent nécessaire aux associations »
  • la taxation des capitalistes et des propriétaires fonciers
  • l'utilisation de cet argent public pour aider 400 000 ouvriers à s'associer
  • les taxes sur ces coopératives permettraient ensuite d'enclencher un cercle vertueux

Il critique aussi les sociétés de crédit, qui ne peuvent que prolonger la mort de la petite-bourgeoisie face au capital, et les coopératives de consommation :

« Le préjudice qui frappe la classe ouvrière ne I'atteint (...) que comme productrice et non comme consommatrice. C'est donc prêter une fausse assistance a l'ouvrier que de vouloir l'aider comme consommateur, au lieu de le seconder là où le bât le blesse vraiment, c'est-à-dire au niveau de la production. »

La loi d'airain des salaires[modifier | modifier le wikicode]

Lassalle s'est beaucoup moins occupé d'économie que Marx. A part sa critique des limites des coopératives, il a aussi cherché à démonter le discours de certains libéraux qui promettaient à la classe ouvrière que le laissez-faire conduirait à un plein-emploi et à une hausse générale des salaires.

Au contraire, il parlait de « loi d'airain des salaires » (airain = bronze, du nom de l'alliage très résistant utilisé pour la fonderie des cloches) : le salaire est conduit à se fixer toujours aux alentours d'une valeur minimale, équivalente au niveau strictement nécessaire à la survie de l'ouvrier et à la continuité de la production.

De nombreux auteurs l'ont formulée avant Lassalle de manière plus ou moins achevée : W. Petty dès 1672, J. Vanderlint en 1734, Turgot en 1766 (cités par Marx dans Le Capital, 1867), « Loi du salaire nécessaire » de Ricardo en 1821, Engels en 1844, Marx en 1847 dans Misère de la philosophie. Une brouille politique amènera Marx à critiquer Lassalle sans ménagement, en particulier dans sa Critique du programme du parti ouvrier allemand :

« De la « loi d'airain des salaires » rien, comme on le sait, n'appartient à Lassalle, si ce n'est le mot « d'airain » emprunté aux « grandes et éternelles lois d'airain » de Goethe. »[3]

 Cependant, Lassalle avait conscience qu'il n'était pas l'auteur de cette loi. Il pensait précisément que le consensus de l'économie classique autour de cette loi était un gage de vérité.

Les critiques formulées par Marx contre la loi d'airain des salaires reposent sur deux arguments principaux :

Rapport à Hegel[modifier | modifier le wikicode]

Comme Marx, Lassalle a été influencé par la philosophie de l'histoire de Hegel tout en critiquant les positions réactionnaires auxquelles Hegel arrivait. Lassalle distinguait la méthode dialectique de Hegel d'un côté (bonne) et son « système » de l'autre (à corriger). Lassalle annonçait même qu'il voulait réécrire un Système de la philosophie de l'esprit, mais il n'eut jamais le temps.

La philosophie de l'histoire de Lassalle est basée sur les éléments suivants:

  • Au sein du Tiers_état, émerge un « quatrième état, le dernier, le plus déshérité », dont « le coeur ne contient pas le moindre privilège en germe, et qui se confond par cela même avec tout le genre humain. »
  • Après le Tiers état qui se définissait comme « non noble », l'état ouvrier se définit comme « non possédant » (pas uniquement les ouvriers d'industrie).
  • Lassalle parle « d'état ouvrier » au sens d'exclusion juridique, parce qu'en Allemagne le suffrage censitaire exclut l'immense majorité des citoyens du vote.
  • Contrairement à Marx chez qui l'universalité portée en germe par la classe ouvrière doit se réaliser par la révolution, la négation de la société bourgeoise, Lassalle pense que la démocratie permettra de concilier les contradictions de classe. L'accès des classes inférieures à l'Etat sera la réalisation de l'Etat.

Écrits[modifier | modifier le wikicode]

Publications[modifier | modifier le wikicode]

  • Die Philosophie Herakleitos des Dunklen von Ephesos (Berlin, 1858)
  • Franz von Sickingen, 1859
  • Über Verfassungswesen
  • Le programme ouvrier
  • Offenes Antwortschreiben an das Zentralkomitee zur Berufung eines Allgemeinen Deutschen Arbeiter-Kongresses zu Leipzig
  • Zur Arbeiterfrage
  • Arbeiterlesebuch
  • Herr Bastiat-Schulze von Delitzsch, der ökonomische Julian, oder Kapital und Arbeit
  • Qu'est-ce qu'une constitution ? 1862

Correspondance[modifier | modifier le wikicode]

Notes et sources[modifier | modifier le wikicode]

  1. Der italienische Krieg und die Aufgabe Preussens (Berlin, 1859)
  2. Lassalle employait ce terme dans un sens proche de
  3. Karl Marx, Critique du programme de Gotha, 1875